Fil info
21:17Indre : Attaque virulente contre la directrice de l’Agence régionale de santé | L'Echo https://t.co/G9LwAgYxaj via
18:48Dordogne : Beynac : le Département et la préfecture haussent le ton -> https://t.co/7XIpQv05zQ
18:46Salagnac : De nouveaux réfugiés d’Afrique subsaharienne accueillis à Clairvivre -> https://t.co/8JaHaiWvWb
18:40Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
18:28Châteauroux : Les citoyennes se réapproprient la ville et leur quartier -> https://t.co/GxFNXOQnQQ
18:01Un médiateur a été désigné pour intervenir dans le conflit actuel du SDIS 87 (sapeurs-pompiers). Il pourrait interv… https://t.co/800yeoFWLT
17:05Région : Vers une mobilisation nationale ici -> https://t.co/wib3899aCp
16:56Saint-Astier : Double fête pour le lancement de la saison à La Fabrique -> https://t.co/BrL1xEmIUN
16:52Sarlat-la-Canéda : Fernando Costa de retour au Pays -> https://t.co/HxP5hZ7QQI
16:52# # - -Vienne : Un pas vers l’égalité réelle -> https://t.co/6AAvAPg09Q
15:52Périgueux : Sérieux contretemps pour le projet Montaigne -> https://t.co/bHMUd7avvr
15:50RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:49Périgueux : Un acheteur annoncé pour l’espace Britten -> https://t.co/V4DJG0HoBT
15:45Périgueux : 44 clubs labellisés -> https://t.co/MYcrcRWqlI
15:10RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:08RT : La Région débloque plus de 4 millions d'euros pour aider les victimes des intempéries https://t.co/NTUi0rr4Fx
14:57RT : Le Val de l'Aurence en fête les 22 et 23 septembre - Esplanade et Parc Pavillon du Mas-Jambost https://t.co/ax79ZbnlnB
14:53A20. Fermeture de la bretelle de sortie de l’échangeur n°26 « La Crouzille » dans le sens Province- Paris du 24 au… https://t.co/iSPBHiGxXO
12:57RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:54RT : À Saint-Junien, une salle bondée pour la défense de l'hôpital public. Plus de 300 personnes qui refusent de voir… https://t.co/AakgN8NOJF
12:50RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:50RT : [Thread] Retour à Paris après une soirée à Saint-Junien, à 30 km de Limoges. Avec le Maire, Pierre Allard, nous av… https://t.co/2qOO2kd70Y
11:32Tulle : L’éducation dans la balance ! -> https://t.co/gcxL9UP5XN

Un livre pour valoriser l’apprentissage

Christine Ribeyreix est enseignante au CFA des métiers de Boulazac et va faire paraître un livre pour valoriser le parcours d’apprentis. Elle vient de lancer une campagne de financement participatif sur la plateforme Tudigo afin de mener à bien ce projet.
Parmi ses activités elle alimente également la page Facebook du CFA avec des portraits d’apprentis ou d’anciens élèves qui sont depuis devenus chefs d’entreprise. « Depuis quelques années, j’ai eu l’envie de faire un livre autour de ces jeunes afin de les valoriser et mettre en avant leur réussite », explique Christine Ribeyreix. Et ce projet est sur le point d’aboutir sous la forme d’un recueil de portraits. Celui-ci représentera toutes les filières : industrie, agriculture, artisanat, BTP, commerce, restauration, « tout ce qui est apprentissage et le tout en relation avec les équipes pédagogiques et les responsables du CFA afin d’aller à la rencontre des jeunes que l’on a envie de mettre à l’honneur pour leur parcours », explique Christine Ribeyreix qui précise que le livre sera découpé en plusieurs parties. La première sera consacrée « à des jeunes talentueux qui ont obtenu des distinctions comme le concours de meilleur apprenti de France par exemple, mais aussi ceux qui ont eu un parcours difficile, mais qui par leur ténacité ont réussi qu’il s’agisse de jeunes en difficulté, de primo arrivants ou de migrants », poursuit Christine Ribeyreix. Une seconde partie sera consacrée aux femmes dans des métiers dits « masculins », une troisième sur les apprentis devenus chefs d’entreprise et enfin une dernière, « sur les reconversions professionnelles de personnes qui un jour plaquent tout pour l’apprentissage car ils ont eu des orientations contrariées. Des jeunes que l’on a poussé à aller vers les filières générales et qui ne s’y sont pas épanouis ».
Un livre dans lequel Christine Ribeyreix a la volonté de faire part de sa colère « de voir des jeunes souvent humiliés, que l’on a dévalorisé et cassé et qui ont fini par connaître une belle carrière professionnelle même si malheureusement, ils restent marqués à vie. Et pourtant ils n’ont pas choisi une voie facile puisqu’ils travaillent et préparent un diplôme en alternance ».
En finir avec les images toutes faites
Un livre qui au-delà d’être une belle galerie de portraits laisse une grande part à la réflexion personnelle de Christine Ribeyreix sur l’orientation. « J’ai l’expérience des jeunes, de l’alternance et du recrutement. Aujourd’hui, on a un gouvernement qui met l’accent sur l’apprentissage. C’est très bien sauf qu’ils n’y enverraient pas leurs enfants. Je voudrais donc qu’on se sorte de l’idée que l’on va en apprentissage parce qu’on a des problèmes. C’est la société qui pense que ça doit être comme ça et qui fait d’ailleurs en sorte que ce soit le cas alors qu’en fait c’est une voie pour tous dès l’instant que l’on en a envie pour s’épanouir. Aujourd’hui quelqu’un qui a de bonnes notes en filière générale, on va l’envoyer sans lui demander son avis vers des études plus longues. On leur fait perdre du temps car après ceux qui ont envie de faire un apprentissage finissent par y revenir. Il faut arrêter de forcer les gens à aller vers des filières qui ne leurs conviennent pas. A cause de cette image cassée de la société on a des pertes de savoir-faire et de compétences et des disparitions de métiers ainsi que des jeunes aux parcours contrariés. Il y a des choses que l’on peut faire avec des machines, mais il y aura toujours besoin d’hommes hors l’image des métiers manuels est mal perçue depuis 40 ans ».
Et Christine Ribeyreix veut aussi en finir, « avec cette image qui voudrait qu’il y ait des métiers réservés aux hommes. Car on parle de force physique alors qu’il y a des femmes qui réussissent aussi bien sinon mieux dans des métiers dits d’hommes comme la carrosserie, la mécanique, la pâtisserie, la boucherie, la ferronnerie ou les métiers agricoles. Ce n’est pas parce qu’on est une femme que l’on ne peut pas faire quelque chose de physique, les choses ont évolué. C’est d’autant plus important que j’ai le soutien financier et moral de Cécile Chambon, déléguée départementale des droits des femmes », explique Christine Ribeyreix.
Aujourd’hui Christine Ribeyreix cherche encore des financements pour que son projet voit le jour et elle a décidé de lancer une campagne de financement participatif sur la plateforme Tudigo. La parution du livre est prévue pour décembre 2018. Pour la soutenir rendez-vous sur la page internet dédiée https://www.tudigo.co/don/apprenti-e-s-et-fier-e-s-de-letre-1
Philippe Jolivet

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.