Fil info
09:20A méditer sur le travail de l'ombre des milliers de bénévole...dans une société transformée. https://t.co/WvV2nydflC via
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC

Une proximité indispensable

Rectorat de Limoges

 

Treize académies superposées à la carte des treize nouvelles régions ; un ministère de l’éducation Nationale limité à ventiler des moyens aux académies des grandes régions, avec notamment un recteur unique à Bordeaux muni de toutes les compétences ; des mutualisations de services et le spectre de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels dramatiques dans l’académie de Limoges ; et au final davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications : c’est tout cela que sont venus dénoncer hier d’une seule voix, les personnels de l’Education Nationale réunis en interfédérale, devant le rectorat de Limoges. «Il y a une vraie mobilisation au travers de la pétition en ligne, qui rassemble déjà près de 5000 signatures, et cela nous encourage, comme nous encourage aujourd’hui la présence d’élus du territoire» souligne Nicolas Villacampa, co-secrétaire de la FSU 87. «Sans prise en compte du caractère rural de nos territoire, cette réforme s’annonce comme une catastrophe pour la qualité du service public de l’éducation dans notre ex-région Limousin. Nous craignons que le caractère rural vu de Bordeaux soit moins pris en compte avec pour conséquences des fermeture d’établissements et des regroupements forcés. Avec également une diminution de l’of-fre de proximité, et au final des choix par défaut pour les élèves». A l’occasion d’une rencontre hier au rectorat sur les problématiques du premier degré, le SE-Unsa n’a pas manqué d’évoquer la question avec la rectrice de l’académie. «Nous avons insisté sur le besoin de proximité dans cette région aussi grande que l’Autriche, lorsque se poseront des questions ponctuelles sur telle ou telle situation dans tels petits établissements ou écoles ruraux. Là dessus, nous avons besoin de garanties qu’on n’a pas. La rectrice a répondu qu’elle attendait les arbitrages du ministre, mais que la mobilisation ici était relayée et remarquée au ministère et que cela aurait des conséquences, que nous espérons positives» précise Thibault Bergeron, secrétaire du SE-Unsa de Limoges.  De nombreux élus, appelés à la rescousse, ont hier répondu présents, mobilisés avec «la volonté ne pas perdre une occasion pour rappeler la nécessité du maintien du rectorat à Limoges» comme le précise Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne : «Aujourd’hui le rectorat, hier la cour d’appel, etc. : l’Etat trouve tous les jours une fausse bonne raison pour partir,  raisons qui à nos yeux ne tiennent pas.  La décentralisation et la déconcentration ont amené des services publics il y a plusieurs dizaine d’années sur nos territoires, on ne peut pas effacer l’histoire comme ça ! La présence du rectorat, c’est la proximité. Les formations existantes en milieu rural, on ne les re-trouve pas forcément dans une métropole. La particularité de notre territoire doit être reconnue au travers du maintien de services publics d’Etat». «Tout rassembler à Bordeaux, ce n’est plus possible poursuit Martine Nebout Lacourarie, adjointe au maire de Saint-Junien, quand en plus on nous diminue les moyens de communication avec par exemple les menaces pesant sur la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême.  Perdre le rectorat, c’est perdre des postes administratifs, de la population et de la proximité. On aurait besoin d’une très très grosse mobilisation».Pour Gaston Chassain, maire de Feytiat et vice-président de Limoges Métropole en charge de l’économie, c’est l’image du territoire qui est en jeu et avec elle le dynamisme de l’économie  : «On nous a dit il y a quelques mois que ce rectorat ne serait pas supprimé, aujourd’hui on nous dit le contraire. Il y a une énorme perte de confiance de la part de la population. Un territoire qui perd ses centres de décisions s’affaiblit.   On a besoin d’un territoire fort, avec des centres de décisions propres, pour les emplois, pour la vie sociale, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent s’implanter sur un territoire qui a de l’ambition». Un citoyen conclut au micro : «J’ai participé à la mobilisation des habitants pour le maintien du poste menacé de suppression sur le RPI de Cieux-Javerdat. Malgré 1400 signatures, seulement 6 postes seront maintenus. A la rentrée, il y aura deux classes à double niveau à 27 élèves. Toutes ces économies sur le service public ne sont pas bonnes pour notre jeunesse. L’école, nous devons tous la défendre».

Treize académies superposées à la carte des treize nouvelles régions ; un ministère de l’éducation Nationale limité à ventiler des moyens aux académies des grandes régions, avec notamment un recteur unique à Bordeaux muni de toutes les compétences ; des mutualisations de services et le spectre de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels dramatiques dans l’académie de Limoges ; et au final davantage d’inégalités dans l’accès des jeunes aux qualifications : c’est tout cela que sont venus dénoncer hier d’une seule voix, les personnels de l’Education Nationale réunis en interfédérale, devant le rectorat de Limoges. «Il y a une vraie mobilisation au travers de la pétition en ligne, qui rassemble déjà près de 5000 signatures, et cela nous encourage, comme nous encourage aujourd’hui la présence d’élus du territoire» souligne Nicolas Villacampa, co-secrétaire de la FSU 87. «Sans prise en compte du caractère rural de nos territoire, cette réforme s’annonce comme une catastrophe pour la qualité du service public de l’éducation dans notre ex-région Limousin. Nous craignons que le caractère rural vu de Bordeaux soit moins pris en compte avec pour conséquences des fermeture d’établissements et des regroupements forcés. Avec également une diminution de l’of-fre de proximité, et au final des choix par défaut pour les élèves». A l’occasion d’une rencontre hier au rectorat sur les problématiques du premier degré, le SE-Unsa n’a pas manqué d’évoquer la question avec la rectrice de l’académie. «Nous avons insisté sur le besoin de proximité dans cette région aussi grande que l’Autriche, lorsque se poseront des questions ponctuelles sur telle ou telle situation dans tels petits établissements ou écoles ruraux. Là dessus, nous avons besoin de garanties qu’on n’a pas. La rectrice a répondu qu’elle attendait les arbitrages du ministre, mais que la mobilisation ici était relayée et remarquée au ministère et que cela aurait des conséquences, que nous espérons positives» précise Thibault Bergeron, secrétaire du SE-Unsa de Limoges.  De nombreux élus, appelés à la rescousse, ont hier répondu présents, mobilisés avec «la volonté ne pas perdre une occasion pour rappeler la nécessité du maintien du rectorat à Limoges» comme le précise Jean-Claude Leblois, président du conseil départemental de la Haute-Vienne : «Aujourd’hui le rectorat, hier la cour d’appel, etc. : l’Etat trouve tous les jours une fausse bonne raison pour partir,  raisons qui à nos yeux ne tiennent pas.  La décentralisation et la déconcentration ont amené des services publics il y a plusieurs dizaine d’années sur nos territoires, on ne peut pas effacer l’histoire comme ça ! La présence du rectorat, c’est la proximité. Les formations existantes en milieu rural, on ne les re-trouve pas forcément dans une métropole. La particularité de notre territoire doit être reconnue au travers du maintien de services publics d’Etat». «Tout rassembler à Bordeaux, ce n’est plus possible poursuit Martine Nebout Lacourarie, adjointe au maire de Saint-Junien, quand en plus on nous diminue les moyens de communication avec par exemple les menaces pesant sur la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême.  Perdre le rectorat, c’est perdre des postes administratifs, de la population et de la proximité. On aurait besoin d’une très très grosse mobilisation».Pour Gaston Chassain, maire de Feytiat et vice-président de Limoges Métropole en charge de l’économie, c’est l’image du territoire qui est en jeu et avec elle le dynamisme de l’économie  : «On nous a dit il y a quelques mois que ce rectorat ne serait pas supprimé, aujourd’hui on nous dit le contraire. Il y a une énorme perte de confiance de la part de la population. Un territoire qui perd ses centres de décisions s’affaiblit.   On a besoin d’un territoire fort, avec des centres de décisions propres, pour les emplois, pour la vie sociale, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent s’implanter sur un territoire qui a de l’ambition». Un citoyen conclut au micro : «J’ai participé à la mobilisation des habitants pour le maintien du poste menacé de suppression sur le RPI de Cieux-Javerdat. Malgré 1400 signatures, seulement 6 postes seront maintenus. A la rentrée, il y aura deux classes à double niveau à 27 élèves. Toutes ces économies sur le service public ne sont pas bonnes pour notre jeunesse. L’école, nous devons tous la défendre».