Fil info
17:57 — Indre : Anciens combattants : une victoire pour le centenaire de l’UNC -> https://t.co/fZg25SmbKj
17:56 — Le Poinçonnet : La nouvelle saison de l’AsphodĂšle a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e -> https://t.co/QWCXeeYnr0
16:47 — Salagnac : Salagnac jumelĂ© avec Campagnes-sur-Aude -> https://t.co/Kvq0JgAZcd
16:42 — Terrasson-Lavilledieu : Aquifrance : les salariĂ©s veulent garder leur ancien directeur -> https://t.co/XTmTQLIqer
16:42 — PĂ©rigueux : Une action interprofessionnelle le 28 juin -> https://t.co/hAZZnPOOU9
16:40 — PĂ©rigueux : Une action interprofessionnelle le 28 juin -> https://t.co/4Ra3Ggtfzu
16:38 — RĂ©gion : Martial Faucon fait Chevalier de la LĂ©gion d’Honneur -> https://t.co/hCz5SaVeqT
16:16 — RT : Merci au qui fait un gros travail de responsabilisation de pauvres grñce à son beau mobilier anti sans-
 https://t.co/slQkZhSPGZ
16:13 — RT : ⚠Accident sur au niveau d'une zone de travaux 🚧impliquant un vĂ©hicule de la DIRCO (sens Brive-Limoges) Sortie
 https://t.co/CbqBA3y0Jb
16:11 — RT : Honteux. VoilĂ  la rĂ©alitĂ© de la rĂ©forme. Transfert d’un cheminot au privĂ©, 2 options. Option 1 : si son activitĂ© r
 https://t.co/YyyVl5S0Ip
15:37 — Les avocats de Brive, Tulle, de Creuse, de Limoges dĂ©noncent "le dĂ©but d’un processus de dĂ©localisation de notre C
 https://t.co/UTV59Jq7m7
13:51 — DĂ©bat de L'Echo sur l'importance des collectivitĂ©s dans la vie quotidienne. https://t.co/0cApHjlAdi 
 https://t.co/m73O5z5l6A
12:55 — RT : Macron m'a "tuer" Ma Gare Ma Ligne j'y tiens https://t.co/p1HbsVaVmY
12:55 — RT : la gare est à vendre ! https://t.co/f7FaFIB129
12:33 — RT : La gare de point de rencontre entre les cheminots correziens et haut-viennois. Ils veulent le rĂ©tablisse
 https://t.co/u0gffZl1PS
12:33 — RT : Les cheminots plastifient la gare de https://t.co/J9qrzg1M9M
11:44 — RT : Le convoi de cheminots arrive en gare de https://t.co/gXu8mACbK2
11:40 — Toutes les infos sur le Salon Plumes en Berry du 24 juin sur le site https://t.co/fZzkyQzwep. L'invitĂ© d'honneur d
 https://t.co/OZNxP6kMl9
11:22 — RT : les cheminots sont sur les rails https://t.co/uMCFYd3yN1
10:52 — RT : Limoges, samedi rassemblement pour soutenir le peuple palestinien face Ă  un Ă©tat israĂ©lien d’extrĂȘme droite. https://t.co/Z9TyowzQQI
10:05 — France : Encore plus d’activitĂ©s Ă  la station Sports nature -> https://t.co/USKvH4mVtT
10:01 — France : «Une rĂ©ponse adaptĂ©e et professionnelle» -> https://t.co/cI6g8Phcv5
09:53 — France : Ă©couter, accompagner, informer -> https://t.co/mqyfAIAs3z
07:52 — RĂ©gion : Au service des citoyens oui mais... -> https://t.co/KeMAN8IMz4
22:40 — Brive-la-Gaillarde : Question : quartier libre ou pas ? | L'Echo https://t.co/e2ZPmXIdgE via
21:33 — RT : 😍😍😍😍😍😍😍😍 C'EST FINIIIIIII ! ON A GAGNÉ !!!!!!! đŸŽó §ó ąó „ó źó §ó żđŸ‡«đŸ‡· https://t.co/2ENqyERU1X
19:42 — Brive-la-Gaillarde : Question : quartier libre ou pas ? -> https://t.co/OvwusDOTrK

Macron reste droit dans ses bottes

POLITIQUE. Interrogé hier soir sur BFM-RMC, le locataire de l'Elysée a usé d'incantations pour se justifier sur la Syrie comme sur ses réformes qui profitent aux plus riches.

FRANCE
Il prĂ©tend "entendre les colĂšres" mais ne dĂ©vie pas sa trajectoire libĂ©rale d'un iota. Parfois gĂȘnĂ© par les questions insistantes de Plenel (Mediapart) et de Bourdin (BFM-RMC) qu'il jugeait "dĂ©magogiques", Emmanuel Macron est restĂ© droit dans ses bottes hier soir. PlutĂŽt Ă  l'aise dans cet exercice, il a toutefois usĂ© d'un grand nombre de pirouettes et d'incantations pour convaincre du bien fondĂ© de sa politique qui profite, il en convient Ă  demi-mot quand il "assume [s]es gestes fiscaux" ou la hausse de la CSG, aux plus aisĂ©s. "La thĂ©orie du ruissellement, je n'y crois pas", a-t-il nuancĂ© promettant qu'il "n'y aura pas de crĂ©ation d'impĂŽt nouveau".
Sur les retraites, il a rĂ©futĂ© vouloir mettre fin au systĂšme par rĂ©partition, mais a dit vouloir "revoir les injustices". "Tous les rĂ©gimes spĂ©ciaux" ont vocation Ă  disparaĂźtre d'ici 10 ans, a-t-il annoncĂ©, y compris celui de la SNCF qui "perd un milliard et demi chaque annĂ©e parce qu'elle n'est pas assez efficace et qu'il y a un statut", maintenant ainsi le mythe de cheminots privilĂ©giĂ©s. "Je ne veux pas privatiser la SNCF, ce serait un non sens", a-t-il ajoutĂ© alors mĂȘme que sa rĂ©forme fonce vers cette voie. Puis de promettre une "reprise de dette" de la part de l'État.
Concernant la colĂšre sociale qui s'exprime dans beaucoup de secteurs, le prĂ©sident de la RĂ©publique refuse d'y voir une "coagulation des luttes". En outre, le chef de l'Etat considĂšre qu'il y a des "colĂšres lĂ©gitimes" qu'il "respecte" comme celle dans les Ehpad, Ă  l'HĂŽpital et mĂȘme Ă  la SNCF. Et d'autres colĂšres "non lĂ©gitimes" Ă  l'image de celles exprimĂ©es par les Zadistes Ă  Notre-Dame-des-Landes qui "n'adhĂšrent plus Ă  l'ordre rĂ©publicain". Ou encore dans les universitĂ©s occupĂ©es selon E. Macron par des "professionnels du dĂ©sordre", souvent extĂ©rieurs aux campus et qui auraient des "visĂ©es politiques".
Sur bien des dossiers le passĂ© de l'ancien banquier de chez Rothschild resurgit. Quand on lui demande pourquoi Carrefour licencie 2 400 salariĂ©s en faisant des millions de bĂ©nĂ©fices, il rĂ©pond d'un air narquois : "Je ne vais pas vous dire que je vais interdire les plans sociaux". Mais pourquoi pas les licenciements boursiers ? MĂȘme attitude hautaine lorsqu'on lui parle des 60 Ă  80 milliards d'euros annuels d'Ă©vasion fiscale qu'il prĂ©fĂšre appeler "optimisation fiscale". PlutĂŽt que faire sauter le verrou de Bercy - "un prĂ©sident n'a pas Ă  donner d'instruction sur le contrĂŽle fiscal" - il renvoie la patate chaude Ă  l'Europe, invitĂ©e Ă  trouver une "convergence fiscale".
A l'international, il tente de montrer ses muscles, au surlendemain de sa premiÚre opération militaire d'envergure : le lancement avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne de missiles en Syrie sans mandat de l'ONU. Une opération, dit-il, "réussie sur le plan militaire" et qu'il cherche à justifier. Sans en apporter la preuve, il jure que "des armes chimiques ont été utilisées par le régime syrien". "Nous avons la pleine légitimité internationale pour intervenir dans ce cadre".
A ceux qui craignent désormais pour l'équilibre du monde, il répond que "la France n'a pas déclaré la guerre au régime de Bachar El Assad". "Nous devons enclencher un processus inclusif pour gagner la paix".
RĂ©my Cougnenc

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisĂ©e.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformĂ©es en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont Ă  la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.