Fil info
05:30Enfin une bretelle pour accéder directement au parc d'activités de la Croisière. https://t.co/EhNKk6ZDAJ
05:27RT : Brive-la-Gaillarde : La Maison Robert Bach se fait toute rose -> https://t.co/Cb5nSnlbiX
21:22Brive-la-Gaillarde : La Maison Robert Bach se fait toute rose -> https://t.co/Cb5nSnlbiX
21:09Tulle : Un cross solidaire au collège Clémenceau -> https://t.co/vSDj4XoEy4
18:45Indre : Les communistes du côté des retraités contre la hausse de la CSG -> https://t.co/ylC2FMkyFn
18:42Une plaque commémorative a été installée en 2013 devant la médiathèque pour ne pas oublier https://t.co/OEb5gZc8yp
18:39Chaque année ville martyre se souvient du massacre des Algériens à Paris https://t.co/1IKFNRfSKE
18:17# # - -Vienne : «Petites machines à habiter» : le défi de l’«archi-récup» -> https://t.co/HZ4CVlcKhn
18:06Dordogne : « Je suis déjà condamné à perpétuité par ma conscience » -> https://t.co/S7cEaMGQ8J
18:03Région : Accès direct à La Croisière, enfin ! -> https://t.co/pT5qdN2GEx
17:57 Vous avez remarqué que qd vous mettez -Vienne ça ne prend que ? Et personne ne cherche ça...
17:53Arrivés mardi soir à Felletin, les participants à une des quatre marches pour la forêt, celle démarrée à Perpignan… https://t.co/GfVcrG7NkE
17:41# # - -Vienne : «Ils ont délibérément choisi la méthode de la chaise vide» -> https://t.co/RqS4qjwao6
17:38# # - -Vienne : Un lieu et des idées -> https://t.co/nqJId6qEQL
17:36# # - -Vienne : Quand le mérite porte bien son nom -> https://t.co/K5DhVpkE8X
17:21Dordogne : Les engagements de Soliha en faveur de l’amélioration de l’habitat -> https://t.co/E8uwmwewi6
17:06Châteauroux : Gilles Colosio raccroche son appareil photo -> https://t.co/VmCrjC6A3l
16:31Thierry Mazabraud, secrétaire général du SPF 87 a été fait chevalier de l'Ordre National du Mérite. La médaille lui… https://t.co/9n79RabMbc
15:35Périgueux : De la démonstration au geste technique -> https://t.co/uY0g2qNrVH
14:48RT : Les filles ont prises leur photo de groupes https://t.co/t9iIllnyXx

Pour Adama, famille et soutiens réclament justice

MOBILISATION

Deux ans après le décès d’Adama Traoré dans une gendarmerie, sa famille a organisé samedi une marche à Beaumont-sur-Oise pour faire la lumière sur les circonstances de la mort du jeune homme.
On n’oublie pas, on ne pardonne pas »: deux ans après la mort d’Adama Traoré à la suite de son interpellation, quelque 1 500 personnes ont défilé en banlieue parisienne pour dénoncer la lenteur de la justice et exiger des « réponses » de l’État.
Toutes les formations de gauche étaient représentées, du NPA au PCF en passant par la France insoumise (LFI) ou EELV, et jusqu’au Parti socialiste.
« Si on est aux côtés de la famille d’Adama Traoré, c’est pour leur dire que ce qui est arrivé à leur frère ne concerne pas qu’une personne noire issue des quartiers populaires, mais l’ensemble des Françaises et Français », a résumé David Cormand, secrétaire national d’EELV.
Comme l’an passé, la famille Traoré a tenu à rendre hommage à Adama en remontant les rues de la petite ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), à 30 kilomètres au Nord de Paris, jusqu’au quartier HLM de Boyenval, où il a vécu.
Il est mort dans la ville mitoyenne de Persan, le 19 juillet 2016, le jour de ses 24 ans.
Mais, cette année, la famille entendait aussi dénoncer avec force la lenteur de la justice, après avoir appris mardi qu’une expertise médicale très attendue - la quatrième - pour faire la lumière sur les causes de sa mort, encore très discutées deux ans après, ne serait pas rendue avant fin septembre.
Son décès - par « asphyxie », comme l’a établi une précédente expertise il y a un an - avait été constaté deux heures après son interpellation par les gendarmes, qui l’avaient maintenu au sol sous le poids de leurs corps, selon la technique du « placage ventral », mais sans lui porter de coups.
Le jeune homme, dont une expertise a révélé une fragilité cardiaque antérieure, avait fait un malaise dans leur véhicule avant de décéder dans la cour de la gendarmerie de Persan, la ville.
Le cortège, qui a rassemblé entre 1 400 et 1 500 personnes selon la préfecture, a fait halte devant la caserne. Une minute de silence a été observée, une prière psalmodiée.
« On a tué Adama ce jour-là, dans la cour de cette gendarmerie », a lancé sa soeur aînée Assa Traoré au micro. « Un pays sans justice est un pays en danger », a-t-elle scandé, juchée sur un camion.
Un dossier qui n’avance pas
« C’est inadmissible ce qui est en train de se passer, on est dans un déni de justice. Les juges ont la volonté clairement d’étouffer l’affaire de mon frère », avait-elle affirmé plus tôt devant la presse.
« Nous allons passer à la vitesse supérieure. Nous allons soulever toute la France, nous allons soulever tous les quartiers (...) et on va aller renverser ce système », a-t-elle assuré.
« Pas de justice, pas de paix », a scandé la foule: un slogan frappé en noir et blanc sur de nombreux t-shirts.
« Ce qui me choque dans cette affaire, c’est que deux ans après, les gendarmes n’ont toujours pas été auditionnés. Pour que la justice passe, il faut la faire avancer à coups de pied au derrière », a dit François Ruffin, député LFI de la Somme.
« Il est temps que ce dossier avance, pour la famille, la mémoire de ce jeune homme, et pour tous les citoyens qui se sentent eux-mêmes injuriés dans le fait que cette affaire n’avance pas », a renchéri Benoît Hamon, fondateur de Générations.
Dans son appel à manifester ce jour-là, le PCF avait également réitéré « l'exigence de l'instauration d’une police de proximité bien formée, disposant des moyens et des effectifs nécessaires à sa mission, gardienne de la paix et loin de la politique du chiffre et du tout répressif ». Pour le Parti communiste, « c'est loin d'être le cas, notamment dans les quartiers populaires. Les effectifs sont à bout, écrasés par l'accumulation des heures supplémentaires. » Et de rappeler que les parlementaires communistes « sont porteurs d’une proposition de loi mettant fin aux contrôles au faciès, trop souvent à l’origine des violences policières, et demandent une réflexion globales sur la mission de la police. »
L’affaire Benalla
dans toutes les têtes Alors que la famille Traoré dénonce une « bavure policière », l’affaire Benalla, du nom de ce collaborateur d’Emmanuel
Macron filmé en train de frapper des manifestants à Paris le 1er mai, en se faisant passer pour un policier, est dans toutes les têtes. Sur une pancarte: « L’État protège des "Benalla", nous on veut sauver des Adama ».
« Il y a des gens qui sont protégés et d’autres qui n’arrivent même pas à avoir le minimum de justice pour quelqu’un qui est mort. Dans une France démocratique, ça met dans la tête des gens le soupçon, en disant "Est-ce que tous les citoyens sont égaux devant la loi ?"», a interrogée Esther Benbassa, sénatrice EELV.
M.R. avec AFP