Fil info
22:08Alors que les inquiétudes pèsent quant à l’éloignement programmé du tribunal des justiciables, les justiciables lam… https://t.co/1cP3nMndcy
21:26Tulle : La Ville de demain s’imagine avec Minecraft -> https://t.co/vePlPqyR7I
18:32Indre : Tea time au lycée pour améliorer son anglais -> https://t.co/vraNnZkLtM
17:47RT : Pour la plus belle gare de France, Limoges Bénédictins est en demi-finale contre Tours.
17:33Châteauroux : Saint-Denis : une agence postale à la place du relais, c’est non ! -> https://t.co/V8k36YqyKJ
17:25Bergerac : Journée d’actions de la CGT pour répondre aux urgences sociales -> https://t.co/64rAHkuja0
17:02Pour la plus belle gare de France, Limoges Bénédictins est en demi-finale contre Tours.
17:02Région : Nécrologie: Bernard ! On ne t’oubliera pas | L'Echo https://t.co/dcs9Bd6WWI via
16:59Terrasson-Lavilledieu : Une Sainte Barbe honorée -> https://t.co/zwRpB3tRpg
16:57Sarlat-la-Canéda : La procédure est enclenchée pour la déviation nord -> https://t.co/as1w695VE9
15:51Périgueux : « C’est Macron qui nous a assassinés » -> https://t.co/jkMKeOtuJL
15:47Saint-Aquilin : Une gestion à construire -> https://t.co/XlwvXAoJWi
15:09Région : Bernard Defaix n'est plus -> https://t.co/RJY6Gz1Rey
11:47 grève TER annoncée
11:39Grève demain : service minimum d’accueil à Limoges au centre de loisirs de Beaublanc, (103, avenue Montjovis). Les… https://t.co/7h0Q7QBTrQ
11:21RT : samedi, les portes de la mairie seront ouvertes afin de recueillir les doléances des citoyens dans le cadre… https://t.co/l8hDVb1XtL
11:19 samedi, les portes de la mairie seront ouvertes afin de recueillir les doléances des citoyens dans le cadre… https://t.co/l8hDVb1XtL
09:42 municipal # - : Le budget au menu du conseil municipal -> https://t.co/uXpp5REBJs
09:40 - -Vienne : La gronde des avocats ne faiblit pas -> https://t.co/zuQybNTTMu
09:37 jaunes - -Vienne : Pugilat entre Gilets jaunes -> https://t.co/wdSoZ3IEon
09:34Région : A qui appartient «La Joconde des Ferrari ?» -> https://t.co/lKIiTbKgch
08:08RT : Les aides publiques aux entreprises privées, c’est 200 milliards d’euros ! Les grands groupes encaissent ces sommes… https://t.co/HNYWv1ZlJv

« Un projet de loi qui ne règle rien »

PIERRE DHARRÉVILLE. Député PCF des Bouches-du-Rhône, il ferraille à l’Assemblée contre la réforme.

ENTRETIEN
Le rapport Degest montre que la gestion de la dette voulue par le gouvernement a surtout servi à « engraisser » les banques.
La question de la dette est une des raisons avancées par le gouvernement pour expliquer cette réforme mais, en séance, la ministre des Transports refuse de répondre à toutes nos questions sur la manière dont elle entend s’occuper de la dette. Donc la réforme telle que pensée actuellement ne va absolument pas régler cette question de la dette et de la charge de la dette. Et cette dernière est un véritable problème parce que elle pompe des capacités d’investissements alors que les commandes ont été faites par l’État, conduisant la SNCF à s’endetter pour pouvoir répondre aux besoins, et aujourd’hui on lui explique que c’est de sa faute. Il faut que cette question soit réglée par la puissance publique parce que c’est un endettement profitable pour le pays qui garantit son développement, l’égalité territoriale, une réponse efficace aux besoins de déplacement. De ce point de vue il y a une erreur de diagnostic fondamentale de la part du gouvernement qui a commencé en expliquant que c’était à cause du statut des cheminots que la SNCF avait des problèmes.
Cheminots dont le rapport souligne au contraire la forte productivité mais aussi l’impact que cela a sur leur santé. Simple « erreur » de diagnostic ?
Erreur forcément délibérée puisqu’il y a une volonté ferme de déréglementer, de libéraliser, de privatiser. Mais la fragilité des arguments avancés repose sur la fragilité du diagnostic. Ce qui invalide la réforme qui est proposée. Sur les cheminots, dans l’hémicycle, les propos sont devenus beaucoup plus prudents et le gouvernement nous vante désormais leur travail formidable. Mais le respect des cheminots ne se mesure pas aux paroles mais dans les actes. Y compris dans le respect des conditions de travail et de rémunération. Pour l’instant, la remise en cause du statut montre que la génération qui vient va être considérée de manière différente, et va donc créer des inégalités à l’intérieur de l’entreprise, sur l’ensemble du secteur ferroviaire.
Réalisé par A.S.