Fil info
18:40La finale hommes a débuté à 18h. Aubusson mène 1 à 0 grâce à Jeremy Nury.
17:32En direct de Felletin pour les finales de la Coupe de la creuse. Chez les féminines, La souterraine s'incline après… https://t.co/jcxNTx1DZG
23:32France : Can Dündar : « Erdogan est prêt à tout pour ne pas perdre » -> https://t.co/EEORIcrfka
23:26France : Edouard Philippe sur la Route de la soie en Chine -> https://t.co/7spX09AqNQ
23:23International : Grèce : le prix douloureux de la souveraineté financière -> https://t.co/73XW1JHN9k
22:07Egletons : La nature s'expose dans la ville -> https://t.co/3ZT1hVTlqO
22:02Corrèze : Laura Flessel en Corrèze : une visite équilibrée entre haut niveau et sport pour tous -> https://t.co/0HUWcBH5R0
21:06Rugby : Brûler d’une possible fièvre -> https://t.co/R83zYYChkr
21:03Football : La France en apnée mais c'est elle qui respire le mieux -> https://t.co/uHpY6CNAcq
20:23Périgueux : Majorité : la fracture est consommée -> https://t.co/vy3bfdUrfU

Barrages, biens communs que l’Europe veut ouvrir à la concurrence

HYDRAULIQUE.

FO, CGT, CFDT et CFE-CGC : c’est en intersyndicale que cinq cents salariés de concessions hydrauliques de toute la France ont manifesté hier devant le Parlement européen à Strasbourg. Leur objectif : convaincre les eurodéputés français de s’opposer à l’ouverture à la concurrence des barrages hydrauliques réclamée par la Commission européenne.
Cette exigence est dans le droit fil de la construction d’un marché européen de l’énergie fondé sur le marché et la concurrence que la Commission s’attelle à mettre en place depuis les années 1990, dans une philosophie toute similaire à celle déclinée dans les transports qui donne lieu au débat actuel sur la SNCF pour pouvoir ouvrir à la concurrence le marché du transport des voyageurs.
Depuis 2008, la France ne cesse de promettre cette libéralisation des barrages mais, las, la Commission a lancé un ultimatum en 2015 qui arrive à échéance. « Ce n’est pas le moment de capituler devant une Commission finissante, engluée dans les scandales et fragilisée » argue
Alexandre Grillat, secrétaire national de la CFE-CGC Énergies. Pour convaincre les eurodéputés français de tenir le coup, les syndicalistes
ont de nombreux arguments.
L’absence de concurrence sur le marché électrique français avancée par Bruxelles est fausse, la France serait le seul pays à le faire, l’option ignore le volet gestion de l’eau des barrages, les missions de services publiques assurées… (lire ci-dessous).
Quelle que soit la manière d’aborder le sujet, l’ouverture à la concurrence aboutit à une impasse. La transition énergétique ? Se priver
d’un outil central. La sûreté nationale ? Idem, que ce soit pour le système électrique en général ou celui des centrales nucléaires en particulier. Les salariés ? Tous ceux qui ne travaillent pas exclusivement sur une concession - ingénierie - se retrouveraient sur le carreau.
Les contribuables ? L’État ne manquera pas de devoir « compenser » les concessions les moins rentables.
Et quid des barrages devant baisser la production ? D’autres compensations en perspective avec l’idée de devoir finalement payer pour une électricité non produite ?
D’où la question finale : pourquoi ? Parce que l’activité est rentable, que les investissements ont d’ores et déjà été faits et que les industriels qui y auraient intérêt ont, d’évidence, de puissants relais. Et quand on découvre que le gouvernement propose à la commission européenne de mettre en place des appels d’offre où une même structure ne pourrait pas remporter plus que 60 % du marché, cela ressemble à une spoliation, un partage du gâteau sur le dos des opérateurs historiques, en l’occurrence EDF. « Des opérateurs étrangers, de l’Europe ou d’ailleurs, ont déjà montré leur intérêt » assure Alexandre Grillat. Mais le syndicaliste se méfie également d’industriel français, « il ne serait pas surprenant de voir Total intéressé quand on regarde la stratégie qu’il met en oeuvre dans les énergies renouvelables ».
L’intersyndicale a réalisé hier sa première action d’envergure. Elle ne compte pas s’arrêter là et entend bien interpeller les élus comme les  Citoyens à leur devoir de protection des services publics, des biens communs et de l’intérêt général.
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.