Fil info
18:56RT : Dans 15 minutes, ne manquez pas le Conseil municipal en direct sur notre site Internet et réagissez avec le hashtag… https://t.co/ybFkGDAujo
18:54La , les 87 et la chambre d' de la annoncent dans un communiqué que le… https://t.co/kJ4X1FeHVN
18:37Châteauroux : L’Uzine publie 17 histoires dans sa première revue BD -> https://t.co/at9kt6KWSM
18:36 ça c'est du grand débat, à lire les commentaires on sait tout de suite où on est... enfin pourvu qu'o… https://t.co/EPFAjdKRxm
18:33RT : Henri Sterdyniak : « Augmenter le Smic ne détruit pas d’emplois » https://t.co/huThWpwUAw
18:25Dordogne : « Ils veulent une justice rendue plus vite et moins chère » -> https://t.co/XIOKKKDyjw
18:24RT : 🔴Nous allons apprendre ce soir la définition de «CONNARD»:⤵️ Une désignation de quelqu'un qui se comporte de faço… https://t.co/2BLVbo3Fyw
18:23RT : Issoudun : les Gilets jaunes bloquent l'usine Vuitton. https://t.co/NDEVXjmH6m
18:21RT : "De Led et de Feu" par Vincent Mézières vendredi à partir de 18h Place Saint-Pierre https://t.co/YCYfkJvY8y
18:16RT : Profitez jusqu'au 5 janvier de la patinoire en plein air (entrée gratuite) ! Plus d'infos 👉… https://t.co/TIH8mMkSnX
17:58Elévation au niveau « Urgence attentat » du plan VIGIPIRATE Suite aux dramatiques évènements qui se sont déroulés… https://t.co/PqxNCmTdKx
17:11Périgueux : Un discours ravageur -> https://t.co/CmzeOyx9Sg
16:44RT : En début d’après-midi, les ont été engagés pour une intervention commune de Trélissac, ldt la Feuillera… https://t.co/2A1JHaaTyt
16:39Sarlat-la-Canéda : C’est parti jusqu’au 31 décembre -> https://t.co/BRTxW9T1gz
16:22RT : Fraternité, fraternité avec nos concitoyens : ce mot de notre devise républicaine prend tout son sens cette nuit, a… https://t.co/jtufgfVetx
16:22RT : Emploi : en Corrèze, festival et lieu de création théâtrale dirigé par un collectif d'artistes situé à Tu… https://t.co/Jn0mFvYHVv
16:20Posture vigipirate : urgence attentat. Renforcement de la sécurité en Haute-Vienne. Lire communiqué du préfet https://t.co/sadCBwI1Rw
16:19Le maire de Limoges a adressé un courrier de soutien au maire de Strasbourg. A lire https://t.co/MTeItTaYav
15:59Chancelade : Une série de chantiers pour achever le mandat -> https://t.co/SjZXlH4u5e
14:08Bergerac : Gilet jaune, Tomy a débuté une grève de la faim -> https://t.co/CCB7bI5Nxs
13:21Bergerac : Le président n’a convaincu aucun gilet bergeracois -> https://t.co/k6fvRPU9by
12:55Déni, traitement et problèmes des sérologies : tous les sujets balayés lors de la conférence du Pr Perronne en… https://t.co/TzznHJoajt
11:35RT : les avocats font un lancer de codes (civil, santé publique, travail...) dans le parc de la préfecture "pour… https://t.co/kJ25uq7oTB
11:31RT : les avocats font un lancer de codes (civil, santé publique, travail...) dans le parc de la préfecture "pour… https://t.co/kJ25uq7oTB
11:30RT : 🔴 Le plan est relevé au niveau Urgence Attentat. Il permet une vigilance et une protection maximum en c… https://t.co/4lpSqRCX2e
11:21RT : les avocats font un lancer de codes (civil, santé publique, travail...) dans le parc de la préfecture "pour… https://t.co/kJ25uq7oTB
11:21RT : nouvelle manifestation des avocats (barreaux de Tulle et de Brive) contre la réforme de la justice. Cette fo… https://t.co/L7zhmJCiKm
10:06France : Strasbourg sous le choc, le tireur du marché de Noël toujours recherché -> https://t.co/IiFMCLtqAx
08:50 alimentaire - -Vienne : Les chasseurs soutiennent la Banque Alimentaire 87 -> https://t.co/zmK5VsTtQd
08:00🔜 vous invite à , un village médiéval remarquable du . Laissez-vous guider par Nadia… https://t.co/qnKXg3btV9
07:55 jaunes - -Vienne : Des gilets jaunes reçus par le préfet -> https://t.co/IKTJ6Wgned
07:53 # - -Vienne : Manifestation vendredi: la CGT très très remontée -> https://t.co/14JOVi3O5c
07:50Région : Lycées: faible mobilisation mais grosse détermination -> https://t.co/X4xYRYqd0x
07:48France : Le mensonge d’une augmentation du Smic -> https://t.co/vJyECp6fPj
07:46France : Fusillade à Strasbourg: "du sang et des douilles" sous les illuminations de Noël -> https://t.co/izj9XTH8qD
22:45Assemblée citoyenne de préparation du conseil municipal ce vendredi 14 décembre 2018 à 19h à notre local du 11 bd S… https://t.co/zdkixOPLXW
22:03Quand t'es plongé dans un simili de thriller avec un brouillard à couper au couteau !! Arrivera, arrivera pas !! 😂… https://t.co/M2I1esxcao

Les enseignants dans la rue

A l’appel de plusieurs syndicats dont le SNES-FSU, les enseignants du second degré étaient en grève hier pour protester contre la stigmatisation faite à l’égard des fonctionnaires, mais également contre les réformes du baccalauréat et de l'entrée dans les études supérieures, vécues comme la mise en place d’un tri social des élèves.

Semaine particulièrement chargée dans l’éducation entre les mobilisations contre les mesures de carte scolaires envisagées dans le premier degré à la rentrée, et la grève des enseignants du second degré hier qui dénoncent la mise en place de mesures très libérales comme la réforme du bac ou du mode d’accès à l’université.
Il fallait être particulièrement courageux hier matin pour braver le froid vif et piquant et venir manifester devant l’inspection académique à Périgueux. Au total, c’est près d’une cinquantaine de personnes qui s’est réunie devant le symbole de l’Education nationale en Dordogne pour porter un ensemble de revendications, dans le cadre d’une journée nationale de grève à laquelle appelaient le SNES-FSU, la CGT et Sud. Mélangés aux enseignants du second degré, on pouvait voir une quinzaine de lycéens de Laure Gatet, des militants de la France insoumise ou encore du Parti communiste.
Autant de voix remontées contre les attaques gouvernementales dont sont la cible à la fois l’Education et d’abord les fonctionnaires. Non seulement leur point d’indice est toujours gelé, mais en plus, ces derniers doivent faire face à un report d’un an minimum du plan de revalorisation des salaires et carrières mis en place par le gouvernement précédent. « Au 1er janvier, nous avons également vu nos salaires diminuer à cause de la hausse combinée de la CSG et de la cotisation pour les pensions de retraite », peste Abderafik Babahani, le secrétaire départemental du SNES-FSU.
Et pour l’instant, les compensations promises se font attendre. Mais il ne s’agit pas là des seules attaques contre la fonction publique qui doit s’attendre à un vaste plan social orchestré par le gouvernement qui, prévoyant la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, voudrait imposer des vacataires, maléables, au détriment de fonctionnaires à statut.
« Dans l’Education, 2 600 postes non pourvus par des titulaires, mais pas des contractuels, vont être supprimés. Quoi qu’en dise le gouverment, des emplois vont être supprimés là où existent des besoins », s’agace Abderafik Babahani.
Les raisons de la colère du personnel enseignant ne s’arrêtent pas à ces seules attaques et concernent également des problématiques plus spécifiques à l’Education nationale. A ce titre, deux réformes plus emblématiques les poussent à descendre dans la rue : la réforme du bac et la mise en place de Parcoursup pour l’admission à l’université. « Derrière ce logiciel, se cache en réalité une machine à tri», affirme Abderafik Babahani. « Dans les faits, 50 % de la formation universitaire est déjà sélective, comme par exemple les IUT où l’on accède par dossier. Là, les universités vont mettre en place des filtres et exiger des formations supplémentaires pour accéder aux cursus. Or, pour nous, le bac est le premier grade universitaire qui doit permettre de choisir après son grade universitaire ».
La réforme du bac telle qu’envisagée est également un motif de courroux, car les filières classiques L, ES et S disparaîtraient au profit de parcours, neuf au total, personnalisables à la carte.
« Elèves et familles devront choisir des bouquets de parcours. Cette mise en place de stratégies de réussite est inacceptable. Il y aura les familles d’initiés qui parviendront à tirer leur épingle du jeu, et les autres, qui seront mis sur la touche. C’est un retour en arrière. Sans compter les conséquences sur les conditions de travail des enseignants. Depuis l’arrivée de Macron, tout s’accélère et l’on glisse vers une politique droitière», dénonce Abderafik Babahani.
Les conditions de travail des enseignants sont justement une des autres revendications portées, avec notamment une surcharge du nombre d’élèves par classe dans les lycées (jusqu’à 38), une baisse de moyens pour les collèges ou encore en Dordogne, une fusion des classes de 6e et de 5e en SEGPA. « C’est un management de crise. On fait porter la charge sur les collèges pour calmer les esprits dans les lycées car se profilent la réforme du lycée et des programmes ». D’autres mobilisations en perspective.