Fil info
21:17Indre : Attaque virulente contre la directrice de l’Agence régionale de santé | L'Echo https://t.co/G9LwAgYxaj via
18:48Dordogne : Beynac : le Département et la préfecture haussent le ton -> https://t.co/7XIpQv05zQ
18:46Salagnac : De nouveaux réfugiés d’Afrique subsaharienne accueillis à Clairvivre -> https://t.co/8JaHaiWvWb
18:40Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
18:28Châteauroux : Les citoyennes se réapproprient la ville et leur quartier -> https://t.co/GxFNXOQnQQ
18:01Un médiateur a été désigné pour intervenir dans le conflit actuel du SDIS 87 (sapeurs-pompiers). Il pourrait interv… https://t.co/800yeoFWLT
17:05Région : Vers une mobilisation nationale ici -> https://t.co/wib3899aCp
16:56Saint-Astier : Double fête pour le lancement de la saison à La Fabrique -> https://t.co/BrL1xEmIUN
16:52Sarlat-la-Canéda : Fernando Costa de retour au Pays -> https://t.co/HxP5hZ7QQI
16:52# # - -Vienne : Un pas vers l’égalité réelle -> https://t.co/6AAvAPg09Q
15:52Périgueux : Sérieux contretemps pour le projet Montaigne -> https://t.co/bHMUd7avvr
15:50RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:49Périgueux : Un acheteur annoncé pour l’espace Britten -> https://t.co/V4DJG0HoBT
15:45Périgueux : 44 clubs labellisés -> https://t.co/MYcrcRWqlI
15:10RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:08RT : La Région débloque plus de 4 millions d'euros pour aider les victimes des intempéries https://t.co/NTUi0rr4Fx
14:57RT : Le Val de l'Aurence en fête les 22 et 23 septembre - Esplanade et Parc Pavillon du Mas-Jambost https://t.co/ax79ZbnlnB
14:53A20. Fermeture de la bretelle de sortie de l’échangeur n°26 « La Crouzille » dans le sens Province- Paris du 24 au… https://t.co/iSPBHiGxXO
12:57RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:54RT : À Saint-Junien, une salle bondée pour la défense de l'hôpital public. Plus de 300 personnes qui refusent de voir… https://t.co/AakgN8NOJF
12:50RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:50RT : [Thread] Retour à Paris après une soirée à Saint-Junien, à 30 km de Limoges. Avec le Maire, Pierre Allard, nous av… https://t.co/2qOO2kd70Y
11:32Tulle : L’éducation dans la balance ! -> https://t.co/gcxL9UP5XN

Maurice Audin : la victoire de la vérité, 61 ans après

HISTOIRE

Dans une décision unanimement saluée, Macron reconnaît que l’État est responsable de la mort de Maurice Audin et du système d’exception qui a permis cette mort et... des milliers d’autres.
Je ne pensais pas que ça arriverait » : Josette Audin, la veuve de Maurice Audin, ne pensait pas voir la reconnaissance officielle de la responsabilité de l’État dans la mort de son mari.
Maurice Audin est un mathématicien communiste de 25 ans, arrêté le 11 juin 1957 pendant la bataille d’Alger par les parachutistes du général Massu. Torturé, son corps a ensuite disparu, l’armée française se cachant pendant des années derrière l’affirmation qu’il s’était évadé. Une affirmation démentie en 2014 par François Hollande qui a reconnu que la thèse de l’évasion était un mensonge d’État. Sans oser aller plus loin.
Le système des « pouvoirs spéciaux »
C’est désormais chose faite. Emmanuel Macron a reconnu, hier, que « sa disparition a été rendue possible par un système
dont les gouvernants successifs ont permis le développement (...) un système institué sur un fondement légal : les pouvoirs spéciaux ». Et de s’en référer à la carte blanche au gouvernement votée par le Parlement en 1956 ayant donné lieu à un décret autorisant la délégation des pouvoirs de police à l’armée. Autrement formulé, Macron reconnaît que des actes de tortures et des exactions ont été commises avec l’approbation des autorités politiques de l’époque, dont François Mitterrand, ministre de la Justice de Guy Mollet.
« La seule chose que je fais, c’est reconnaître la vérité », a commenté Emmanuel Macron devant Josette Audin. Et d’annoncer
également l’ouverture des archives de l’État via une dérogation générale.
Véritable étendard de la lutte anticoloniale, l’affaire Audin a été portée par de nombreux militants politiques et associatifs. Son visage éternellement jeune s’est souvent accroché aux Unes du quotidien l’Humanité, relayant les appels, portant le combat et annonçant jeudi matin aux aurores et en premier, la victoire.
Une place Maurice Audin ?
« C’est une victoire historique de la vérité et de la justice », s’est félicité Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, aux premières
lignes de ce combat, « une nouvelle époque de vérité peut commencer sur la période coloniale, pour toutes celles et ceux qui la ressentent comme une blessure toujours vive ».
La vérité, c’est également ce qu’attend Jacques Pradel, président de l’association nationale des Pieds Noirs progressistes basée à Marseille, portant ce combat depuis le début. « L’ouverture des archives va permettre un travail des historiens pour aboutir à une vérité historique qui puisse être entendue par toute la population, dans sa diversité, pour que s’estompe la guerre des mémoires».
À Aix, les militants communistes
demandent à ce que le nom de Maurice Audin soit donné à une place. En 2010, ils avaient déjà procédé à ce baptême lors d’une action pour s’insurger contre l’appellation d’un rond-point du nom du colonel Bigeard, protagoniste de la bataille d’Alger ayant qualifié la torture de « mal nécessaire ».
Angélique Schaller

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.