Fil info
19:36Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/UA5mJQ5Xuy
19:04Châteauroux : Une centaine de marcheurs pour le climat -> https://t.co/HZfjdm59wj
19:03Indre : Téléthon : 47 055 euros récoltés dans l’Indre au 36 37 -> https://t.co/8ZjSgzVifY
19:02Indre : Gilets jaunes : 500 sous la pluie -> https://t.co/BnP7ygfor3
18:43# # - -Vienne : Un espace dédié à la jeunesse -> https://t.co/zvhtWrDsQz
18:42Brive-la-Gaillarde : Une avenue à côté de la plaque pour la LDH | L'Echo https://t.co/iZEN0mUs2L via
18:42Corrèze : Des chutes d'eau extraordinaires au barrage du Chastang | L'Echo https://t.co/LaGqDYxpkx via
18:38# # - -Vienne : Un Téléthon marqué par la pluie et les mouvements sociaux -> https://t.co/rGqDu5mjBP
18:11Périgueux : La saison des truffes est ouverte -> https://t.co/d90ExcPOij
18:07Dordogne : La voiture de Jacqueline Dubois et celle de son époux incendiées -> https://t.co/AiizANR4TZ
18:07La Sainte-Barbe du centre de secours Maurice-Lebon à Guéret était l’occasion, outre la passation de commandement en… https://t.co/dMQzMy3oc5
18:01Dordogne : Les Gilets jaunes demandent à être enfin entendus -> https://t.co/HAF2OIwRUr
18:00Dordogne : Ils ont marché pour le climat -> https://t.co/w41a9zDeLV
17:57Sarlat-la-Canéda : La fin d’une époque pour Majuscule -> https://t.co/dTt7fRn2UJ
17:23France : Ligne Limoges-Ussel -> https://t.co/SJWMWJo3Uf
17:20# # - -Vienne : Des Gilets jaunes dans l’attente -> https://t.co/2Qab5JramC
17:09Région : La gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/Q30Xdy1YCS
17:00Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/jacK0BRELN via
16:59Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/4prmNAbd6v via
16:57Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/1D2y4CGXUG via
16:56Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/N3tyxfvUeh
16:47 ça vous dirait de soutenir un projet agricole et ? - > https://t.co/6A6WjbdUC2
14:37Dordogne : Le PCF au cœur des luttes -> https://t.co/H9VcVEashq

Un des recours de Sarkozy examiné

AFFAIRES

La cour d’appel de Paris examine aujourd’hui l’un des recours déposés par Nicolas Sarkozy dans l’affaire de « corruption » et de « trafic d’influence » à la Cour de cassation révélée par des écoutes téléphoniques qui lui ont valu en mars d’être renvoyé devant le tribunal correctionnel.
Les juges Patricia Simon et Claire Thépaut ont ordonné le 26 mars un procès pour « corruption active » et « trafic d’influence » contre l’ancien président aux côtés de son avocat et ami Thierry Herzog et de Gilbert Azibert, ex-magistrat à la Cour de cassation. La défense de Nicolas Sarkozy a fait appel de ce renvoi, déplorant une décision précipitée alors qu’un recours demandant l’annulation du réquisitoire du parquet national financier, signé début octobre et réclamant la tenue d’un procès, devait encore être examiné.
C’est ce recours que les magistrats de la chambre de l’instruction doivent étudier à huis-clos pour une décision rendue à une date ultérieure. Un premier round avant une autre audience qui devra notamment se prononcer sur l’appel contre l’ordonnance des juges et une question prioritaire de constitutionnalité soulevée par les avocats. Déjà renvoyé au tribunal dans le dossier Bygmalion - il a fait appel -, l’ancien chef de l’Etat est poursuivi pour avoir, début 2014, via Thierry Herzog, tenté d’obtenir des informations confidentielles auprès de Gilbert Azibert sur son recours contre la saisie de ses agendas présidentiels dans l’affaire Bettencourt, où il avait obtenu un non-lieu en 2013. Selon des écoutes de conversations téléphoniques avec Thierry Herzog, Nicolas Sarkozy semblait s’engager à intervenir en faveur du haut magistrat pour lui obtenir un poste à Monaco.
Les magistrates ont conclu que le trio était lié par un « pacte de corruption » même si M. Azibert n’a finalement pas obtenu le poste convoité, selon leur ordonnance citée par Le Monde Financement libyen Nicolas Sarkozy avait renoncé au dernier moment à ces démarches, revirement attribué par les enquêteurs au fait que Thierry Herzog et lui comprenaient que leurs téléphones non officiels, ouvert sous le faux nom de Paul Bismuth pour l’ex-chef de l’Etat, étaient sur écoute.
Socle de l’accusation, ces écoutes, validées en mars 2016 par la Cour de cassation, avaient été diligentées dans le cadre de l’enquête sur le présumé financement libyen de la campagne présidentielle de 2007 qui vaut à Nicolas Sarkozy une mise en examen notamment pour «corruption passive ».
Avec AFP