Fil info
22:18Basket : Boulazac n’a pas à rougir! -> https://t.co/UJGZvTnEon
22:17Rugby : Le Racing 92 en finale... pour écrire son histoire -> https://t.co/lPBZ6Iz7tQ
19:40Périgueux : Les cultures urbaines s’affichent en centre ville -> https://t.co/F7mmSphX6Y
19:25Dordogne : Un schéma contre la désertification -> https://t.co/zhSu0BS7PB
19:16 - -Junien : Une pétition citoyenne alerte sur les problèmes de l’hôpital -> https://t.co/oBw720iuYR
19:08Châteauroux : Lire dans les bus Horizon -> https://t.co/ZgpGwQ8dua
16:38 28 avril de plants - : Samedi, on va au «Jardin du Lien» -> https://t.co/CB2OcpnpiS
16:35# # - -Buffière : Une journée intergénérationnelle -> https://t.co/qxfqfLfYGN

L’État sommé d’investir dans les transports

RAPPORT

L’Agence de financement des infrastructures de transport estime que l’État devra beaucoup augmenter son budget s’il veut rénover l’existant, améliorer les déplacements et réaliser de grands projets.
Voilà un rapport qui tombe à pic alors que la France fait partie des pays de l’Union européenne à dépasser les limites d’émissions de particules fines ou le dioxyde d’azote. Ce qui lui vaut la menace de comparaître devant la cour de justice de l’UE si elle n’avance pas des solutions concrètes dans un délai d’une semaine.
Parmi elles, la réalisation des infrastructures de transports, notamment ferrés, pourrait peser, les transports étant la principale source d’émission de gaz à effet de serre. D’où l’importance du rapport du Conseil d’orientation des infrastructures (COI) remis jeudi à la ministre des transports Elisabeth Borne par son président Philippe Duron qui dirige l’agence de financement des infrastructures de transports.
Trois scénarios sont mis sur la table: le premier porte sur un budget de 48 milliards sur 20 ans, soit le budget actuel; le deuxième préconise
60 milliards et le troisième, plus ambitieux, 80 milliards, toujours sur 20 ans. L’État se fera-t-il stratège en investissant massivement?
Le COI préconise au gouvernement de trouver des fonds supplémentaires en affectant aux transports une part plus importante des recettes de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) et/ou «une application accrue du principe pollueur payeur» et, pour les transports publics, une mesure socialement très discutable : l’augmentation des prix des billets.
Mais quelque soit le scénario retenu, le COI propose de saucissonner les travaux des infrastructures
envisagées. C’est le cas du projet de Ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse et de la ligne nouvelle de Marseille à Nice. La ministre des transports tranchera à la fin du mois de février et une loi d’orientation des mobilités est promise pour avril. Au parlement de trancher ensuite.
F.V avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.