Fil info
23:35France : Contrôler les industriels : la leçon de l’affaire Lactalis -> https://t.co/5irFln5kfV
23:32International : Le Jefta, un nouvel accord commercial passé en douce -> https://t.co/VjXZaMGEjC
20:51Cyclisme : Le coup de force des Sky et de Geraint Thomas -> https://t.co/JSDfI9edLx
20:50RT : Région : Brive : La pression monte chez Anovo -> https://t.co/NB01gLnPzC
20:49Région : Brive : La pression monte chez Anovo -> https://t.co/NB01gLnPzC
20:13Montignac : Le monde au cœur de Montignac -> https://t.co/khAQOJlI7n
20:10Dordogne : Mutation des métiers de la Poste et des services publics au programme -> https://t.co/FiZNakc4CG
19:18Châteauroux : Grand nettoyage des places et des rues de Vaugirard -> https://t.co/EKTwZUidhL
18:54Indre : Aérocast, une pépite industrielle au cœur du berry -> https://t.co/2lLxJBNAVs
18:32RT : 🎶 La programmation complète du Festival Eclats d’Email Jazz 2018, les vidéos, le détail de chaque concert, la bille… https://t.co/f4a3eGu9i4
18:12Les maires de Mainsat, La Serre-Bussière-Vieille et Crocq, qui inauguraient une seconde stèle à Chaumont, commémora… https://t.co/H6Vs5pDAnj
15:46RT : Raphaël Varane a rendu mercredi une visite discrète au centre de formation du RC Lens, où il a été formé. Il a offe… https://t.co/VuzLnJKbjL
15:46RT : C’est fou ! Si seulement quelqu’un l’avait vu venir. Les étudiant·e·s auraient peut-être pu se mobiliser sur la que… https://t.co/MhZyRtViil
15:45RT : 🤩Plus que 9 jours pour participer au retour de Pif! On se retrouve sur KissKissBankBank! 😍 https://t.co/5mGTbdIghl https://t.co/blWSjT2jYD
15:45RT : 16/07/18: Dernière étape de la Flottille de la Liberté pour Bel accueil à pour les quatre bateaux, a… https://t.co/JW5bbumcJR
15:44RT : Encadrement des loyers à Paris : "Si on laisse le marché agir tout seul, les classes moyennes seront obligées de pa… https://t.co/BQrpMi1ZhO
15:44RT : ⚠ Nous avons besoin de vos dès maintenant ! A cause des fortes chaleurs et de la , la fréquent… https://t.co/zyDb0oaDd7
15:21Tulle : Tagada... tsoin-tsoin les papilles ! | L'Echo https://t.co/OfN0ZNx66S via
15:18Seilhac : Un réseau de Voisineurs en projet | L'Echo https://t.co/RfMcD8rXrB via
15:16Lubersac : 120 jeunes rugbymen en stage sous le soleil | L'Echo https://t.co/88jeG2sUfY via
15:14Corrèze : 80.000 € d’aides pour Créa Commerce en Haute-Corrèze | L'Echo https://t.co/4Uwgo0oQCT via
14:58RT : Sport / 🚴‍♀️ Ce samedi, le Raymond Poulidor de Limoges Métropole à Bonnac-la-Côte accueille la quatrièm… https://t.co/I7n7a0Z0kC
14:52La programmation à l'espace Crouzy à Boisseuil (Horizons croisés) pour la rentrée. https://t.co/CcJ6oObjqW
14:48Bergerac : Mardi on chante : c’est reparti pour une quatrième saison -> https://t.co/ymDXNJJgMc

Burn-out : la majorité LREM ne veut même pas en discuter

ASSEMBLÉE. Rendre responsable les entreprises des burn-out causés par des managements agressifs : une option insupportable pour la majorité qui tente, sans succès, de noyer le poisson dans la « complexité » du sujet.

LFI
C’est par le projet de loi sur la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle que le groupe de La France insoumise a commencé sa niche parlementaire hier. Un sujet qui a pris toute la matinée.
Pas par volonté de discuter puisque la majorité La République en Marche a d’emblée posé une motion de rejet préalable : « vue qu’il n’y a pas d’inconstitutionnalité, c’est que vous considérez qu’il n’y a pas lieu à délibération : circulez, y’a rien à voir » a déploré Boris Vallaud du groupe Nouvelle Gauche qui a voté contre cette motion, tout comme le groupe LR et bien sûr ceux communiste et LFI : au total 34 voix contre et 86 pour.
Pas de débat donc mais un sujet suffisamment important pour s’imposer dans l’hémicycle. François Ruffin, rapporteur, ouvre le bal avec un discours plein d’humanité faisant la part belle aux témoignages de tous ceux qui, de Lidl à la Caisse d’Epargne, se sont retrouvés cassés par « un management mortifère » mais dans l’incapacité de le faire reconnaître puisque la seule option dérogatoire passe par des comités régionaux qui sont un véritable parcours du combattant. Inscrire les conséquences de ce burn-out dans le tableau des maladies professionnelles transférerait leur coût aux entreprises, ce qui selon François Ruffin constituerait la meilleure des préventions : « l’argent, c’est le seul langage qu’ils comprennent ». Bien loin du « pari hasardeux de l’autorégulation » qui est celui du gouvernement et de la majorité LREM et que dénonce Pierre Dharréville, député communiste des Bouches-du-Rhône.
Car gouvernement et députés LREM n’ont de cesse de faire croire qu’ils se préoccupent du burn-out mais que l’option proposée par la France insoumise n’est pas viable, car le phénomène est « protéiforme », « complexe », « multiforme », « flou »… Christophe Castaner,
en charge des relations avec le Parlement, donne le la : « les ministères du Travail et de la Santé ont lancé une consultation sur la santé au travail qui rendra un état des lieux et des propositions le 30 avril » et c’est dans ce cadre qu’il entend traiter le sujet qu’il rebaptise « bien-être au travail ».
Les députés LREM interviennent ensuite pour décliner le sujet avec certains d’entre eux qui ne peuvent s’empêcher d’aborder ce qui est finalement le fond du sujet.
« Dans cette PPL, vous vous débrouillez pour régler le débat sans fin de l’opposition entre employeur et salarié : c’est à la charge de l’employeur ! » lâche en effet non sans soupirer Caroline Janvier. Mais il faudra attendre l’intervention du député UDI Francis Vercarmer pour que les choses soient dites clairement : « votre proposition fragilisera la position des employeurs, ce qui serait à contre-courant des mesures prises par le gouvernement qui veut justement donner un cadre stable aux employeurs ». Le fiel de la majorité prendra ensuite la voix de Julien Borowczyk qui, après avoir dit combien mesurer le burn-out était impossible, affirme qu’il existe en prenant pour exemple Jean-Luc Mélenchon, qualifié de « leader Maximo » raté et dès lors victime d’un « épuisement professionnel qui créé isolement et irritabilité ». Ayant soutenu la proposition, le groupe Nouvelle Gauche a annoncé représenter une proposition de loi prochainement sur le sujet, « pour abaisser les taux d’incapacité exigés pour ouvrir un dossier dérogatoire de 25 à 10 % » a expliqué Régis Juanico.
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.