Fil info
20:01Brive-la-Gaillarde : Logis, le label des hôteliers indépendants -> https://t.co/ppuxVeClnA
18:37RT : Quels droits ont les , jeunes pour le et autres manifestants en cas de fouille, d'interpellati… https://t.co/VbuRNJosA1
18:34# # - -Vienne : Foyer des jeunes travailleurs, au service de la jeunesse -> https://t.co/whk4Owokkb
18:29Argenton-sur-Creuse : La vérité sur la maladie de Lyme, une question de santé publique -> https://t.co/Fi2GDpPijl
18:28RT : Outre l'indécence du propos n'oubliez pas que la transgression c'est seulement pour les étudiants américains. https://t.co/5TZwBHexVp
18:27Indre : Nohant pousse les murs -> https://t.co/Zoo6NH0zkw
18:25RT : Ce soir 19@21, rendez-vous à Le phare pour l'apéro avec la musique libre et improvisée de Daniel Blumberg. https://t.co/onQnYosfLO
18:25RT : Ce qui se cache vraiment derrière les “continents de plastiques” de nos océans https://t.co/k39yadizPu par https://t.co/esfK8dX8Ik
18:19RT : Déraillement d’un train à Bégaar (40) : le wagon d’ammoniaque évacué mardi matin https://t.co/1F6zmCHEx8 https://t.co/9XSHz12zyg
18:17RT : À Alger, plusieurs dizaines de journalistes et autres personnels de la TV nationale ont manifesté aujourd'hui pour… https://t.co/dNCgsfju3i
18:16RT : Journée Nationale du Sport et du Handicap ce mercredi au champ de juillet . Cette journée a pour objectif d… https://t.co/8f4SbSQmuU
16:29 Eyrolle # - -Vienne : Le voyage de pierre digan premier roman de max eyrolle est paru -> https://t.co/iRyLuxZX5w
16:09Bergerac : Dégradations sur la future mosquée : « Ils n’auront pas notre colère » -> https://t.co/FAgeabA8Qr
16:00Dordogne : Les méfaits de la réforme du ferroviaire -> https://t.co/c1CRO1oDAc
15:48Dordogne : L’occitan vivant et contemporain -> https://t.co/g3gv1aIXrm
10:55Guéret : Une panne de réveil douloureuse | L'Echo https://t.co/j728aOzsqi via
10:28 a commencé en Corrèze. Un spécimen géant a été vu ce matin au pied de la collégiale Sain… https://t.co/gEc1ncGXA9
09:22# # - Grands-Chézeaux : Maçons et paveurs migrants à l’honneur -> https://t.co/liZyD5c2CD
09:18# # - : Un concours de belote qui a fait salle comble -> https://t.co/YkOIdUh1ZC
09:16# # - : L’association des commerçants de la ville mis en veille -> https://t.co/d1Tjql8aKn
09:13Région : Unis pour la maison de santé et pour les services publics de Chabanais (16) ! -> https://t.co/5QOHB586v4
09:10# # - -Anne-Saint-Priest : Editions La Veytizou, la mémoire se perpétue -> https://t.co/AciWv1WdnH
09:02# # - : Faites des Livres 2019 : une formation au Kamishibai, une autre façon de lire -> https://t.co/oGtFwSUjUH
08:58# # - -Martin-de-Jussac : Une fête toujours populaire sous le signe de Panazô -> https://t.co/t0SXJjZyxq
08:55# # - -Vienne : Agathe en concert vendredi à Limoges -> https://t.co/LQWPTocB73
08:53# # - -Vienne : Vendredi à Jean-Gagnant: trio de cordes improvisé -> https://t.co/7FuegBnzdE
08:51# # - : Valoriser les métiers de la salle et des arts de la table -> https://t.co/jgbadjZgmc
07:58# # - -Vienne : Lutte Ouvrière se bat pour une Europe qui porte les intérêts des travailleurs -> https://t.co/cE177b1CfZ
07:55# # - -Vienne : Les Gilets jaunes toujours inventifs -> https://t.co/TXGqMoxu4c
07:53Région : Loger pour rebondir -> https://t.co/YjIvr9MTxT
07:51Région : La Région et le CNRS renforcent leur coopération -> https://t.co/YX8T5WeSVs
07:36 Retrouvez le questionnaire en ligne : https://t.co/fAdpBdQPtk, à vous de jouer !

Les anti-Macron dans la rue pour un rassemblement inédit

Marée Populaire

 Des dizaines de milliers de personnes ont défilé samedi dans toute la France à l'appel inédit d'une soixantaine d'organisations pour une "marée populaire" contre la politique d'Emmanuel Macron, jugée "assez mince" par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.Avec 190 rassemblements, ce qui se voulait une "super fête à Macron", selon la formule de Jean-Luc Mélenchon, a rassemblé 93.315 manifestants à travers le pays, selon le ministère de l'Intérieur, les organisateurs annonçant entre 250.000 (CGT) et 280.000 personnes (Attac).A Paris, 31.700 personnes ont défilé, selon le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont l'AFP, les organisateurs en comptant 80.000 et la préfecture de police 21.000.Chiffre supérieur à celui de la manifestation du 22 mai à l'appel de neuf syndicats de fonctionnaires (16.400 selon Occurrence) mais inférieur à la "fête à Macron" à l'appel du député Insoumis François Ruffin (38.900).Vantant un rassemblement "historique", le collectif de partis (LFI, PCF, EELV, Générations et NPA...), associations (Attac, Amis de la terre, Mouvement de la paix...), syndicats (CGT, Solidaires, Sud PTT ou Unef) a salué "une très large participation citoyenne" et promis de "continuer, plus déterminés que jamais".Concédant "un peu moins" de manifestants que pour "la fête à Macron" à Paris, Benoît Hamon a cependant estimé samedi soir sur BFMTV qu'il faudrait "sans doute qu'on cherche à diversifier les formes d'action". Les organisateurs doivent se retrouver lundi pour faire le point."La marée monte progressivement" et "aujourd'hui, c'était une étape importante", a jugé Alexis Corbière (LFI) sur la même chaîne.Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a, lui, qualifié de "finalement assez mince" la mobilisation parisienne, faisant l'hypothèse qu'"un certain nombre" de manifestants potentiels "n'y vont plus parce qu'ils craignent des violences, ou parce qu'ils commencent à voir les premiers effets de la politique menée par ce gouvernement".Dans la capitale, la police a annoncé 39 interpellations, dont 26 gardes à vue. Des incidents ont brièvement éclaté entre des individus cagoulés et la police près de Bastille, a constaté un journaliste de l'AFP. "Jupiter" invité à "redescendre sur Terre"  A Paris, des hospitaliers, retraités, chercheurs, salariés d'Air France ou d'Aéroports de Paris, cheminots ont défilé de la gare de l'Est à Bastille. "Macron, méprisant de la République", brocardait une pancarte du PCF représentant Emmanuel Macron en monarque. "Mai 1968, Mai 2018: 50 fois plus de raisons de se révolter", affichaient des autocollants de Lutte ouvrière."Jupiter, on va te faire redescendre sur terre", "Macron usurpateur des voix du peuple de gauche", ou "SNCF mon amour", pouvait-on lire sur des pancartes à Nantes.Très représentée dans le cortège, la CGT s'est mobilisée pour "une autre politique sociale car la politique pour les riches, ça suffit", selon Philippe Martinez, son secrétaire général. FO, la CFDT, l'Unsa avaient refusé de participer, comme le PS.  "Tête dure" Face au gouvernement, "formez ce front populaire dont le peuple a besoin", a exhorté Jean-Luc Mélenchon sur le Vieux-Port à Marseille. "Ne comptez que sur vous, il n'y aura pas de sauveur suprême", a lancé le chef de file Insoumis et député des Bouches-du-Rhône. "Il faut que la tête dure de Monsieur Emmanuel Macron entende ce message du peuple populaire, comme on dit".Dans la cité phocéenne, la police faisait état de 4.200 manifestants, la CGT de 65.000.Dans une ambiance bon enfant, entre 5.000 et 8.000 personnes, selon la police ou les organisateurs, ont défilé à Toulouse autour d'une pieuvre géante à l'effigie d'Emmanuel Macron, brandissant une étiquette de "fainéant", "cynique", "cheminot, "artiste", "précaire", "soignant" ou "retraité".Les cortèges ont rassemblé 1.900 à Grenoble, 2.500 à Montpellier, 1.500 à Strasbourg ou 1.200 à Lyon, selon la police.Emmanuel Macron "se prend vraiment pour Jupiter", a lancé Jean-Charles, archéologue de 48 ans manifestant à Metz avec 550 autres, selon la police. "Sa politique favorise les gens les plus riches (...) Il a attaqué les retraités, maintenant c'est la fonction publique", selon ce cégétiste.A Nantes, des incidents ont éclaté lorsqu'une centaine de militants anticapitalistes vêtus de noir, est passé devant la préfecture, a constaté une journaliste de l'AFP. De nombreux manifestants arboraient un gant rouge, en soutien à l'étudiant de 21 ans qui a eu la main arrachée mardi à Notre-Dame-des-Landes en ramassant une grenade.Par avance, depuis la Russie, Emmanuel Macron avait averti vendredi que la marée humaine, "ça ne nous arrête pas". "J'écoute les gens en permanence" mais "ça ne veut pas dire être la girouette de l'opinion publique et donc j'assume de ne pas présider à la lumière des sondages ou des manifestations parce qu'on l'a trop fait", a ajouté le président, assurant que "ceux qui veulent manifester pour bloquer le pays" "ne le bloqueront pas".Et le patron de LREM Christophe Castaner a fustigé samedi sur Twitter certaines attaques symboliques contre Emmanuel Macron: "Pendaison de l'effigie du président de la République. Sa marionnette brûlée. Le président représenté en nazi avec brassard israélien. Jusqu'où iront l'indécence, la haine et la bêtise la plus crasse ?