Fil info
23:52International : Attaque contre l’ambassade des USA -> https://t.co/a71zVTgqb0
23:50France : Un train d’ordonnances pour le rail -> https://t.co/qZpozHYtFC
23:47France : Les zadistes présentés comme des hors-la loi et expulsés -> https://t.co/jGnjKn9vZU
23:44France : Salaire : la colère des premiers de corvées -> https://t.co/gwlrg5zvcu
22:51Sport : Le biathlon régale, et la France égale son record de médailles -> https://t.co/Xl8WiR8428
22:50France : Continuer le bonne série! -> https://t.co/9QjccZ2xc1
22:48Rugby : Le XV de France dos au mur -> https://t.co/jLcyPWeHdL
20:38# # - -Vienne : Contre l’absurdité -> https://t.co/ZHHA1VD3Kg
19:50# # - : Lorsque l'on partage la notion d'avenir -> https://t.co/SmgV3kd1ed
19:50# # - : Lorsque l'on partage la notion d'avenir -> https://t.co/IOpxUc6CbN
19:37# # - : Aux soins des droits des accidentés de la vie -> https://t.co/9tJQohVVht
19:36# # - -sur-Gartempe : Tout pour la petite reine à «Vélo Concept 87» -> https://t.co/WYkaMgxBUG
19:34# # - -Yrieix-la-Perche : Lutte : un titre de champion de France -> https://t.co/6PnGtbFcc5
19:32# # - -Bonneval : Finale nationale des Ovinpiades : Pierre Mazeau représentera La Faye -> https://t.co/YSPJWNrakf
19:30France : Bénédicte Martin visite Saica Pack et AFC Emballages -> https://t.co/C3RgOOYO5F
19:24# # - -Jouvent : Une soirée avec «Musiqu’à deux» -> https://t.co/T8MnE6DxzD
19:08Tulle : Le grand orgue de la cathédrale relevé -> https://t.co/Nb68h1azz7
18:57Brive-la-Gaillarde : Le jeune conducteur lance une course poursuite avec la police -> https://t.co/Zi835pmxim
18:54Indre : La Région Centre soutiendra les équipements de visioconférence -> https://t.co/xjiXKS0CzT
18:47Brive-la-Gaillarde : Les Jardins de Rivet cherchent de la laine -> https://t.co/4WX7fCiCFl
18:31RT : Les élèves de Treignac chantent devant le premier poids lourd 4x4 X Truck de fabrication 100% française. Dans une c… https://t.co/VgKIlgH2iw
17:46Appel de la France Insoumise, partout en France, à rassemblement. En Dordogne, il se déroule ce soir à 18h 30 devan… https://t.co/E1wq9VqFPX
17:43Elle n’y tenait plus, ça devait sortir... Le 26 juin, de bon matin, au lendemain d’un accident qui a coûté la vie... https://t.co/TECAtar9Uu
17:19RT : Alerte pollution : la vitesse réduite de 20km/h sur les routes de Gironde https://t.co/sjai0IHfA3
17:19RT : Début de la pose d'une tour d'étaiement pour soutenir plusieurs façades rue de la Boucherie suite à l'incendie https://t.co/7KhVBkdAhM
17:19RT : Les cheminots ont voté. participera aux manifestations du 22 Mars . Nous appelons les usagers et les asso… https://t.co/lkI3xQIWj4
17:18RT : Petit message aux cheminots : je viens de faire depuis mardi : Paris/La Souterraine. La Souterraine/Brive. Br… https://t.co/ZbknL7kk4R
17:05RT : Petit message aux cheminots : je viens de faire depuis mardi : Paris/La Souterraine. La Souterraine/Brive. Br… https://t.co/ZbknL7kk4R
17:00RT : Les cheminots ont voté. participera aux manifestations du 22 Mars . Nous appelons les usagers et les asso… https://t.co/lkI3xQIWj4
17:00RT : Début de la pose d'une tour d'étaiement pour soutenir plusieurs façades rue de la Boucherie suite à l'incendie https://t.co/7KhVBkdAhM
16:56RT : 10 ème jour de grève ! Mobilisés, déterminés et si solidaires !! On ne lâchera pas ! On veut une VRAIE juridiction… https://t.co/zEkzvHYw0A
16:29RT : J’étais mardi en Creuse, voilà la réalité. Guéret-Felletin, Guéret-Montluçon, Guéret-Limoges menacées de fermeture… https://t.co/qktHlLFXQQ
16:26Ribérac : La faim pour crier sa colère -> https://t.co/RCKz9r2EQK
16:24Dordogne : Le premier conseiller de l’ambassade de Palestine attendu le 28 février -> https://t.co/iYXfTSpCb3
15:49Région : L’œuf ou la poule ? Les deux ! -> https://t.co/9PAwxRFijt
14:31Chaillac : La Compagnie du Cheval bleu présente sa pièce « Ruades » dimanche -> https://t.co/jvpOIC8Fye
14:30La Châtre : L’ouverture de la pêche à la truite se prépare -> https://t.co/uDMLDRl6mi
13:05RT : « La simplification et la suppression des frontières en Europe a été une véritable opportunité criminelle ! » - Lor… https://t.co/gbi4jDYKAu
10:18RT : ⚠️ Les sapeurs-pompiers sont actuellement engagés pour un accident de circulation sur la commune de Lolme au lieu d… https://t.co/DwYTgRCMBy
09:39RT : ❄️ CP - Activation du plan grand froid niveau 1 : Ouverture de 7 places d'hébergement d'urgence à Périgueux et Berg… https://t.co/R01BmX2nrQ
09:29Activation du plan grand froid niveau 1 A la suite des températures négatives prévues pour les jours prochains,... https://t.co/rAmopDOKa6
08:51Limoges : Une aide pour utiliser les outils informatiques | L'Echo https://t.co/qgNF9Xwjgx via

Les enseignants dans la rue

A l’appel de plusieurs syndicats dont le SNES-FSU, les enseignants du second degré étaient en grève hier pour protester contre la stigmatisation faite à l’égard des fonctionnaires, mais également contre les réformes du baccalauréat et de l'entrée dans les études supérieures, vécues comme la mise en place d’un tri social des élèves.

Semaine particulièrement chargée dans l’éducation entre les mobilisations contre les mesures de carte scolaires envisagées dans le premier degré à la rentrée, et la grève des enseignants du second degré hier qui dénoncent la mise en place de mesures très libérales comme la réforme du bac ou du mode d’accès à l’université.
Il fallait être particulièrement courageux hier matin pour braver le froid vif et piquant et venir manifester devant l’inspection académique à Périgueux. Au total, c’est près d’une cinquantaine de personnes qui s’est réunie devant le symbole de l’Education nationale en Dordogne pour porter un ensemble de revendications, dans le cadre d’une journée nationale de grève à laquelle appelaient le SNES-FSU, la CGT et Sud. Mélangés aux enseignants du second degré, on pouvait voir une quinzaine de lycéens de Laure Gatet, des militants de la France insoumise ou encore du parti communiste.
Autant de voix remontées contre les attaques gouvernementales dont sont la cible à la fois l’Education et d’abord les fonctionnaires. Non seulement leur point d’indice est toujours gelé, mais en plus, ces derniers doivent faire face à un report d’un an minimum du plan de revalorisation des salaires et carrières mis en place par le gouvernement précédent. « Au 1er janvier, nous avons également vu nos salaires diminuer à cause de la hausse combinée de la CSG et de la cotisation pour les pensions de retraite », peste Abderafik Babahani, le secrétaire départemental du SNES-FSU.
Et pour l’instant, les compensations promises se font attendre. Mais il ne s’agit pas là des seules attaques contre la fonction publique qui doit s’attendre à un vaste plan social orchestré par le gouvernement qui, prévoyant la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, voudrait imposer des vacataires, maléables, au détriment de fonctionnaires à statut.
« Dans l’Education, 2 600 postes non pourvus par des titulaires, mais pas des contractuels, vont être supprimés. Quoi qu’en dise le gouverment, des emplois vont être supprimés là où existent des besoins », s’agace Abderafik Babahani.
Les raisons de la colère du personnel enseignant ne s’arrêtent pas à ces seules attaques et concernent également des problématiques plus spécifiques à l’Education nationale. A ce titre, deux réformes plus emblématiques les poussent à descendre dans la rue : la réforme du bac et la mise en place de Parcoursup pour l’admission à l’université. « Derrière ce logiciel, se cache en réalité une machine à tri», affirme Abderafik Babahani. « Dans les faits, 50 % de la formation universitaire est déjà sélective, comme par exemple les IUT où l’on accède par dossier. Là, les universités vont mettre en place des filtres et exiger des formations supplémentaires pour accéder aux cursus. Or, pour nous, le bac est le premier grade universitaire qui doit permettre de choisir après son grade universitaire ».
La réforme du bac telle qu’envisagée est également un motif de courroux, car les filières classiques L, ES et S disparaîtraient au profit de parcours, neuf au total, personnalisables à la carte.
« Elèves et familles devront choisir des bouquets de parcours. Cette mise en place de stratégies de réussite est inacceptable. Il y aura les familles d’initiés qui parviendront à tirer leur épingle du jeu, et les autres, qui seront mis sur la touche. C’est un retour en arrière. Sans compter les conséquences sur les conditions de travail des enseignants. Depuis l’arrivée de Macron, tout s’accélère et l’on glisse vers une politique droitière», dénonce Abderafik Babahani.
Les conditions de travail des enseignants sont justement une des autres revendications portées, avec notamment une surcharge du nombre d’élèves par classe dans les lycées (jusqu’à 38), une baisse de moyens pour les collèges ou encore en Dordogne, une fusion des classes de 6e et de 5e en SEGPA. « C’est un management de crise. On fait porter la charge sur les collèges pour calmer les esprits dans les lycées car se profilent la réforme du lycée et des programmes ». D’autres mobilisations en perspective.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.