Fil info
20:23Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle : Le conseil scientifique de «Nuage Vert» de passage dans le village -> https://t.co/2Swb7VZzE1
20:16Beaulieu-sur-Dordogne : Une histoire de vendange -> https://t.co/4YrpFN1vPF
19:17Dordogne : Radio Vallée Vézère lance un appel aux dons pour sa survie -> https://t.co/cIkF4e02f2
19:16Dordogne : Sarlat à l’heure du 7e art -> https://t.co/9tYXZ0u5BF
18:52Indre : Trois jours de fête et de partage autour des arts et de la culture -> https://t.co/4dKcbwvm2q
18:51Indre : Santé : un référendum d'initiative locale en janvier -> https://t.co/aGWxifLuEP
18:50Indre : Redonner des couleurs aux idéaux communistes -> https://t.co/mQXSjCmdZk
18:48Châteauroux : Un temps de partage en musique -> https://t.co/s92abKZKih
18:02# # - -sur-Gartempe : Les Bandafolies c’est reparti -> https://t.co/x4lhxRI6zR
18:00# # - -Junien : Quelques secrets de fabrication des gants de luxe Agnelle -> https://t.co/dm7qgkpiu3
17:28Secours Populaire : les enfants creusois se mobilisent pour les enfants d'Haïti https://t.co/XEAP9d9t0h
16:26Sarlat-la-Canéda : Concert Arthur H, un « amour de chien fou » -> https://t.co/uO8A7f0BD1
16:06Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front | L'Echo https://t.co/tPXuXizLhG via
15:41Périgueux : Un programme ambitieux en faveur du logement social -> https://t.co/8hIv15CfPA
11:55Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front -> https://t.co/kqVfcpbUNs
10:09RT : Nouvelle AG des . On fait le point sur l'avancée des procédures en cours. Nous décidons ce jour de poursuivre l… https://t.co/beesvl7sjd
09:46RT : Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV
09:13Dans notre édition aujourd'hui : - Centenaire 14-18 : les communes invitées à sonner les cloches de l'armistice - L… https://t.co/btkBoljzOe
09:04Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV

L'affaire Seznec relancée après la découverte de deux os humains

ÉNIGME JUDICIAIRE. Sans preuves, Guillaume Seznec avait été condamné au bagne à perpétuité en 1924 pour le meurtre de Pierre Quémeneur, conseiller général du Finistère. L'enquête pourrait être rouverte sous peu.

MORLAIX (29)
Près d'un siècle après la disparition de Pierre Quémeneur, la découverte de deux os humains, lors de fouilles dans l'ancienne maison de la famille Seznec à Morlaix (Finistère), a relancé une des plus retentissantes énigmes judiciaires en France.
Sans preuves et sans aveux, Guillaume Seznec a été condamné en 1924 au bagne à perpétuité pour le meurtre un an plus tôt de Pierre Quémeneur, conseiller général du Finistère avec lequel il était associé en affaires, ainsi que pour des faux en écriture. Mais le corps de Quémeneur n'a jamais été retrouvé.
C'est pour tenter d'élucider cette énigme qu'un ancien avocat de la famille, Denis Langlois, et l'auteur d'un livre sur l'affaire, Bertrand Vilain, ont lancé des fouilles « privées » dans l'ancienne maison des Seznec où l'élu aurait en fait été tué involontairement par l'épouse du condamné, selon eux.
Les fouilles effectuées dans un ancien cellier ont livré un premier résultat samedi : un os humain a été découvert, « peut-être une tête de fémur
», selon le procureur de Brest Philippe Récappé. « Une photo en a été prise » et « a été transmise au médecin légiste », a assuré le procureur. Un autre fragment d'os a été retrouvé hier, cette fois par les enquêteurs de la police qui ont pris le relais après les premières découvertes. La PJ de Rennes a été saisie de l'enquête.
Avant de repartir vers 16h hier, les enquêteurs ont mis des scellés sur la maison avec les mentions : « lieu de recherche des causes de la mort » et « découverte de deux fragments d'os et une pipe ». « Il y aura d'autres choses. On s'attendait à faire des découvertes à un mètre de profondeur et on trouve à la surface », a déclaré à l'AFP Bertrand Vilain, qui est l'un des initiateurs des fouilles. « On avait une information solide, un témoignage précieux. On n'a pas creusé au hasard ».
Ces nouvelles recherches sont motivées par la révélation, dans un ouvrage de Denis Langlois paru en 2015, du témoignage inédit d'un des enfants du couple Seznec, âgé de 11 ans au moment des faits. Il a été enregistré en 1978 par l'un de ses neveux. En ce jour ensoleillé de mai 1923, « Petit-Guillaume » raconte avoir entendu sa mère repousser les avances d'un certain « Pierre », puis avoir vu Quémeneur par terre et sa mère debout devant lui. « Je crois qu'elle a dû se défendre et le frapper à la tête », racontait-t-il, selon le récit qu'en a fait Denis Langlois dans « Pour en finir avec l'affaire Seznec ».
Mort en 1982, « Petit-Guillaume » a livré ce témoignage au soir de sa vie. Quant à Denis Langlois, il l'a conservé pendant plus de 35 ans.
« L'hypothèse sur laquelle nous travaillons c'est que Pierre Quémeneur aurait tenté d'abuser » de l'épouse de Seznec qui « se serait défendue
en le frappant avec un candélabre », a expliqué dimanche à l'AFP Bertrand Vilain.
Si les nouvelles fouilles corroborent le témoignage de « Petit-Guillaume », une procédure de révision du procès de Seznec devrait être mise en route. Depuis 1924, quatorze demandes en révision du procès ont été rejetées, la dernière en 2006. AFP