Fil info
17:15RT : UNE VALIDATION ABERRANTE DES BARÈMES MACRON PAR LA COUR DE CASSATION https://t.co/ddPWMejXPO
17:15Des sites de baignade, contaminés aux cyanobactéries sont fermés en Limousin : les plans d'eau d'Auzances, Chénéra… https://t.co/Qb0Iut9P8l
17:04RT : De Rugy ajoute l'indignité à l'incurie. Son honneur n'a pas été livré aux chiens. Il n'a pas subi 1 campagne de pre… https://t.co/PHf51TSwUB
17:04RT : Selon Christophe Barbier, la démission de Rugy est la conséquence du trotskisme d'Edwy Plenel. Voilà. Faut pas croi… https://t.co/kNSBoXEPxh
17:03RT : Vous ne savez pas où partir cet été ? Allez donc faire un tour à et passez par la plus belle gare du monde… https://t.co/StacqQXLqF
17:00RT : Alors qu’elle vient d’être nommée ministre de l’écologie vient de laisser partir pour le troisième… https://t.co/woCwSITPMy
16:23# # - : Un beau jour pour la Vienne -> https://t.co/iOImmXigcE
16:13Indre : Commémorations à Sainte-Sévère-sur-Indre, Pérassay et Vijon -> https://t.co/g8as7mOw8w
15:54Dordogne : Révolte au lycée -> https://t.co/ixsJL8bmAK
15:51Périgueux : Macadam revisite les frontières du Jazz -> https://t.co/gzTXU9TE33
14:59France : Mauvaise nouvelle pour les salariés: la Cour de cassation valide le plafonnement des indemnités pour licen… https://t.co/YuJdjlJ4xE
14:49France : Mauvaise nouvelle pour les salariés: la Cour de cassation valide le plafonnement des indemnités pour licen… https://t.co/1aMhTInzsL
07:41# # - : En mémoire des crimes perpétrés par l’Etat français -> https://t.co/YJ7g2cSia1
07:37# # - -Vienne : Limoges Métropole signe pour le déploiement de la fibre -> https://t.co/nfzSHSe7mP
07:35# # - -Vienne : Caisses à savon pour la Sainte-Madeleine -> https://t.co/0NEE2OZrFq
07:33Région : Nouvelle-Aquitaine, la ressource en eau une priorité absolue -> https://t.co/SrkJ3sv670
07:30Région : Visite privée chez Sarah Caryth -> https://t.co/mTlAFI1Jp3
20:45Tulle : Bobo Matondo a été expulsé | L'Echo https://t.co/VPSbyRDkni via
18:48Dordogne : En mémoire de ceux de la BAL -> https://t.co/LUkmeQ8UxN

La fraternité a bien sa place au coeur de la République ...

PRINCIPE

Exit, le délit de solidarité ! Saisi par Cédric Herrou poursuivi pour aider les migrants, le Conseil Constitutionnel a tranché. Au nom de la fraternité, aider une personne sans papier n’est pas un délit. Dont acte.
Il découle du principe de fraternité la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ». Saisi par Cédric Herrou, agriculteur de la vallée de la Roya devenu le symbole de l’aide aux migrants
qui réclamait l’abolition du « délit de solidarité », le Conseil Constitutionnel a rendu son avis vendredi. Un avis limpide. Une aide désintéressée au « séjour irrégulier » ne saurait être passible de poursuites, au nom du « principe de fraternité » est-il écrit.
Par cet avis, la fraternité devient un des grands principes du droit français. « A l’instar de la liberté et de l’égalité qui sont les deux autres termes de la devise de notre République, la fraternité devra être respectée comme principe constitutionnel par le législateur et elle pourra être invoquée devant les juridictions », a commenté le président du Conseil, Laurent Fabius.
Application immédiate pour Cédric Herrou « C’est une immense victoire », a commenté Patrice Spinosi, avocat de Cédric Herrou qui a cependant regretté que « la décision ne concerne que le séjour et la circulation des étrangers » et « n’ait pas été étendu à l’entrée », autrement dit le franchissement de frontières, un des actes reproché au militant niçois.
Concrètement, cette décision du Conseil constitutionnel va tout d’abord jouer sur les procédures en cours à l’encontre de Cédric Herrou. « Il y a la réserve d’interprétation qui s’applique immédiatement », confirme Serge Slama, juriste, professeur de droit public à l’université de Grenoble-Alpes. Le jugement de la cour d’appel d’Aix-en-Provence du 8 août 2017 devrait être cassé et le procès renvoyé devant une autre cour d’Appel. Parmi les charges retenues figuraient en effet le passage de frontière non concerné par l’avis du Conseil constitutionnel. La mise en examen de juillet 2017 devrait également être interrompue.
Une copie à revoir pour le gouvernement L’avis va avoir aussi pour conséquence d’obliger le gouvernement à réécrire les articles concernant le délit de solidarité de la loi Asile et immigration.
Celui-ci a jusqu’au 1er décembre pour le faire. L’option choisie par le gouvernement est de remettre sur le tapis l’amendement d’Olivier Véran, qui visait à assouplir le délit de solidarité. Adopté par l’Assemblée nationale, il avait été retoqué par le Sénat. « Toute la question va être de savoir si cet amendement est suffisant pour répondre à l’avis du Conseil constitutionnel. J’ai un doute » ,apprécie Serge Slama. Dans un communiqué Gérard Collomb a tranché. Lui qui n’avait jamais soutenu cet amendement le trouve aujourd’hui
parfait et jure que l’avis des sages « conforte le gouvernement ». Pourtant, lors des débats parlementaires, cet amendement n’était pas parvenu à convaincre les progressistes car il excluait « l’aide apportée dans un but militant ou aux fins de faire obstacle à l’application de la loi ou à l’action de l’Etat ».
Angélique Schaller

jordans for sale hyperfuse