Fil info
14:08 — RT : Ussel : Des poĂšmes et des chansons pour cĂ©lĂ©brer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
08:33 — Dans le on prĂ©fĂšre la partager et la boire đŸ»đŸ˜œ 
 https://t.co/UWVUX2n94t
08:29 — ce matin 22/09/2018 de 08:00 Ă  12:00 efs - perigueux attention changement de date le thĂ©Ăątre est reporte au lu
 https://t.co/dRuAFv8dpK
21:17 — Indre : Attaque virulente contre la directrice de l’Agence rĂ©gionale de santĂ© | L'Echo https://t.co/G9LwAgYxaj via
18:48 — Dordogne : Beynac : le DĂ©partement et la prĂ©fecture haussent le ton -> https://t.co/7XIpQv05zQ
18:46 — Salagnac : De nouveaux rĂ©fugiĂ©s d’Afrique subsaharienne accueillis Ă  Clairvivre -> https://t.co/8JaHaiWvWb
18:40 — Ussel : Des poĂšmes et des chansons pour cĂ©lĂ©brer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
18:28 — ChĂąteauroux : Les citoyennes se rĂ©approprient la ville et leur quartier -> https://t.co/GxFNXOQnQQ
18:01 — Un mĂ©diateur a Ă©tĂ© dĂ©signĂ© pour intervenir dans le conflit actuel du SDIS 87 (sapeurs-pompiers). Il pourrait interv
 https://t.co/800yeoFWLT
17:05 — RĂ©gion : Vers une mobilisation nationale ici -> https://t.co/wib3899aCp
16:56 — Saint-Astier : Double fĂȘte pour le lancement de la saison Ă  La Fabrique -> https://t.co/BrL1xEmIUN
16:52 — Sarlat-la-CanĂ©da : Fernando Costa de retour au Pays -> https://t.co/HxP5hZ7QQI
16:52 — # # - -Vienne : Un pas vers l’égalitĂ© rĂ©elle -> https://t.co/6AAvAPg09Q
15:52 — PĂ©rigueux : SĂ©rieux contretemps pour le projet Montaigne -> https://t.co/bHMUd7avvr
15:50 — RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:49 — PĂ©rigueux : Un acheteur annoncĂ© pour l’espace Britten -> https://t.co/V4DJG0HoBT
15:45 — PĂ©rigueux : 44 clubs labellisĂ©s -> https://t.co/MYcrcRWqlI

Le coup de pression des nationalistes

MANIFESTATION. « Déçus » par Paris, les dirigeants corses appellent les insulaires Ă  manifester samedi Ă  Ajaccio. Mais le ton du prĂ©sident de l'exĂ©cutif Gilles Simeoni se tempĂšre avant la venue d’Emmanuel Macron.

CORSE
Ni « contre le gouvernement » ni « dans une logique de bras de fer » ou de « tension ». L’autonomiste Gilles Simeoni, prĂ©sident du conseil exĂ©cutif de la CollectivitĂ© territoriale unique de Corse, a prĂ©cisĂ© vendredi l’état d’esprit qui est le sien Ă  la veille de la manifestation qui doit se tenir le samedi 3 fĂ©vrier Ă  Ajaccio. « Ce n’est pas une manifestation contre le gouvernement, c’est une manifestation de mobilisation, qui s’inscrit aussi dans une logique d’espoir, dans une dynamique de changement profonde qui porte l’ensemble de la sociĂ©tĂ©
corse, qui ne vient pas seulement des nationalistes », a-t-il indiqué.
L’appel Ă  investir la rue avait Ă©tĂ© lancĂ© au lendemain de la rencontre, mi-janvier Ă  Paris, des deux leaders nationalistes Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni avec le Premier ministre Edouard Philippe et le prĂ©sident du SĂ©nat GĂ©rard Larcher. Au terme de ces Ă©changes, les Ă©lus insulaires avaient fait part d’une certaine irritation. « AprĂšs nos entretiens d’hier et d’aujourd’hui, notre conviction est faite : l’Etat refuse de reconnaĂźtre et de prendre en compte la dimension politique de la question corse. Dans ces conditions, nous appelons dans les prochains jours Ă  la tenue d’une grande manifestation populaire », avait ainsi vivement rĂ©agi Gilles Simeoni Ă  travers un Tweet.
Changement de ton, donc, alors que le PrĂ©sident de la RĂ©publique doit se rendre en Corse, le mardi 6 fĂ©vrier, Ă  l’occasion de la commĂ©moration du vingtiĂšme anniversaire de l’assassinat du prĂ©fet Erignac Ă  Ajaccio. La visite du chef de l’Etat se prolongera le lendemain et les dirigeants
corses espĂšrent visiblement trouver en lui un interlocuteur plus favorable Ă  leurs revendications.
« Nous ne voulons pas nous retrouver dans une situation de blocage ou de crise politique. C’est la raison pour laquelle nous attendons beaucoup de la venue du PrĂ©sident de la RĂ©publique », a d’ailleurs commentĂ© Gilles Simeoni.
« Spécificité »
Car, jusqu’ici, le dialogue rĂ©clamĂ© par les nationalistes au soir de leur victoire en dĂ©cembre dernier ne s’est pas, de leur point de vue, vĂ©ritablement instaurĂ©. Ils estiment qu’il n’y a pas eu « pour l’instant de la part de l’Etat la volontĂ© de dialogue, de signe tangible d’une volontĂ© de prendre en compte le message des Ă©lecteurs ».
Pour Gilles Simeoni, si des « blocages » demeurent quant Ă  certains dossiers (co-officialitĂ© du corse, statut de rĂ©sidant, question des prisonniers dits « politiques »), rien n’empĂȘche de « discuter » sur d’autres points tels que la rĂ©vision de la Constitution pour « consacrer la reconnaissance de la spĂ©cificitĂ© de la Corse », et de sujets relevant des domaines de la santĂ©, du dĂ©veloppement Ă©conomique ou de la mise en oeuvre de la nouvelle collectivitĂ©.
Les nationalistes ont-ils entrevu une brĂšche dans les propos, mercredi dernier, du prĂ©sident LREM de l’AssemblĂ©e nationale François de Rugy ? Celui-ci a en effet affirmĂ© : « Il faut reconnaĂźtre la spĂ©cificitĂ© de la Corse, la Corse c’est une Ăźle, la Corse a une identitĂ© forte, a une langue
qui est encore parlée par beaucoup de monde. »
Reste Ă  savoir ce qu’en dira Emmanuel Macron qui, pour l’heure, ne s’est pas exprimĂ© sur la question.
A.M. avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisĂ©e.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformĂ©es en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont Ă  la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.