Fil info
09:42 municipal # - : Le budget au menu du conseil municipal -> https://t.co/uXpp5REBJs
09:40 - -Vienne : La gronde des avocats ne faiblit pas -> https://t.co/zuQybNTTMu
09:37 jaunes - -Vienne : Pugilat entre Gilets jaunes -> https://t.co/wdSoZ3IEon
09:34Région : A qui appartient «La Joconde des Ferrari ?» -> https://t.co/lKIiTbKgch
08:08RT : Les aides publiques aux entreprises privées, c’est 200 milliards d’euros ! Les grands groupes encaissent ces sommes… https://t.co/HNYWv1ZlJv
18:56RT : Dans 15 minutes, ne manquez pas le Conseil municipal en direct sur notre site Internet et réagissez avec le hashtag… https://t.co/ybFkGDAujo
18:54La , les 87 et la chambre d' de la annoncent dans un communiqué que le… https://t.co/kJ4X1FeHVN
18:37Châteauroux : L’Uzine publie 17 histoires dans sa première revue BD -> https://t.co/at9kt6KWSM
18:36 ça c'est du grand débat, à lire les commentaires on sait tout de suite où on est... enfin pourvu qu'o… https://t.co/EPFAjdKRxm
18:33RT : Henri Sterdyniak : « Augmenter le Smic ne détruit pas d’emplois » https://t.co/huThWpwUAw
18:25Dordogne : « Ils veulent une justice rendue plus vite et moins chère » -> https://t.co/XIOKKKDyjw
18:24RT : 🔴Nous allons apprendre ce soir la définition de «CONNARD»:⤵️ Une désignation de quelqu'un qui se comporte de faço… https://t.co/2BLVbo3Fyw
18:23RT : Issoudun : les Gilets jaunes bloquent l'usine Vuitton. https://t.co/NDEVXjmH6m
18:21RT : "De Led et de Feu" par Vincent Mézières vendredi à partir de 18h Place Saint-Pierre https://t.co/YCYfkJvY8y
18:16RT : Profitez jusqu'au 5 janvier de la patinoire en plein air (entrée gratuite) ! Plus d'infos 👉… https://t.co/TIH8mMkSnX
17:58Elévation au niveau « Urgence attentat » du plan VIGIPIRATE Suite aux dramatiques évènements qui se sont déroulés… https://t.co/PqxNCmTdKx
17:11Périgueux : Un discours ravageur -> https://t.co/CmzeOyx9Sg
16:44RT : En début d’après-midi, les ont été engagés pour une intervention commune de Trélissac, ldt la Feuillera… https://t.co/2A1JHaaTyt
16:39Sarlat-la-Canéda : C’est parti jusqu’au 31 décembre -> https://t.co/BRTxW9T1gz
16:22RT : Fraternité, fraternité avec nos concitoyens : ce mot de notre devise républicaine prend tout son sens cette nuit, a… https://t.co/jtufgfVetx
16:22RT : Emploi : en Corrèze, festival et lieu de création théâtrale dirigé par un collectif d'artistes situé à Tu… https://t.co/Jn0mFvYHVv
16:20Posture vigipirate : urgence attentat. Renforcement de la sécurité en Haute-Vienne. Lire communiqué du préfet https://t.co/sadCBwI1Rw
16:19Le maire de Limoges a adressé un courrier de soutien au maire de Strasbourg. A lire https://t.co/MTeItTaYav
15:59Chancelade : Une série de chantiers pour achever le mandat -> https://t.co/SjZXlH4u5e
14:08Bergerac : Gilet jaune, Tomy a débuté une grève de la faim -> https://t.co/CCB7bI5Nxs
13:21Bergerac : Le président n’a convaincu aucun gilet bergeracois -> https://t.co/k6fvRPU9by
12:55Déni, traitement et problèmes des sérologies : tous les sujets balayés lors de la conférence du Pr Perronne en… https://t.co/TzznHJoajt
11:35RT : les avocats font un lancer de codes (civil, santé publique, travail...) dans le parc de la préfecture "pour… https://t.co/kJ25uq7oTB
11:31RT : les avocats font un lancer de codes (civil, santé publique, travail...) dans le parc de la préfecture "pour… https://t.co/kJ25uq7oTB
11:30RT : 🔴 Le plan est relevé au niveau Urgence Attentat. Il permet une vigilance et une protection maximum en c… https://t.co/4lpSqRCX2e

Benalla : l’affaire qui éclabousse le pouvoir

VIOLENCES

Outre les enquêtes judiciaire et administrative, Sénat et Assemblée tiendront des commissions pour faire la lumière dans cette affaire où la responsabilité de l’État est pointée.
« Violences en réunion par personne chargée d’une mission de service public, usurpation de fonctions, port illégal d’insignes réservés à l’autorité publique et complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection.
» Tels sont les faits, selon une source proche du dossier, qui ont justifié hier le placement en garde à vue d’Alexandre Benalla. Un nom que la France entière connaît désormais pour l’avoir découvert en même temps qu’une vidéo le montrant, portant tous les attributs d’un policier, violenter des manifestants le 1er mai.
Acculé à réagir, l’Élysée a dès vendredi annoncé le licenciement d’Alexandre Benalla. En arguant néanmoins que cette décision est motivée par l’émergence de « faits nouveaux », à savoir la transmission par des policiers au collaborateur de l’Élysée d’images de vidéo-surveillance le mettant en cause. Manière de minimiser son silence alors qu’il avait eu vent de l’affaire dès début mai. Des révélations en cascade
ont notamment fait état de la mise à disposition d'un logement de fonction dans une prestigieuse dépendance de l'Elysée, quai Branly, depuis le 9 juillet. Soit, après sa mise à pied de 15 jours, « sanction » initiale de l'Elysée.
Au-delà du sort de Benalla, le dossier suscite nombre d’interrogations sur les responsabilités au plus haut niveau de l’État. Notamment celles de la Présidence de la République. Emmanuel Macron ayant balayé d’un revers de main toutes les questions à ce sujet et opté pour le mutisme le plus total.
« Mensonges »
Il est en outre apparu vendredi que les faits reprochés à Benalla auraient été portés à la connaissance du ministre de l’Intérieur dès le 2 mai. Gérard Collomb sera d’ailleurs auditionné mardi au Sénat. La chambre haute a également annoncé son intention de se doter d’une commission d’enquête.
Les députés (hors LREM), qui ont unanimement dénoncé ses « mensonges », ont réclamé qu’il s’exprime aussi au sein de l’Assemblée nationale afin de répondre aux légitimes questions de la représentation nationale.
Assemblée nationale où les débats sur la réforme constitutionnelle accusent du retard en raison d’échanges majoritairement consacrés à cette affaire.
Jean-Luc Mélenchon (LFI), qui a jugé « extraordinaire que le ministre de l’Intérieur ne vienne pas », au mépris de « la décence démocratique», a avancé l’hypothèse d’un dépôt d’une « motion de censure ».
Le bureau de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, composé d’un représentant de chaque groupe parlementaire, devait se réunir vendredi soir afin de fixer le calendrier de ses travaux et d’établir une liste de personnes à auditionner. Cette commission, explique Stéphane Peu (PCF), membre du bureau, est complémentaire de la procédure judiciaire et de l’enquête administrative de l’IGPN, chacune
ayant « des rôles différents ».
« Nous allons surtout nous attacher à démontrer s’il s’agit d’un dysfonctionnement majeur du fonctionnement de l’État ou du dérapage d’une seule personne.
C’est cette distinction-là qu’il va falloir établir », poursuit-il. S’il est « un peu tôt » pour tirer des conclusions, pour le député communiste il s’avère d’ores et déjà que « c’est une affaire extrêmement grave et qui, à l’évidence, ne concerne pas que la personne d’Alexandre Benalla ».
A.M.