Fil info
23:18 — France : Carlos Tavares s’octroie un million sur le dos des ouvriers allemands ! -> https://t.co/UFmKxizjZB
23:15 — France : Vincent Bolloré en garde à vue pour soupçons de corruption -> https://t.co/y5A14WMOrm
21:24 — Structure qui ne sert à rien, malheureusement...
21:19 — Assises Creuse : plaidoiries bien menées... mais pas assez https://t.co/pNMD42OiOb https://t.co/pNMD42OiOb
21:18 — Région : Plaidoiries bien menées... mais pas assez -> https://t.co/u1bS0wOBY5
19:24 — Indre : CIO en danger, les fonctionnaires alertent -> https://t.co/iiWMOKQXaB
19:22 — Indre : Buzançais-Loches sur la bonne voie ? -> https://t.co/VrSq9rA5Sf
19:20 — Bugeat : Un trail technique dont la popularité augmente -> https://t.co/xLFmVQ24wv
19:18 — Indre : Festival des Capables : culture et spectacle pour tous ! -> https://t.co/FGWGc4MpeO
19:01 — Périgueux : Maltraitants contre leur gré -> https://t.co/Jdxdv4Pn3S
19:01 — Corrèze : Devoir de mémoire international -> https://t.co/triMrDL3Wv
18:59 — Périgueux : A la découverte du groupement -> https://t.co/L6V2z4GDLZ
18:00 — Annesse-et-Beaulieu : Une visite auprès des victimes de l’insécurité routière -> https://t.co/8moscRPHtC
17:22 — Bergerac : Ciné, gastronomie, expos... le mois de mai aux couleurs de l’Italie -> https://t.co/LuwsyJdwbt
17:21 — Région : Le parquet de Paris ne fait pas appel du jugement -> https://t.co/rxki1m9uZ7
17:03 — Saint-Léon-sur-l'Isle : Une réunion publique explosive -> https://t.co/kBZhNuk4nF
17:03 — Saint-Léon-sur-l'Isle : Une réunion publique explosive -> https://t.co/Cl7NCP3IpN
16:10 — Sarlat-la-Canéda : Le 1er mai ne restez pas sur le quai -> https://t.co/dEQnDFy0ie
15:56 — RT : Votre mobilisation est nécessaire https://t.co/9yZASTLLyG https://t.co/G4UwLdwZzM
15:49 — Trélissac : Lucien Chataignier, un homme d’écoute et de vérité -> https://t.co/y1jXNRiFRl
15:43 — Dordogne : Quinze jours de culture occitane -> https://t.co/c5g2bN1acH
13:58 — Comme le député creusois d'ailleurs... ... honte à eux ! https://t.co/TJ516URyhc
13:43 — Dordogne : Les cheminots chahutent le député LREM de la première circonscription -> https://t.co/BIIfcPiKNc
08:21 — RT : Région : Le fret ou l’erreur d’aiguillage -> https://t.co/eza8X0WfD1

Le coup de pression des nationalistes

MANIFESTATION. « Déçus » par Paris, les dirigeants corses appellent les insulaires à manifester samedi à Ajaccio. Mais le ton du président de l'exécutif Gilles Simeoni se tempère avant la venue d’Emmanuel Macron.

CORSE
Ni « contre le gouvernement » ni « dans une logique de bras de fer » ou de « tension ». L’autonomiste Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de la Collectivité territoriale unique de Corse, a précisé vendredi l’état d’esprit qui est le sien à la veille de la manifestation qui doit se tenir le samedi 3 février à Ajaccio. « Ce n’est pas une manifestation contre le gouvernement, c’est une manifestation de mobilisation, qui s’inscrit aussi dans une logique d’espoir, dans une dynamique de changement profonde qui porte l’ensemble de la société
corse, qui ne vient pas seulement des nationalistes », a-t-il indiqué.
L’appel à investir la rue avait été lancé au lendemain de la rencontre, mi-janvier à Paris, des deux leaders nationalistes Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni avec le Premier ministre Edouard Philippe et le président du Sénat Gérard Larcher. Au terme de ces échanges, les élus insulaires avaient fait part d’une certaine irritation. « Après nos entretiens d’hier et d’aujourd’hui, notre conviction est faite : l’Etat refuse de reconnaître et de prendre en compte la dimension politique de la question corse. Dans ces conditions, nous appelons dans les prochains jours à la tenue d’une grande manifestation populaire », avait ainsi vivement réagi Gilles Simeoni à travers un Tweet.
Changement de ton, donc, alors que le Président de la République doit se rendre en Corse, le mardi 6 février, à l’occasion de la commémoration du vingtième anniversaire de l’assassinat du préfet Erignac à Ajaccio. La visite du chef de l’Etat se prolongera le lendemain et les dirigeants
corses espèrent visiblement trouver en lui un interlocuteur plus favorable à leurs revendications.
« Nous ne voulons pas nous retrouver dans une situation de blocage ou de crise politique. C’est la raison pour laquelle nous attendons beaucoup de la venue du Président de la République », a d’ailleurs commenté Gilles Simeoni.
« Spécificité »
Car, jusqu’ici, le dialogue réclamé par les nationalistes au soir de leur victoire en décembre dernier ne s’est pas, de leur point de vue, véritablement instauré. Ils estiment qu’il n’y a pas eu « pour l’instant de la part de l’Etat la volonté de dialogue, de signe tangible d’une volonté de prendre en compte le message des électeurs ».
Pour Gilles Simeoni, si des « blocages » demeurent quant à certains dossiers (co-officialité du corse, statut de résidant, question des prisonniers dits « politiques »), rien n’empêche de « discuter » sur d’autres points tels que la révision de la Constitution pour « consacrer la reconnaissance de la spécificité de la Corse », et de sujets relevant des domaines de la santé, du développement économique ou de la mise en oeuvre de la nouvelle collectivité.
Les nationalistes ont-ils entrevu une brèche dans les propos, mercredi dernier, du président LREM de l’Assemblée nationale François de Rugy ? Celui-ci a en effet affirmé : « Il faut reconnaître la spécificité de la Corse, la Corse c’est une île, la Corse a une identité forte, a une langue
qui est encore parlée par beaucoup de monde. »
Reste à savoir ce qu’en dira Emmanuel Macron qui, pour l’heure, ne s’est pas exprimé sur la question.
A.M. avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisĂ©e.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformĂ©es en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont Ă  la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.