Fil info
16:46Saint-Mesmin : Un territoire à découvrir sur un site exceptionnel -> https://t.co/Bj0InKeTBO
16:41Trélissac : 63 disciplines et plus de 89 000 licenciés -> https://t.co/pdNXWNrPJM
15:53Coulounieix-Chamiers : Un banquet citoyen réussi -> https://t.co/H8Wk1Rj8Uf
15:23Plus fort que la aujourd'hui dans interview de David Gozlan secrétaire général de… https://t.co/79nrzhpJum
14:52 Pourquoi pas une interpellation avec mise en garde à vue, c'est grave ce que fait cette élue?
14:50Canicule: jeux d'eau à La Bastide (au square Manet aujourd'hui 14h-17h (jeunes ados), à l’accueil de loisirs pour l… https://t.co/n6Eko3M4qw
14:45Canicule : les déchèteries et la collecte changent d'horaires. Jusqu'au 30 juin, elles seront ouvertes de 7h à 14h.… https://t.co/giEMqLJmbl
14:30RT : En pleine canicule, refuse d’ouvrir un centre d’accueil pour les sans-abri. Le préfet a saisi en r… https://t.co/yrCYRMvS7g
14:26RT : L’urgentiste estime que les moyens restent insuffisants : "En 20 ans, plus de 100… https://t.co/ErsKo6qQmp
14:23 Beurk
14:22RT : Les urgences de Brive, en grève illimitée, chantent leur colère ! https://t.co/9zNXO14YiK
14:21RT : Excellente nouvelle ! Le tribunal a prononcé la relaxe. Les décrocheurs de portraits de ne sont pas… https://t.co/sEHlwK2cSK
14:19 Beurk
14:18RT : Flash : Il fait chaud.
14:17RT : Canicule: le brevet reporté de quelques jours https://t.co/5NUdHuOQm1
09:02# # - : On ouvre en diversités -> https://t.co/vuYZKk1dHp
08:58# # - -la-Poste : Un voyage de trois jours sur la côte Vermeille pour les anciens élèves -> https://t.co/jQZd1DZErQ
08:56# # - : Pétanque : les jeunes parfois déconcertants -> https://t.co/5VuWEkgK3m
08:54# # - : Ecole de jeunes pompiers : magnifique ! -> https://t.co/QY9XWoQdG8
08:50# # - -Yrieix-la-Perche : Retour ce jeudi des marchés festifs -> https://t.co/GCgPY0k4BE
08:49# # - -Yrieix-la-Perche : Initiation au foot à Jules-Ferry -> https://t.co/JhH7nar4IA
08:46# # - -Junien : EDF prodigue quelques petits conseils pour faire baisser sa facture d’énergie -> https://t.co/Mn30pLIBix
08:44# # - -Junien : La nouvelle zone de Boisse prête à accueillir les entreprises -> https://t.co/gp4dwsWjdA
08:26Bergerac : La Résistance et la déportation racontées aux écoliers -> https://t.co/mxAk0IA3lN
07:56# # - : Ici, on se prépare pour la 1re du festival du blues -> https://t.co/Cgwg7mmDl9
07:53# # - : La rivière n’est pas une poubelle -> https://t.co/MVI0dPxXtZ
07:50# # - -Vienne : Des œufs bio 24h/24 grâce au distributeur automatique -> https://t.co/LL3A9SoSWI
07:46# # - : Une saison estivale bien remplie : à vos agendas -> https://t.co/5O8my2IwnK
07:44# # - -Vienne : Faire rayonner la langue française aujourd’hui et demain -> https://t.co/0h94Hwa8dz
07:39# # - -Vienne : Isabelle Lescure élue à la tête de la fédération départementale du BTP -> https://t.co/Eqh1yQvCoh
07:37# # - -Vienne : Les agents de la CAF, CPAM et CARSAT dénoncent «la classification de la rigueur» -> https://t.co/R8HvsebLOh
07:35Région : Quatorze nouveaux contrats de territoire au conseil régional -> https://t.co/mQtMKNDCbN
07:32Région : Les CFA seront-ils sacrifiés ? -> https://t.co/U5CNiCD5ul
19:06Tulle : La suppression de huit tournées ne passe pas comme une lettre à La Poste ! -> https://t.co/9mnBLUUSwj
18:57Brive-la-Gaillarde : Coup de chaud sur les services publics -> https://t.co/mEVNF5xdun
18:56RT : - et sont dans cette semaine pour présenter https://t.co/9yuLDETB0Q
18:54RT : Inauguration dans le 14e d'une place Louise-Losserand. Femme, résistante, communiste, encore une dont https://t.co/XlALdNKBGP
18:48Dordogne : Les syndicats dénoncent la disparition des dernières trésoreries -> https://t.co/xrlssPGkvK
18:43Dordogne : Le département vote son premier budget participatif -> https://t.co/4VpkWydT1m
18:26Indre : Argenton accueille la première édition du Défi inter-associations -> https://t.co/mn4yMiwFQc
18:25Indre : Argenton accueille la première édition du Défi inter-associations -> https://t.co/VmcjC0GJVe

Son plan pauvreté décrypté en 5 points

DISCOURS

Emmanuel Macron a présenté, hier au Musée de l’Homme, sa stratégie nationale de « prévention et de lutte contre la pauvreté » chiffrée à 8,5 milliards d’euros sur 4 ans. Décryptage.
1. La philosophiedu plan Le Président : « Aux premiers de cordée de ne pas oublier les derniers de cordée. Mais tirer sur la corde pour qu’ils aillent moins vite ne sert à rien ».
Notre analyse : Emmanuel Macron confirme son orientation libérale. Pour lui, le combat « pour la liberté et pour l’égalité sont jumeaux ». En réalité, il promeut un modèle où la puissance publique devrait lever tous les freins à la réussite individuelle plutôt que de viser l’égalité réelle.
« Je ne veux pas m’acheter une bonne conscience en permettant aux pauvres de vivre mieux pauvres », assure-t-il. Cette stratégie de « prévention et de lutte contre la pauvreté », s’inscrit dans le projet global présidentiel.
Il la qualifie de pilier « solidariste et humaniste », une référence au bien nommé Léon Bourgeois, philosophe radical du XIXe siècle. Une visée complémentaire selon lui avec son « projet productif » et son « projet éducatif ». Objectif : tourner la page du modèle social français hérité du Conseil national de la Résistance avec l’avènement d’un « État-providence du XXIe siècle », affirme-t-il. Il souhaite « à hauteur d’une génération, éradiquer la grande pauvreté dans notre pays », mais en appelle à « l’humilité » et ne proposera pas d’indicateurs. L’ancien ministre de François Hollande se rappelle probablement de la « courbe du chômage » qui a plombé le quinquennat de son mentor.
Durant tout son discours, Emmanuel Macron valide le modèle économique et financier actuel et justifie implicitement le traitement privilégié des « premiers de cordées » : suppression de l’ISF, pérennisation du crédit d’impôts compétitivité emploi, écart des salaires, parachutes dorés, dividendes records etc.
2. Petite enfance
Le Président : « La pauvreté ne doit plus se transmettre en héritage ».
Notre analyse : Emmanuel Macron dénonce le déterminisme social, « il faut 6 générations pour accéder à la classe moyenne », sans condamner le système économique qui engendre cette reproduction sociale. Pour lui, il est possible d’y remédier en agissant dès le plus jeune âge. En proposant « un plan de formation continue des 600 000 professionnels de la petit enfance », pour améliorer la dimension éducative, considérant « qu’un enfant de 4 ans, lorsqu’il naît dans une famille défavorisée, maîtrise déjà deux fois moins de mots qu’un enfant issu d’une famille de classe aisée ». Une aide sera par ailleurs proposée aux collectivités
pour mettre en place 90 000 places en crèches. De même un « tiers payant », devrait permettre aux parents en difficultés de ne pas avancer le coût de la « nounou ». La question de la garde des enfants.
Enfin, l’État devrait financer la mise à disposition de petits-déjeuners pour les enfants de REP+. Des mesures indéniablement positives pour les enfants dans le besoin, mais cependant éloignées de l’objectif énoncé : « La pauvreté ne doit plus se transmettre en héritage ».
3. Jeunes et formation
Le Président : « Le drame de ces statistiques, ce sont ceux qui lâchent la corde, tout doucement, et qui sortent des statistiques ».
Notre analyse : Le président de la République a osé : à l’occasion de la présentation du plan pauvreté, il a relativisé le naufrage
de Parcoursup en opposant les bacheliers sans affectation avec les décrocheurs scolaires, 20 000 par an, selon le gouvernement, qu’il identifie comme un réel problème. À partir de 2020, les jeunes de 16 à 18 ans se verront obligatoirement proposer une formation ou un apprentissage.
Critique à l’égard des conseillers d’orientation, il dénonce des « modes » qui auraient conduit à orienter massivement des générations vers telle ou telle filière. Un dysfonctionnement qu’il s’apprête pourtant à accroître en confiant l’apprentissage
aux fédérations patronales soucieuses de « l’employabilité » à court terme des jeunes sur des filières temporairement en tension. À noter par ailleurs : la Garantie jeune, destinée aux jeunes en grande précarité et qui implique la signature d’un contrat avec une mission locale sera généralisée.

4. Service public de l’insertion
Le Président : « L’État reviendra aux côtés des communes, des Métropoles, et des départements à travers un service public de l’insertion » avec « un guichet unique ».

Notre analyse : « Nous récoltons ce que nous avons semé ». C’est en chef de l’État, qu’Emmanuel Macron évalue le résultat des politiques d’insertion, dont la compétence a été transférée aux départements...
« L’agent n’a pas suivi » et « les disparités sociales et territoriales » sont prégnantes, selon la plus ou moins bonne volonté des collectivités... qui pourraient, à l’avenir, être « sanctionnées ». Aussi, la création de ce « service public de l’insertion », annoncée hier matin, permettra de mobiliser l’ensemble des acteurs et des collectivités pour instaurer « un parcours de formation systématique », l’âge de cette obligation pour les jeunes est portée de 16 à 18 ans. La mise en place effective du « guichet unique de l’insertion » reste, pour l’heure, dans le flou, une première ébauche devrait être réalisée d’ici le premier trimestre 2019 pour être entériné par une loi en 2020. Comment les rôles des collectivités et des divers acteurs de terrain, tels que les missions locales, pôle emploi, les travailleurs sociaux, ou conseillers d’orientation évolueront-ils dans cette recentralisationet sous quelle gouvernance ? À quel niveau se feront les « interactions » entre les structures et qui sera derrière le fameux « guichet unique » ? La réponse reste à « inventer ». De plus, le président balaye - très vite - les préalables à l’accès à l’emploi, tel que le logement, l’accès au soin ou encore la mobilité, un dernier point jamais la mobilité alors qu’il figure parmi les « freins » à l’insertion, justement.

5. Le revenu universel d’activité
Le Président : « Le revenu universel d’activité fusionnera le maximum de prestations sociales, du RSA aux APL pour donner un socle de dignité [...] Il faut aider les bénéficiaires à faire notre part ».

Notre analyse : Encore il y a peu dans la balance, Emmanuel Macron a validé la « fusion des prestations sociales » en un « revenu universel d’activité ». Une simplification destinée à sortir du « maquis » des prestations sociales et des procédures qui tournent au « cauchemar administratif ». À tel point que « 30% des personnes qui pourraient bénéficier du RSA n’y ont pas accès », note-t-il fort justement. Mais aussitôt, le président en arrive à considérer que, pour certains bénéficiaires, « reprendre une activité pleine entraînerait, au mieux un maintien du revenu, au pire une perte »... À aucun moment, il ne met en balance la rareté et la faiblesse des offres d’emploi et les salaires proposés.
Aussi, le « revenu universel d’activité » n’est pas un revenu de base inconditionnel. « Je n’y est jamais cru ». Et de préciser : « Il est inacceptable que certains qui peuvent reprendre un emploi ne le fassent pas, aussi le droit à l’accompagnement doit correspondre à un devoir, et il doit y avoir des sanctions ». Le « contrat » passé avec le bénéficiaire donne, certes, droit « à un accompagnement » mais « empêche de refuser plus de deux offres raisonnables d’emploi ou d’activité figurant dans son contrat » . Au-delà du grand flou qui entoure la notion « d’offre raisonnable », les « sanctions » iront-elles jusqu’à priver les bénéficiaires de ce dernier filet social, de ce « socle minimal de dignité » comme il le décrit ? Ce serait aux antipodes d’une quelconque « stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté »...

Léo Purguette
et Sylvain Fournier

Air Zoom Pegasus 35