Fil info
21:00Indre : Ian Brossat, tête de liste PC aux Européennes, demain dans l’Indre -> https://t.co/s2mM7rZ8bC
20:58Indre : E. Macron face à l’entreprise -> https://t.co/tYGEyi80Kx
19:38Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/QmzR1p5h55 via
18:52RT : [🏆🗳 Mobilisation Générale !!!] On est une nouvelle fois en liste pour les ! Alors on a besoin de votre so… https://t.co/oi8EpoZCNU
18:10RT : Lors de sa commission permanente qui s'est tenue aujourd'hui, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une… https://t.co/unwgDAWjIP
18:10RT : 🎊👉FESTIVAL AUX CHAMPS 👍😊 Rendez-vous JEUDI 21 FÉVRIER à 16H pour découvrir les premiers noms !!! 💥CONCOURS 💥 Ga… https://t.co/1HVVlDkLDX
17:22Dordogne : Jean-Philippe Granger dans un fauteuil pour six ans -> https://t.co/RVSvJjYYIS
17:22Lors de sa commission permanente qui s'est tenue aujourd'hui, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une… https://t.co/unwgDAWjIP
17:02Sarlat-la-Canéda : Le grand débat débouchera-t-il sur du concret ? -> https://t.co/57px26e5G1
16:21RT : Compte rendu du SNUipp87 du Cden de ce jour : 14 classes fermeront et 8 ouvriront en septembre 2019… https://t.co/vBbKW6b112
16:21Après le CDEN de ce matin : rien de nouveau concernant le projet de carte scolaire présenté hier et publié dans notre édition de ce jour.
16:00Trélissac : La commune s’engage dans le sport sur ordonnance -> https://t.co/WRGi8arfLO
15:56RT : : stéphane ostrowski attaque le aux prud’hommes
15:48 ce n'est qu'un début....continuons le....
15:31Argenton-sur-Creuse : Victoire des défenseurs de la gare ! -> https://t.co/755BJMTeaz
14:38RT : C'est bien beau de vouloir CHANGER LE MONDE. ✊🌏✊ Mais y a un moment, on peut pas boire son CAFÉ dans un Ché Gu… https://t.co/HliiWSFUTZ
14:13RT : Alain Juppé, premier homme politique condamné à entrer au https://t.co/o69hV4IkTS
14:10Neutralisation de la voie de droite entre les échangeurs n°37 « Boisseuil » et n°28 « Grossereix » sur l’autoroute… https://t.co/mdkj3AbYks
14:07Dordogne : Incertitudes sur l’avenir de Condat -> https://t.co/mruMxrPUAb
13:51 en vidant les etangs, il y a une serie a produire tellement il y avait de curieux qd chichi etait roi,
12:56Tulle : Le téléfilm « Meurtre en Corrèze » recherche des figurants -> https://t.co/PLUWz4NzoX
12:37Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/lObLn8tbDH via https://t.co/izT1fh7mXG
12:16RT : Tous unis contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme rdv lundi 18 février à 18h devant l'école Simone… https://t.co/qu7utpT8b8
12:00Tous unis contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme rdv lundi 18 février à 18h devant l'école Simone… https://t.co/qu7utpT8b8
11:29 C'est que ce n'est pas le débat que vous cherchiez mai… https://t.co/ezvpCqvKVk
10:40RT : France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
09:59RT : France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
09:41Région : Gibo fait la tête à la fac -> https://t.co/mrEwm78VQj
09:39Région : Les étudiants au service de la prévention routière -> https://t.co/g6H587qvTD
09:37# # - -Vienne : 14 fermetures de classes au lieu de 17 , encore trop pour les syndicats -> https://t.co/6OXHYQjAe6
09:35# # - -Vienne : Fermeture du PADE : recul de l’accès au droit des étrangers -> https://t.co/ManYacVHdi
09:32# # - -Vienne : Limoges Métropole, investir et préserver l’avenir -> https://t.co/X0nvPHLEcP
09:29France : Le tribunal administratif annule l’arrêté d’expulsion de l'artiste René Bokoul -> https://t.co/yOyh2s8UBP
07:49# # - -Vienne : Cambriolages : les auteurs interpellés et emprisonnés -> https://t.co/d6WCOzXfbK
07:48France : Dans l'Indre, Macron prend le pouls des ruraux -> https://t.co/FHPVLx50cX
00:08Corrèze : Surendettement : la précarité au cœur des dossiers -> https://t.co/c3PPrlijNW
00:07Corrèze : Surendettement : la précarité au cœur des dossiers -> https://t.co/FdIDEU7yXg

Une seule réponse: du concrêt

La crise inédite des «gilets jaunes» marque un «tournant» pour le quinquennat d'Emmanuel Macron, qui, en refusant d’entendre les légitimes revendications des premiers gilets jaunes, cherche désormais à calmer la colère populaire

Le chef de l'Etat a choisi de rester pour l'instant silencieux malgré la pression qui ne cesse de monter.
Ce mutisme semble assumé : il s'agit de laisser le temps au Premier ministre Edouard Philippe de recevoir les représentants des partis politiques hier et une délégation de «gilets jaunes» aujourd’hui.
«Emmanuel Macron a raison de ne pas s'exprimer car pour l'instant son discours est inaudible. La seule façon pour lui de se faire entendre est d'annoncer des mesures fortes, concrètes et immédiates» en réponse aux demandes des protestataires, estime Philippe Moreau-Chevrolet, expert en communication politique.
Ce pourrait être l'annonce de l'annulation de l'augmentation de la taxe sur les carburants prévue début 2019, mais aussi des prochaines hausses des prix de l'électricité et du gaz, selon lui.
En revanche, une initiative d'ordre politique - telle qu'une dissolution, un remaniement ou un référendum - réclamée par l'opposition, ne satisfera pas la majorité des «gilets jaunes», estime le politologue.
Pourtant, «plus le temps passe, plus le prix politique sera élevé» pour l'exécutif, avertit Bruno Cautrès, du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po). «Mais on peut se poser la question de sa capacité à avoir la bonne compréhension de ce qu'il se passe», souligne-t-il.
Emmanuel Macron est connu pour ne pas aimer réagir sous la pression et privilégier la réflexion sur le long terme. Avec, comme fil conducteur, la nécessité de «garder le cap» politique qu'il avait fixé durant la campagne.
Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a ainsi de nouveau fustigé hier ces dirigeants qui «sont élus sur un programme et qui, six mois après, font l'inverse», ce qui a entraîné une «perte de confiance profonde» des Français envers la classe politique depuis des décennies.
«déni»
Une telle attitude relève aujourd’hui «du déni», selon Philippe Moreau-Chevrolet. «Elle n'est plus tenable alors qu'Emmanuel Macron est devenu plus impopulaire que François Hollande et que son socle politique est si faible, avec une majorité inexpérimentée et sans réseaux locaux», estime l'expert.
«A un moment, on ne peut pas gouverner contre le peuple», a mis en garde vendredi François Bayrou, le patron du MoDem et partenaire de la majorité.
De plus en plus d'élus de La République en marche exhortent aussi le pouvoir à se montrer plus attentif aux préoccupations quotidiennes des Français. «Nous avons été certainement trop lointains, trop technocrates, trop sûrs de nous, trop sourds parfois», a reconnu samedi Stanilas Guerini, le nouveau patron du parti présidentiel.
Certains estiment que, comme dans l’affaire Benalla, l'exécutif a trop tardé, comme l'illustre le peu d'enthousiasme suscité par l'annonce par Emmanuel Macron d'une «grande concertation de terrain sur la transition écologique et sociale», rassemblant associations, élus et «représentants des gilets jaunes» pour élaborer des «solutions» dans les trois mois.
Cette crise marque «un tournant dans le quinquennat» car «la méthode bonapartiste qui a réussi au début pour lancer les réformes n'est plus adaptée», souligne Philippe Moreau-Chevrolet. «C'est la fin d'une expérimentation politique sans précédent dans l'histoire politique française. Et très franchement on entre dans l'inconnu».
Dans un éditorial publié en première page, le directeur du Monde Jérôme Fenoglio voit aussi le «point de bascule du quinquennat» et avertit qu'il sera «difficile» pour Emmanuel Macron de sortir du «piège» sans «amender en profondeur» son mode de gouvernance. Celle-ci n'a «pour l'heure en rien interrompu le cycle délétère des détestations successives des présidents en place».
Emmanuel Macron n’a aujour-d’hui plus le choix. Il doit redescendre de sa tour d’ivoire et revenir dans le monde réel. Mais le président saura-t-il comprendre qu’on ne peut pas prendre encore et encore dans la poche de ceux qui ne peuvent joindre les deux bouts tout en supprimant l’ISF?
Annuler les augmentations du début d’année et augmenter le SMIC  serait sans doute perçu comme un premier pas propre à désarmorcer la bombe allumée par Emmanuel Macron lui-même.