Fil info
23:19 Bravo BB et la photo est trop mignonne
22:01 Soirée gros blaireaux c bien aussi😡😡😡😡😡
19:41 Bravo à toute l'équipe de la Fondation !… https://t.co/F26JcRwzuX
17:50 Bravo Monsieur et merci de montrer votre i… https://t.co/czrVLcRYvt
17:42 Une petite pensée pour ce pauvre Germinable Pe… https://t.co/OqinFYBe5e
17:31 Ah une très bonne nouvelle, je tweetais su… https://t.co/6DDQ1hpxhx
16:55 Félicitations, cela démontre une intelligence, un humanisme . Merci
16:30 Bravo pour cette énièmes victoire mais à v… https://t.co/uMu8YbMta2
13:16 personne n’a pris contact avec moi aucun nettoyage de la voie ferrée. https://t.co/LhqHOeKvZm
00:59Le 21 septembre se prépare pour le Mouvement de la Paix de Corrèze Arbres de la Paix : Brive :Cérémonie le 26/09 à… https://t.co/lmek7JXLjs

Contrôler les industriels : la leçon de l’affaire Lactalis

SALMONELLOSE

Cadrer et surveiller : la commission d’enquête sur l’affaire Lactalis tire les leçons d’un système de surveillance sanitaire basé sur l’auto-contrôle.
Mieux contrôler les industriels en les tapant au porte-feuille si nécessaire, mettre en place une autorité unique pour les crises sanitaires et reviser les procédures de retrait des produits : voici les principales recommandations de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Lactalis, présentées hier.
Fin décembre 2017, 36 nourrissons ont été contaminés à la salmonellose après avoir consommé un lait infantile produit par ce géant français laitier.
Le long silence de la direction et le processus de retrait plus que chaotique ont alimenté ce qui est devenu le « scandale Lactalis » et qui a également donné lieu à une enquête judiciaire toujours en cours.
L’audition de dizaines de spécialistes par les députés a permis de lever quelques lièvres. Comme celui d’un système basé sur l’auto-contrôle avec des laboratoires effectuant les tests qui travaillent à 90% pour la même entreprise. Ou celui de la « concurrence », entre les trois ministères concernés par la sécurité sanitaire : Santé, Economie et Agriculture. D’où les propositions de « vérifications de l’indépendance des contrôleurs » ou d’une autorité unique, le président de la commission, Christian Hutin, dénonçant « une armée mexicaine ».
Le PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, s’était présenté plein de morgue devant les députés pour leur affirmer que « il n’y a pas de responsabilité de personnes au sein de l’usine ». Si, ont répondu en substance les parlementaires, l’usine n’ayant pas jugé bon de prévenir les autorités aux premiers signaux de présence de salmonelle.
«Cela va dans le bon sens » a commenté Quentin Guillemain, président de l’association des victimes de Lactalis qui précise cependant que « avant de contrôler les contrôleurs, il faudrait déjà contrôler les usines. Ce qui est déjà possible mais n’a pas été fait depuis 15 ans ». Mais « nous attendions davantage » déplore-t-il, «nous voulions que les produits à destination des nourrissons soient considérés comme des médicaments afin d’assurer les meilleures procédures de rappels ».
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.