Fil info
19:15Bergerac : Le Hareng Rouge : une nouvelle association voit le jour | L'Echo https://t.co/0eUSK8dxfP via
19:01Région : Concert de soutien au journal jeudi à Châteauroux -> https://t.co/M1kpqr42vs
18:54Indre : La télémédecine dévoile ses atouts aux professionnels -> https://t.co/idSB4KoGQ5
18:41# # - -Vienne : Jour noir pour les casquettes blanches -> https://t.co/ZJ1vwiSzyc
18:40# # - -Vienne : L’hibiscus dans toute sa saveur -> https://t.co/hJAARLcCeC
18:39# # - -Vienne : Les enfants en conseil -> https://t.co/E9i4QL36qx
18:37Région : La solidarité, un nouveau délit? -> https://t.co/Xjzte0ShhS
18:24Dordogne : Blocage du lycée pour contester les mesures gouvernementales -> https://t.co/d2C02KTKxd
17:47Issoudun : Un marché de Noël sous le déchaînement des éléments -> https://t.co/TuUnsDtlV0
17:30Bergerac : Un comité consultatif seniors pour favoriser le « bien vieillir » -> https://t.co/sxMJ8vylYK
17:30Bientôt plus de "casquettes blanches" sur les quais pour faire partir les trains? C'est quasi effectif à Limoges de… https://t.co/ENLwF0fIUF
17:04# # - -Sulpice-les-Feuilles : Temps de saison pour le marché de Noël -> https://t.co/pkTiB9T9G2
17:02# # - : De tout jeunes citoyens -> https://t.co/EhiVXYzFyV
16:59# # - -Yrieix-la-Perche : L’école de pétanque s’étoffe -> https://t.co/MKnFsGttv1
16:57# # - -Vienne : L’Office de Tourisme dévoile ses trésors d’hiver -> https://t.co/dib1Y3aBvi
16:55# # - -Priest-sous-Aixe : La commune et la CdC reçoivent chacune un prix -> https://t.co/5094urhIuq
16:39Trélissac : Apatrides dans leur propre pays -> https://t.co/VPpAK1518X
16:05Sarlat-la-Canéda : De nouvelles infrastructures pour Groléjac -> https://t.co/xj2zJ35eja
13:18Chanteix : Elle joue la carte de la diversité -> https://t.co/mlEiEXPeRP
10:38RT : Colloque autour du tourisme social et solidaire à la Maison de la Région de Limoges co-organisé par la Région et l'… https://t.co/6JiDOB7aLr
10:12RT : Voici l'avis du conseil scientifique du de Millevaches sur le projet d'usine en ➡… https://t.co/K2OXIrZKWu
10:00Colloque autour du tourisme social et solidaire à la Maison de la Région de Limoges co-organisé par la Région et l'… https://t.co/6JiDOB7aLr

Violences : elles réclament « des moyens » pas du « blabla »

Femmes

Alors qu'Emmanuel Macron
s'exprime samedi sur le sujet, des féministes se mobilisent pour réclamer au président de la République des mesures et des financements à la hauteur des enjeux.
A la suite de l’affaire Weinstein et de la déferlante de révélations sur les innombrables cas de harcèlement à l’encontre de femmes, ce 25 novembre 2017 revêt indéniablement un caractère particulier. Ainsi, dès vendredi, veille de la Journée pour l’élimination des violences faites aux femmes, au cours de laquelle sont prévues une multitude d’initiatives dans tout le pays, cinq féministes ont lancé une mobilisation en ligne et appelé à deux rassemblements à Paris.
Clémentine Vagne, Madeline Da Silva, Fatima Benomar, Laure Salmona et Caroline De Haas sont en effet à l’origine du hashtag #SoyezAuRdv, d’une pétition sur Internet qui a très rapidement recueilli 700 000 signatures et d’une campagne sur les réseaux sociaux avec la diffusion d’une vidéo. Outre la sensibilisation du grand public sur le fléau des violences faites aux femmes, l’objectif était également de s’adresser au président de la République. Celui-ci ayant prévu de s’exprimer officiellement sur le sujet samedi. « Emmanuel Macron a le pouvoir de faire en sorte que les violences sexuelles cessent », estiment-elles avant de réclamer un « plan Orsec » contre les violences sexuelles. A l’heure où l’on évoque la libération de la parole des femmes, Caroline de Haas prône plutôt
« la libération des oreilles qui écoutent enfin les femmes qui parlaient déjà ».
Le chef de l’État a de son côté fait savoir vendredi qu’il consacrerait l’égalité entre les femmes et les hommes « grande cause du quinquennat ». Et a levé le voile sur quelques mesures, comme l’instauration du « signalement en ligne » pour encourager les plaintes ou la mise en place d’une application numérique pour les victimes de cyberharcèlement. Le gouvernement a par ailleurs annoncé un projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes qui sera examiné en 2018.
Vraisemblablement échaudée par les effets d’annonce, Caroline de Haas a estimé :« S’il n’y a pas d’argent en plus samedi, ce sera du blabla. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.