Fil info
10:31RT : Départ des équipages limougeauds participant au 4L Trophy devant la mairie de Limoges. https://t.co/p6Ei3UQra6
10:18Départ des équipages limougeauds participant au 4L Trophy devant la mairie de Limoges. https://t.co/p6Ei3UQra6
09:20A méditer sur le travail de l'ombre des milliers de bénévole...dans une société transformée. https://t.co/WvV2nydflC via
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC

Assurance chômage : des négociations sous tension

TRAVAIL

Les syndicats ont entamé vendredi avec le gouvernement la renégociation de la convention assurance-chômage. Les discussions devraient être bouclées avant le 26 janvier.
Vendredi, les syndicats se sont dits désireux d’aboutir à un accord sur l’assurance chômage, mais ont chacun réaffirmé leurs lignes rouges à l’ouverture de cette négociation ardue. Les organisations syndicales s'opposant à toute baisse de droits des demandeurs d’emploi. Fin septembre, l’exécutif a annoncé la couleur aux partenaires sociaux. Il faudra faire entre 3 et 3,9 milliards d’euros d’économies sur trois ans. Objectifs principaux affichés : accélérer le retour à l’emploi, réduire la précarité et désendetter l’Unédic. La dernière convention d’assurance chômage, qui définit le cadre d’indemnisation pour les demandeurs d’emploi, avait été négociée juste avant l’élection présidentielle et est entrée en vigueur il y a tout juste un an. « Nous n’étions pas demandeurs » d’une nouvelle négociation, répètent en boucle les syndicats.
En arrivant au siège de l’Unédic, le négociateur CGT Denis Gravouil a déchiré en petits morceaux la lettre de cadrage du gouvernement, sous l’oeil des caméras. « Il n’est pas question de respecter les économies sur les droits des chômeurs », a-t-il souligné.
Marylise Léon, négociatrice pour la CFDT, a expliqué que « le temps était contraint » mais « suffisant » jusqu’à mi-janvier pour essayer de s’entendre.
Pour la CFDT, « la première ligne rouge est la dégressivité » des allocations, une des pistes versées au débat. « On ne rentrera pas dans les discussions qui entraîneraient des baisses de droits, notamment des plus précaires », a-t-elle résumé.
Pour Jean-Michel Pottier (CPME), il y a « deux épouvantails » dans cette négociation : « le bonus-malus côté employeurs et la dégressivité côté salariés ».
Les partenaires sociaux doivent en effet essayer d’enrayer la prolifération des contrats à durée déterminée qui coûtent cher à l’Unédic. Le candidat Emmanuel Macron avait promis d’imposer un « bonus malus » pour pénaliser les entreprises qui en abusent, mais le gouvernement souffle le chaud et le froid depuis plusieurs mois.
La CPME juge le projet « mortifère »
L’expression « bonus malus » n’est d’ailleurs pas inscrite dans le document de cadrage publié fin septembre par l’exécutif et qui fait office de feuille de route. La CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) s’est déjà émue d’un projet du gouvernement, qu’elle juge « mortifère» pour l’emploi.
Les huit organisations syndicales ,et patronales, gestionnaires du régime d’assurance chômage, vont en outre se pencher sur la « permittence », c’est-à-dire l’alternance entre emploi et chômage, qui englobe plusieurs dispositifs comme la possibilité de cumuler une partie d’allocation et de salaire.
La révision du régime des intermittents est également en jeu. La question de la dégressivité des allocations, notamment pour les cadres, devrait elle aussi s’inviter à la table. « On peut tout ouvrir, tout regarder sans aucun tabou », a expliqué Hubert Mongon, négociateur pour le Medef.
Au final, s'il n'est pas satisfait, l'Etat reprendra la plume. Ce dernier met en avant un financement opéré désormais pour partie via l'impôt (CSG) au lieu des cotisations sociales salariales.