Fil info
21:44Corrèze : Plus de 2.000 gilets jaunes expriment leur ras le bol -> https://t.co/HysZpjfPQQ
19:38RT : Dordogne : Une marée de gilets jaunes sur la Dordogne -> https://t.co/tUSBvfYYLI
18:52Dordogne : Une marée de gilets jaunes sur la Dordogne -> https://t.co/tUSBvfYYLI
18:16Pour des raisons de sécurité, les gilets jaunes ont décidé l'interruption de la mobilisation pour la nuit sur Guére… https://t.co/YQ0CIqR5mS
15:55Quand tu arrives à la soirée et que tu n'as pas été très attentif au indiqué sur le carton d'invitation.… https://t.co/MwWTY0K7Rn
14:49A La Croisière, les gilets jaunes se sont positionnés côté Haute-Vienne et côté Creuse occasionnant des bouchons ju… https://t.co/JLiHNklhDn
14:3017 novembre 2017 : "Concentré de colère" / L'Echo https://t.co/viSNBqz2a2
13:06RT : Nouvel incident a . Une femme a été renversée par un automobiliste qui a voulu forcer le barrage au rond-… https://t.co/JPyW1g73zL
13:05RT : rond point de Souilhac bloqué avec barrage filtrant. Sono et casse croûte pour les https://t.co/xOBqquPYSJ
12:31Manifestation des gilets jaunes : d'après la préfecture une quinzaine de barrages filtrants sont toujours actifs po… https://t.co/MlaXUSBfih
12:20Les colonnes de évoquent la position du de l’ https://t.co/kIGBDMaIDs
10:24 Bjr, avez-vous quelqu’un de chez vous à Thiviers? Avez-vous une adresse email que les personnes sur p… https://t.co/ooFFbJeel4
10:20RT : les véhicules passent sur le rond-point des Balladours toutes les 30 min. "On est pas là pou… https://t.co/mlEPqHekqZ
10:20RT : il s agit en fait d un barrage filtrant au rond point des balladours. Agriculteurs, commerça… https://t.co/A0aJtBva68
10:20RT : rond point des balladours complètement bloqué https://t.co/tgGvLo3OQe
10:11Mobilisation des gilets jaunes ce matin : La goutte d'essence qui a fait déborder le vase. https://t.co/YmmQ5s9NjL
10:06 Plus grand que le stade Amedee Domenech à Brive où joue le CAB ... créer un stade… https://t.co/8zaQfKOXS1
08:36Rdv samedi 24/11, pour un moment d’échange et de partage avec , autour d’un footing Ouve… https://t.co/Z4wkQbfKWp

Violences : elles réclament « des moyens » pas du « blabla »

Femmes

Alors qu'Emmanuel Macron
s'exprime samedi sur le sujet, des féministes se mobilisent pour réclamer au président de la République des mesures et des financements à la hauteur des enjeux.
A la suite de l’affaire Weinstein et de la déferlante de révélations sur les innombrables cas de harcèlement à l’encontre de femmes, ce 25 novembre 2017 revêt indéniablement un caractère particulier. Ainsi, dès vendredi, veille de la Journée pour l’élimination des violences faites aux femmes, au cours de laquelle sont prévues une multitude d’initiatives dans tout le pays, cinq féministes ont lancé une mobilisation en ligne et appelé à deux rassemblements à Paris.
Clémentine Vagne, Madeline Da Silva, Fatima Benomar, Laure Salmona et Caroline De Haas sont en effet à l’origine du hashtag #SoyezAuRdv, d’une pétition sur Internet qui a très rapidement recueilli 700 000 signatures et d’une campagne sur les réseaux sociaux avec la diffusion d’une vidéo. Outre la sensibilisation du grand public sur le fléau des violences faites aux femmes, l’objectif était également de s’adresser au président de la République. Celui-ci ayant prévu de s’exprimer officiellement sur le sujet samedi. « Emmanuel Macron a le pouvoir de faire en sorte que les violences sexuelles cessent », estiment-elles avant de réclamer un « plan Orsec » contre les violences sexuelles. A l’heure où l’on évoque la libération de la parole des femmes, Caroline de Haas prône plutôt
« la libération des oreilles qui écoutent enfin les femmes qui parlaient déjà ».
Le chef de l’État a de son côté fait savoir vendredi qu’il consacrerait l’égalité entre les femmes et les hommes « grande cause du quinquennat ». Et a levé le voile sur quelques mesures, comme l’instauration du « signalement en ligne » pour encourager les plaintes ou la mise en place d’une application numérique pour les victimes de cyberharcèlement. Le gouvernement a par ailleurs annoncé un projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes qui sera examiné en 2018.
Vraisemblablement échaudée par les effets d’annonce, Caroline de Haas a estimé :« S’il n’y a pas d’argent en plus samedi, ce sera du blabla. »