Fil info
23:08RT : Premier pallier presque atteint pour le rachat du contributions possibles jusqu'au 30 novembre https://t.co/sI4e6MgiSu
23:06Premier pallier presque atteint pour le rachat du contributions possibles jusqu'au 30 novembre https://t.co/sI4e6MgiSu
19:26Brive-la-Gaillarde : Une déchetterie revue et agrandie -> https://t.co/mK6zKbnGsi
19:24Région : Les paysans ont crié leur colère à Guéret -> https://t.co/FtipF6Cvdw
19:19Indre : Vers l’insertion avec la blanchisserie -> https://t.co/1JqcrHU2Q6
19:17Indre : Cinq communistes de l’Indre au congrès national -> https://t.co/Q1efdhc06w
18:34Trélissac : Le Btp entre dans la danse -> https://t.co/kpu2cVJofm
18:31Boulazac : Les cyclotouristes de France se retrouvent à Boulazac -> https://t.co/np77b7hNqj
17:29RT : Le Barreau de Tulle s'est réuni en assemblée générale aujourd'hui et a voté à l'unanimité, la grève… https://t.co/v2Am95S3hw
17:19 Le Barreau de Tulle s'est réuni en assemblée générale aujourd'hui et a voté à l'unanimité, la grève… https://t.co/v2Am95S3hw
16:57RT : "assume" la suppression de l'impôt sur la fortune. Pour rappel, c'est 3,5 milliards d'euros perdus dans le… https://t.co/6JswoLsgxj
16:51RT : Absolument hallucinant. Selon cette député macroniste qui s'oppose à , le gouvernement ne souhaite pas a… https://t.co/KF5v1KH0qT
16:19Sarlat-la-Canéda : Festival du film : « Edmond » en haut de l’affiche -> https://t.co/o4Bp4gXY5x
16:09 également aux ronds-points de Naves, Gare de Corrèze, barrières levées sur l'A89 à Saint-Angel
16:08 et barrages filtrants devant les stations services cet après-midi parfois sous tensi… https://t.co/5iGQe0Yk0H
16:05Valençay : Le centre d’entretien et d’exploitation des routes inauguré -> https://t.co/CMfSpKatXl
16:03Argenton-sur-Creuse : Premier Café de la transition écologique -> https://t.co/HkkUjvWDJY
14:13RT : Dordogne : les Gilets jaunes sont toujours très mobilisés sur le département. On recense une quinzaine de points de… https://t.co/Ookj1hTz4U
14:13# # - -Vienne : Les blocages continuent ce mardi -> https://t.co/QxJOKY0jI9
13:49Dordogne : les Gilets jaunes sont toujours très mobilisés sur le département. On recense une quinzaine de points de… https://t.co/Ookj1hTz4U
13:30RT : En raison du mouvement jaunes: L'Echo est absent de certains kiosques https://t.co/0T5hSDPAiS
13:04En raison du mouvement jaunes: L'Echo est absent de certains kiosques https://t.co/0T5hSDPAiS
11:41RT : : mobilisations et blocages toujours en cours à , , et . Le point à la mi… https://t.co/KbfQ8xYyAd
11:38RT : Dordogne : Gilets jaunes, la diffusion de L'Echo perturbée | L'Echo https://t.co/uNeUcGFMTI via
11:36RT : rassemblement devant la mairie en cours, les manifestants veulent voir le maire. Possibilité d… https://t.co/6BNKll8KJs
11:35RT : Non, il n'y a pas trop d'impôts en France. Il y a surtout des impôts mal repartis. Il y a trop de riches qui n'en p… https://t.co/Sx4mS3cAfB
10:07 ces escrocs ne méritent même pas la prison car ce seront encore les contribuables qui… https://t.co/Ptc5Bqedsm
10:04RT : un groupe se rend au trésor public derrière l hôpital pour filtrer les entrées https://t.co/DHNqCkbbsc
09:54Dordogne : Gilets jaunes, la diffusion de L'Echo perturbée | L'Echo https://t.co/uNeUcGFMTI via
09:54RT : ils veulent rester devant la mairie toute la matinée. Et bloquer les stations essences cet après midi
09:54RT : rassemblement devant la mairie en cours, les manifestants veulent voir le maire. Possibilité d… https://t.co/6BNKll8KJs
09:35 - -Vienne : Neige et verglas, bon à savoir -> https://t.co/k0oey3gOUA
09:21 - -Vienne : Circuler à Limoges en cas de chutes de neige -> https://t.co/jCoDiFlRj5
09:12 - -Vienne : Neige, verglas, les revoilà -> https://t.co/bdqDcA4UqB
08:14J-4.....⏱ nous vous attendons nombreuses et nombreux pour partager un moment de sport 🏃🏼‍♀️🏃🏼‍♂️avec ..… https://t.co/yyqJYi4OMh
07:54Région : Manifestations: les agriculteurs aussi -> https://t.co/34TMaNpWb9
07:49 jaunes -Vienne - -Vienne : Les Gilets jaunes ne désarment pas -> https://t.co/LrxVh6m6s6

Une proximité indispensable

Rectorat de Limoges

 

Treize académies superposées à la carte des treize nouvelles régions ; un ministère de l’éducation Nationale limité à ventiler des moyens aux académies des grandes régions, avec notamment un recteur unique à Bordeaux muni de toutes les compétences ; des mutualisations de services et le spectre de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels dramatiques dans l’académie de Limoges ; et au final davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications : c’est tout cela que sont venus dénoncer hier d’une seule voix, les personnels de l’Education Nationale réunis en interfédérale, devant le rectorat de Limoges. «Il y a une vraie mobilisation au travers de la pétition en ligne, qui rassemble déjà près de 5000 signatures, et cela nous encourage, comme nous encourage aujourd’hui la présence d’élus du territoire» souligne Nicolas Villacampa, co-secrétaire de la FSU 87. «Sans prise en compte du caractère rural de nos territoire, cette réforme s’annonce comme une catastrophe pour la qualité du service public de l’éducation dans notre ex-région Limousin. Nous craignons que le caractère rural vu de Bordeaux soit moins pris en compte avec pour conséquences des fermeture d’établissements et des regroupements forcés. Avec également une diminution de l’of-fre de proximité, et au final des choix par défaut pour les élèves». A l’occasion d’une rencontre hier au rectorat sur les problématiques du premier degré, le SE-Unsa n’a pas manqué d’évoquer la question avec la rectrice de l’académie. «Nous avons insisté sur le besoin de proximité dans cette région aussi grande que l’Autriche, lorsque se poseront des questions ponctuelles sur telle ou telle situation dans tels petits établissements ou écoles ruraux. Là dessus, nous avons besoin de garanties qu’on n’a pas. La rectrice a répondu qu’elle attendait les arbitrages du ministre, mais que la mobilisation ici était relayée et remarquée au ministère et que cela aurait des conséquences, que nous espérons positives» précise Thibault Bergeron, secrétaire du SE-Unsa de Limoges.  De nombreux élus, appelés à la rescousse, ont hier répondu présents, mobilisés avec «la volonté ne pas perdre une occasion pour rappeler la nécessité du maintien du rectorat à Limoges» comme le précise Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne : «Aujourd’hui le rectorat, hier la cour d’appel, etc. : l’Etat trouve tous les jours une fausse bonne raison pour partir,  raisons qui à nos yeux ne tiennent pas.  La décentralisation et la déconcentration ont amené des services publics il y a plusieurs dizaine d’années sur nos territoires, on ne peut pas effacer l’histoire comme ça ! La présence du rectorat, c’est la proximité. Les formations existantes en milieu rural, on ne les re-trouve pas forcément dans une métropole. La particularité de notre territoire doit être reconnue au travers du maintien de services publics d’Etat». «Tout rassembler à Bordeaux, ce n’est plus possible poursuit Martine Nebout Lacourarie, adjointe au maire de Saint-Junien, quand en plus on nous diminue les moyens de communication avec par exemple les menaces pesant sur la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême.  Perdre le rectorat, c’est perdre des postes administratifs, de la population et de la proximité. On aurait besoin d’une très très grosse mobilisation».Pour Gaston Chassain, maire de Feytiat et vice-président de Limoges métropole en charge de l’économie, c’est l’image du territoire qui est en jeu et avec elle le dynamisme de l’économie  : «On nous a dit il y a quelques mois que ce rectorat ne serait pas supprimé, aujourd’hui on nous dit le contraire. Il y a une énorme perte de confiance de la part de la population. Un territoire qui perd ses centres de décisions s’affaiblit.   On a besoin d’un territoire fort, avec des centres de décisions propres, pour les emplois, pour la vie sociale, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent s’implanter sur un territoire qui a de l’ambition». Un citoyen conclut au micro : «J’ai participé à la mobilisation des habitants pour le maintien du poste menacé de suppression sur le RPI de Cieux-Javerdat. Malgré 1400 signatures, seulement 6 postes seront maintenus. A la rentrée, il y aura deux classes à double niveau à 27 élèves. Toutes ces économies sur le service public ne sont pas bonnes pour notre jeunesse. L’école, nous devons tous la défendre».

Treize académies superposées à la carte des treize nouvelles régions ; un ministère de l’éducation Nationale limité à ventiler des moyens aux académies des grandes régions, avec notamment un recteur unique à Bordeaux muni de toutes les compétences ; des mutualisations de services et le spectre de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels dramatiques dans l’académie de Limoges ; et au final davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications : c’est tout cela que sont venus dénoncer hier d’une seule voix, les personnels de l’Education Nationale réunis en interfédérale, devant le rectorat de Limoges. «Il y a une vraie mobilisation au travers de la pétition en ligne, qui rassemble déjà près de 5000 signatures, et cela nous encourage, comme nous encourage aujourd’hui la présence d’élus du territoire» souligne Nicolas Villacampa, co-secrétaire de la FSU 87. «Sans prise en compte du caractère rural de nos territoire, cette réforme s’annonce comme une catastrophe pour la qualité du service public de l’éducation dans notre ex-région Limousin. Nous craignons que le caractère rural vu de Bordeaux soit moins pris en compte avec pour conséquences des fermeture d’établissements et des regroupements forcés. Avec également une diminution de l’of-fre de proximité, et au final des choix par défaut pour les élèves». A l’occasion d’une rencontre hier au rectorat sur les problématiques du premier degré, le SE-Unsa n’a pas manqué d’évoquer la question avec la rectrice de l’académie. «Nous avons insisté sur le besoin de proximité dans cette région aussi grande que l’Autriche, lorsque se poseront des questions ponctuelles sur telle ou telle situation dans tels petits établissements ou écoles ruraux. Là dessus, nous avons besoin de garanties qu’on n’a pas. La rectrice a répondu qu’elle attendait les arbitrages du ministre, mais que la mobilisation ici était relayée et remarquée au ministère et que cela aurait des conséquences, que nous espérons positives» précise Thibault Bergeron, secrétaire du SE-Unsa de Limoges.  De nombreux élus, appelés à la rescousse, ont hier répondu présents, mobilisés avec «la volonté ne pas perdre une occasion pour rappeler la nécessité du maintien du rectorat à Limoges» comme le précise Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne : «Aujourd’hui le rectorat, hier la cour d’appel, etc. : l’Etat trouve tous les jours une fausse bonne raison pour partir,  raisons qui à nos yeux ne tiennent pas.  La décentralisation et la déconcentration ont amené des services publics il y a plusieurs dizaine d’années sur nos territoires, on ne peut pas effacer l’histoire comme ça ! La présence du rectorat, c’est la proximité. Les formations existantes en milieu rural, on ne les re-trouve pas forcément dans une métropole. La particularité de notre territoire doit être reconnue au travers du maintien de services publics d’Etat». «Tout rassembler à Bordeaux, ce n’est plus possible poursuit Martine Nebout Lacourarie, adjointe au maire de Saint-Junien, quand en plus on nous diminue les moyens de communication avec par exemple les menaces pesant sur la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême.  Perdre le rectorat, c’est perdre des postes administratifs, de la population et de la proximité. On aurait besoin d’une très très grosse mobilisation».Pour Gaston Chassain, maire de Feytiat et vice-président de Limoges métropole en charge de l’économie, c’est l’image du territoire qui est en jeu et avec elle le dynamisme de l’économie  : «On nous a dit il y a quelques mois que ce rectorat ne serait pas supprimé, aujourd’hui on nous dit le contraire. Il y a une énorme perte de confiance de la part de la population. Un territoire qui perd ses centres de décisions s’affaiblit.   On a besoin d’un territoire fort, avec des centres de décisions propres, pour les emplois, pour la vie sociale, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent s’implanter sur un territoire qui a de l’ambition». Un citoyen conclut au micro : «J’ai participé à la mobilisation des habitants pour le maintien du poste menacé de suppression sur le RPI de Cieux-Javerdat. Malgré 1400 signatures, seulement 6 postes seront maintenus. A la rentrée, il y aura deux classes à double niveau à 27 élèves. Toutes ces économies sur le service public ne sont pas bonnes pour notre jeunesse. L’école, nous devons tous la défendre».