Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

Amiante : un tiers des écoles sans contrôle

SANTÉ PUBLIQUE

1 000 personnes ont manifesté vendredi à Paris à l’appel de l’Association des victimes de l’amiante (Andeva). Objectif : dénoncer le danger des écoles amiantées.
Un tiers des écoles primaires n’ont pas fait de diagnostic amiante », a souligné en tête du défilé Alain Bobbio, président de l’Andeva.
Il demande « l’éradication pure et simple » de cette fibre cancérogène interdite dans les nouvelles constructions depuis 1997. « Les demi-mesures, le bricolage, ce n’est pas avec ça qu’on avance », balaie-t-il en pointant les limites des techniques de « recouvrement » des dalles d’amiante.
La grande majorité des établissements scolaires ont au moins un bâtiment construit avant son interdiction, comme le lycée Georges-Brassens de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne), où les professeurs font valoir depuis une semaine leur droit de retrait pour des soupçons de contamination de salles à l’amiante. « Ça nous touche directement », explique Yanis, 17 ans et élève de terminale dans ce lycée. Tatiana Paillotin, professeure de lettres à Georges-Brassens, juge « incroyable qu’aujourd’hui encore il y ait des lycées chargés d’amiante et qu’on laisse des gamins y rentrer, des personnels d’entretien y travailler ».
« Ça concerne des générations : les élèves d’aujourd’hui mais aussi tous ceux qui sont passés par ces écoles », abonde Laurent, 55 ans et ancien soudeur opéré il y a trois ans d’un cancer du poumon lié à l’amiante.
Parmi les manifestants, une soixantaine de membres de l’association locale de Condé-sur-Noireau dans le Calvados, deux semaines après le non-lieu général demandé par le parquet de Paris dans l’affaire de l’exposition à l’amiante de salariés de l’usine locale de Valeo-Ferrodo. Une position « aberrante et difficile à supporter pour les victimes », estime François Martin, président de l’association, partie civile dans ce procès : « Cela revient à donner le permis de tuer à l’ensemble des industriels utilisant des produits cancérigènes ».