Fil info
20:08Périgueux : Des petites voitures pour apaiser le passage à l’hôpital -> https://t.co/ztOxC0MiAL
20:02Coulounieix-Chamiers : Un marché bio chez Emmaüs -> https://t.co/2ip0ThVUlP
19:40RT : Ces chiffres de l'OCDE sur les 15-34 ans résument tout le mal français.
18:47Région : Vaste chantier, oui mais... -> https://t.co/PEDFJDvVvu
18:32Sainte-Féréole : La Nuit de la bourrée en Limousin c’est samedi ! -> https://t.co/XJBhLEGM2C
18:15# # - -Vienne : La face sombre du Brésil et la vitalité des luttes -> https://t.co/sNu40manf1
17:18Indre : Gilets jaunes : déjà deux mille personnes inscrites pour le 2 février -> https://t.co/Vb2spLO9xe
17:04Sarlat-la-Canéda : Installation du NRO de Sarlat -> https://t.co/5K9nBd29Ry
17:00# # - -Vienne : Expulsions du territoire : René Bokoul doit rester en France ! -> https://t.co/8JvbCDawIu
16:18RT : On ne parle pas assez des bienfaits du calva 😃 https://t.co/19MoJ7qVeH
16:18RT : Petite balade à Montmartre sous la neige ce matin quand soudain magnifique rencontre avec ce chanteur... avec cette… https://t.co/bZ9DxrrmnF
16:04# # - -Vienne : Rocío Márquez : pur flamenco -> https://t.co/4KedhmzEy0
15:49Périgueux : 1 000 euros récoltés au profit des clowns hospitaliers -> https://t.co/QUffOt5vYY
11:51 Dupuytren 2 et ils fermeront bientôt St-Junien et St-Yrieix !!! Complètement à côté de la plaque !!!
11:43Pour ne prendre aucun risque sur la neige aujourd’hui, l’atelier “comprendre comment mon enfant se sent aimé” animé… https://t.co/tyIN7407KI
11:11Bergerac : Six mois de travaux et un accueil de la mairie entièrement repensé -> https://t.co/UCNI92L8W5
09:14Sport : Lucas Pouille en 1/2 finale de l'open d'Australie -> https://t.co/EiKadoldBD
08:32 il faut améliorer le cheminement des visiteurs et malades qui viennent à la journée c'est h… https://t.co/1BzdlWBdiu
08:30 # - -Vienne : Les Steva ne sont guère enthousiastes -> https://t.co/1QerQipBbz
08:28RT : Région : Le CHU Dupuytren 2 ouvre en mars -> https://t.co/047eEyCcvO
08:23Région : Le CHU Dupuytren 2 ouvre en mars -> https://t.co/047eEyCcvO

Marseille se veut pionnière de l’éolien flottant

ÉNERGIE. Les professionnels de l’éolien en mer sont réunis à Marseille, clamant les atouts de cette énergie renouvelable et piaffant pour passer à la phase commercialisation...

RENOUVELABLE
L’Écosse vient de raccorder le premier parc éolien flottant au réseau électrique. Une première mondiale. Marseille a bien l’intention d’être pionnière en France.
Depuis hier et jusqu’à demain, les acteurs mondiaux de l’éolien flottant sont réunis à Marseille pour la 5e édition de Fowt – floating offshore wind turbines, éolien flottant en anglais. Le système utilise les mêmes turbines que l’éolien traditionnel mais un ancrage nouveau
qui permet de s’émanciper du mât fixé au fond marin, qui l’oblige à rester près des côtes et défigure le littoral, qui lui interdit les rives méditerranéennes qui plongent trop rapidement, qui le prive d’un potentiel énorme en allant chercher le vent là où il est le plus fort.
Pour répondre aux objectifs que s’est fixé la France en matière d’énergie renouvelable -40 % en 2030- « l’éolien est une solution » assurent les 800 participants de Fowt. Tout est loin d’être cependant acquis car l’éolien flottant est une filière industrielle en construction. « C’est une fusée à trois étages : le prototype [appelé Floatgen, mis en service hier à Saint-Nazaire], les quatre fermes pilotes qui vont roder les aspects techniques et industriels puisqu’on va être à l’échelle 1 et le dernier étage, l’étape à venir, celui des fermes commerciales » explique Olivier Perot, président de France Energie Eolien, association rassemblant les professionnels du secteur.
Cette étape commerciale est justement celle qui intéressent les professionnels réunis dans un événement d’ailleurs accueilli par la Chambre de commerce de Marseille et qui attendent que « l’État envoie des signes clairs » et donnent « le coup d’envoi dès 2018 ». Autrement dit que la Programmation pluriannuelle de l’énergie -PPE- en cours fasse une part belle à l’éolien flottant et que les appels d’offre pour les fermes commerciales soient lancés au plus vite. Parmi les quatre fermes pilotes issus d’un appel à projet de 2016, trois sont sur le littoral méditerranéen dont une en PACA. Intitulée Provence Grand Large, elle est portée par EDF Energies Nouvelles qui a confié la turbine à Siemens et les flotteurs à SBM. « D’ici 2019 nous devons finaliser les permis, les enquêtes publiques, les éléments techniques pour passer à la construction » campe Philippe Veyan, directeur de projet à EDF Energies nouvelles, la mise en service étant prévue pour 2020.
Entre le représentant de la Chambre de commerce, Maurice Wolff, et le conseiller régional PACA Philippe Maurizot (LR), c’est la surenchère pour affirmer la place de Marseille et sa région dans ce secteur en devenir. « Proclamons-nous capitale de l’éolien flottant » clame le premier, « notre objectif est de devenir la base industrielle de ce secteur en Méditerranée » affirme le second, assurant que « le territoire est prêt pour l’industrialisation de la filière ».
Pour étayer leurs propos, ils mettent en avant « l’éco-système favorable », start-up, grandes industries, recherches, clusters et pôle de compétitivité, sans oublier le grand port maritime de Marseille… « On a réalisé une cartographie des acteurs industriels en fonction de la chaîne de la valeur dans l’éolien flottante qui a permis de recenser plusieurs centaines d’entreprises dont nombreuses sont issues de secteurs qui ne sont pas forcément celui de l’énergie renouvelable » explique Patrick Baraona du Pôle mer Méditerranéen, mentionnant en particulier l’offshore pétrolier.
Et l’éolien d’offrir ainsi des opportunités de reconversion au secteur pétrolier. Et Philippe Maurizot qui également conseiller municipal de Fos-sur-Mer d’illustrer ses opportunités : « un site de 13 hectares a été utilisé jusqu’à présent par Eiffage Métal pour fabriquer des infrastructures pour le pétrole et le gaz. C’est un outil industriel et une main d’oeuvre qui a une grande expertise dans la construction liée à la mer. Aujourd’hui, il n’y a plus qu’une centaine de salariés qui entretiennent les lieux. Un projet pilote y est en cours d’étude par Bouygues pour voir s’il ne serait pas opportun de le réutiliser pour y fabriquer des flotteurs à destination de l’éolien ».
Angélique Schaller