Fil info
21:05Sport : Guillaume Porche, en bolide devance Clément Christen -> https://t.co/nzb0oHRXSW
21:04Cyclisme : Yates, Froome: les transformations d'un Giro -> https://t.co/Ay8WPoPhPh
20:14RT : Guéret : "Au point de non retour" | L'Echo https://t.co/BKLiBm7ExD via
20:13Guéret : "Au point de non retour" | L'Echo https://t.co/BKLiBm7ExD via
19:47Tulle : La Manu reconstituée à l'échelle 1/500e -> https://t.co/emWX2ae3CL
18:40Indre : 1000 km pour les résidents des EHPAD -> https://t.co/xDG5N6LNFf
18:39Le Blanc : Retour en images sur Chapitre Nature -> https://t.co/GIg96myR5j
18:38Les travaux des bâtiments communaux de Saint-Sulpice-le-Dunois ont été inaugurés samedi sous l’œil du ministre de l… https://t.co/4hEXfbp2VP
17:58Périgueux : De l’information et des rencontres -> https://t.co/BnJBV3mSSZ
17:00Grignols : Trouver une solution technique autre que le comblement -> https://t.co/Qt84hICQJS
16:47Thenon : Les cheminots s’invitent au péage -> https://t.co/rAuNF80OcW
11:51RT : Un terrible orage de grêle le 8 mai a mis l’avenir de Raulhac en péril. La totalité de la récolte 2018 et probablem… https://t.co/e8BgivOY02

L'affaire Seznec relancée après la découverte de deux os humains

ÉNIGME JUDICIAIRE. Sans preuves, Guillaume Seznec avait été condamné au bagne à perpétuité en 1924 pour le meurtre de Pierre Quémeneur, conseiller général du Finistère. L'enquête pourrait être rouverte sous peu.

MORLAIX (29)
Près d'un siècle après la disparition de Pierre Quémeneur, la découverte de deux os humains, lors de fouilles dans l'ancienne maison de la famille Seznec à Morlaix (Finistère), a relancé une des plus retentissantes énigmes judiciaires en France.
Sans preuves et sans aveux, Guillaume Seznec a été condamné en 1924 au bagne à perpétuité pour le meurtre un an plus tôt de Pierre Quémeneur, conseiller général du Finistère avec lequel il était associé en affaires, ainsi que pour des faux en écriture. Mais le corps de Quémeneur n'a jamais été retrouvé.
C'est pour tenter d'élucider cette énigme qu'un ancien avocat de la famille, Denis Langlois, et l'auteur d'un livre sur l'affaire, Bertrand Vilain, ont lancé des fouilles « privées » dans l'ancienne maison des Seznec où l'élu aurait en fait été tué involontairement par l'épouse du condamné, selon eux.
Les fouilles effectuées dans un ancien cellier ont livré un premier résultat samedi : un os humain a été découvert, « peut-être une tête de fémur
», selon le procureur de Brest Philippe Récappé. « Une photo en a été prise » et « a été transmise au médecin légiste », a assuré le procureur. Un autre fragment d'os a été retrouvé hier, cette fois par les enquêteurs de la police qui ont pris le relais après les premières découvertes. La PJ de Rennes a été saisie de l'enquête.
Avant de repartir vers 16h hier, les enquêteurs ont mis des scellés sur la maison avec les mentions : « lieu de recherche des causes de la mort » et « découverte de deux fragments d'os et une pipe ». « Il y aura d'autres choses. On s'attendait à faire des découvertes à un mètre de profondeur et on trouve à la surface », a déclaré à l'AFP Bertrand Vilain, qui est l'un des initiateurs des fouilles. « On avait une information solide, un témoignage précieux. On n'a pas creusé au hasard ».
Ces nouvelles recherches sont motivées par la révélation, dans un ouvrage de Denis Langlois paru en 2015, du témoignage inédit d'un des enfants du couple Seznec, âgé de 11 ans au moment des faits. Il a été enregistré en 1978 par l'un de ses neveux. En ce jour ensoleillé de mai 1923, « Petit-Guillaume » raconte avoir entendu sa mère repousser les avances d'un certain « Pierre », puis avoir vu Quémeneur par terre et sa mère debout devant lui. « Je crois qu'elle a dû se défendre et le frapper à la tête », racontait-t-il, selon le récit qu'en a fait Denis Langlois dans « Pour en finir avec l'affaire Seznec ».
Mort en 1982, « Petit-Guillaume » a livré ce témoignage au soir de sa vie. Quant à Denis Langlois, il l'a conservé pendant plus de 35 ans.
« L'hypothèse sur laquelle nous travaillons c'est que Pierre Quémeneur aurait tenté d'abuser » de l'épouse de Seznec qui « se serait défendue
en le frappant avec un candélabre », a expliqué dimanche à l'AFP Bertrand Vilain.
Si les nouvelles fouilles corroborent le témoignage de « Petit-Guillaume », une procédure de révision du procès de Seznec devrait être mise en route. Depuis 1924, quatorze demandes en révision du procès ont été rejetées, la dernière en 2006. AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.