Fil info
20:23Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle : Le conseil scientifique de «Nuage Vert» de passage dans le village -> https://t.co/2Swb7VZzE1
20:16Beaulieu-sur-Dordogne : Une histoire de vendange -> https://t.co/4YrpFN1vPF
19:17Dordogne : Radio Vallée Vézère lance un appel aux dons pour sa survie -> https://t.co/cIkF4e02f2
19:16Dordogne : Sarlat à l’heure du 7e art -> https://t.co/9tYXZ0u5BF
18:52Indre : Trois jours de fête et de partage autour des arts et de la culture -> https://t.co/4dKcbwvm2q
18:51Indre : Santé : un référendum d'initiative locale en janvier -> https://t.co/aGWxifLuEP
18:50Indre : Redonner des couleurs aux idéaux communistes -> https://t.co/mQXSjCmdZk
18:48Châteauroux : Un temps de partage en musique -> https://t.co/s92abKZKih
18:02# # - -sur-Gartempe : Les Bandafolies c’est reparti -> https://t.co/x4lhxRI6zR
18:00# # - -Junien : Quelques secrets de fabrication des gants de luxe Agnelle -> https://t.co/dm7qgkpiu3
17:28Secours Populaire : les enfants creusois se mobilisent pour les enfants d'Haïti https://t.co/XEAP9d9t0h
16:26Sarlat-la-Canéda : Concert Arthur H, un « amour de chien fou » -> https://t.co/uO8A7f0BD1
16:06Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front | L'Echo https://t.co/tPXuXizLhG via
15:41Périgueux : Un programme ambitieux en faveur du logement social -> https://t.co/8hIv15CfPA
11:55Bergerac : Germaine de La Valette Monbrun, infirmière tombée au front -> https://t.co/kqVfcpbUNs
10:09RT : Nouvelle AG des . On fait le point sur l'avancée des procédures en cours. Nous décidons ce jour de poursuivre l… https://t.co/beesvl7sjd
09:46RT : Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV
09:13Dans notre édition aujourd'hui : - Centenaire 14-18 : les communes invitées à sonner les cloches de l'armistice - L… https://t.co/btkBoljzOe
09:04Un événement sismique de magnitude 3,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti dans l'Ouest Creusois à 4h12 du mat… https://t.co/Kupx5hHaVV

Transie par un froid venu de Sibérie, la France va grelotter jusqu'à mercredi

MÉTÉO. Depuis hier le thermomètre a fait une chute vertigineuse (jusqu'à -10°). Le plan « grand froid » a été déclenché dans 37 départements. 3100 places d'hébergement de plus ont été ouvertes.

FRANCE
Jusqu'à -10°C, ressenti -18°C : un froid venu de Sibérie a gagné la France hier après-midi, avec des températures loin des records hivernaux
mais qui mettent en danger les sans-abri pour lesquels des hébergements supplémentaires ont été ouverts.
« J'ai de la chance d'être ici au chaud, dehors ça devient impossible à cause du froid » : Chafirq, un Afghan de 20 ans, fait partie des quelque 200 migrants majeurs accueillis dans des hangars dans la nuit de samedi à dimanche à Calais.
« Jusqu'à maintenant, c'était tenable.
Mais là, on sent que ça va venir », s'est inquiété de son côté René Gauthier, 65 ans, ancien chauffeur-livreur sans domicile depuis 26 ans qui avait une place réservée pour la nuit de samedi à dimanche dans un gymnase de Strasbourg réquisitionné par la préfecture.
Les thermomètres affichaient déjà des températures négatives dimanche matin sur un quart Nord-Est, et le froid devait encore s'accentuer
avec l'arrivée par l'Est dans l'après-midi de masses d'air froid intenses venues de Sibérie. Ce phénomène connu sous le nom de «Moscou-Paris » va ensuite se propager au reste du pays qui devrait vivre entre lundi et mercredi les journées les plus froides de l'hiver.
Météo France prévoit ainsi entre lundi et mercredi des minimales de -6°C à -10°C sur une grande moitié Est (hors Méditerranée, entre 0°C et -4°C) et de -2°C et -6°C sur l'Ouest, des températures inhabituelles aussi tard dans la saison. Mardi et mercredi devraient être les deux jours les plus froids.
« Mettre tout le monde à l'abri »
En raison d'un vent soutenu, les températures ressenties descendront bien plus bas : entre -12°C et -18°C, voire -25°C en montagne. Cet épisode de froid a poussé les autorités à déclencher dans 37 départements le plan « grand froid », avec plus de 3 100 places temporaires d'hébergement supplémentaires pour les sans-abri. « Des consignes très fermes ont été données à l'ensemble des préfets pour qu'ils mettent
tout le monde à l'abri, c'est-à-dire qu'on va demander aux maires de pouvoir ouvrir des gymnases, des équipements publics pour que personne
ne soit ce soir dehors », a assuré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb hier sur Europe 1. Interrogé sur les risques de décès, il a répondu
« c'est possible, hélas, lorsque les températures atteignent ce qu'on nous prédit ».
Un homme de 62 ans qui vivait dans une cabane dans les bois dans les Yvelines a été retrouvé mort vendredi, un décès dû en partie au froid, selon la gendarmerie.
Mais les sans-abri ne sont pas la seule population à risque. Les autorités sanitaires conseillent ainsi de garder nourrissons et personnes âgées à l'intérieur.
Simple « coup de froid » au Sud Pour les autres, il vaut mieux limiter les efforts physiques et bien se couvrir pour éviter gelures, hypothermie,
et aggravation d'éventuels risques cardio-vasculaires. Attention également aux risques d'intoxications au monoxyde de carbone.
L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a elle appelé chacun à limiter sa consommation d'électricité, surtout entre 18h et 20h, soulignant sur Twitter que la production d'électricité lors des pics de froid est « la plus carbonée », avec les moyens de production « les + polluants et les + chers ».
Après un mois de janvier historiquement doux, et un début février neigeux, cet épisode de froid, qui serait banal en plein coeur de l'hiver, est notable en raison de sa date. La France n'a ainsi pas connu un tel froid tardif depuis fin février-début mars 2005.
Sur la grande moitié Nord, la « vague de froid » pourrait durer jusqu'à la fin de la semaine, mais le Sud devrait vivre un simple « coup de froid », intense mais plus bref, avec un redoux attendu dès mercredi, accompagné de chutes de neige.
La neige pourrait remonter vers le nord jeudi, mais les prévisions météo ne précisent pas encore l'intensité de cet épisode.
AFP