Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Macron va remanier... sauf sa politique !

GOUVERNEMENT

Le remaniement ministériel, c’est pour aujourd’hui. Seule inconnue : son ampleur.
En cas de gros chambardement,
Edouard Philippe pourrait demander un vote
de confiance à l’Assemblée nationale.
Édouard Philippe présentera-
t-il, aujourd’hui, la démission de son gouvernement
à Emmanuel Macron ? L’hypothèse est dans les tuyaux en cas de très large remaniement
après le départ fracassant de Gérard Collomb du poste de ministre de l’Intérieur, mardi dernier. Même si le scénario d’un remplacement place pour place n’est pas complètement écarté. Sont sur les rangs pour le remplacer, trois ministres : Gérald Darmanin, Jean-Yves Le Drian et Christophe Castaner qui lorgne sur ce portefeuille depuis longtemps. Des noms de hauts fonctionnaires circulent également : le procureur
de Paris, François Molins, la directrice de la Police judiciaire, Mireille Ballestrazzi ou encore le haut fonctionnaire Jean Castex, maire de Prades (Pyrénées-Atlantiques) et l’ancien patron de la police nationale, Frédéric Péchenard ; deux proches de Nicolas Sarkozy.
Si le remaniement est d’ampleur, Emmanuel Macron pourrait renommer, dans la foulée de sa démission, Édouard Philippe à Matignon qui, selon les règles de la Ve République, lui proposerait un nouveau gouvernement. Cette hypothèse suppose de solliciter un vote de confiance de l’Assemblée nationale. Et donc une nouvelle déclaration de politique générale. Nouvelle ? Si l’exécutif est à la recherche d’un « nouveau souffle » réclamé, notamment, par le nouveau président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand (LREM), le cap politique ne devrait pas changer. Le problème essentiel pour Emmanuel Macron est de tourner la page d’une rentrée calamiteuse, marquée par la démission de Nicolas Hulot et de Laura Flessel, puis Gérard Collomb. Sans parler des sondages : 66% des Français ne lui font pas confiance, selon l’enquête Elabe, parue le 4 octobre. Il lui faudra plus qu’un remaniement pour se réconcilier avec le pays.
F.V avec AFP