Fil info
23:24Dans la brume d'un matin, la quiétude du patelin, vas subitement être troublée, par le passage éphémère du train, à… https://t.co/N3cs7thY5c
19:36Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/UA5mJQ5Xuy
19:04Châteauroux : Une centaine de marcheurs pour le climat -> https://t.co/HZfjdm59wj
19:03Indre : Téléthon : 47 055 euros récoltés dans l’Indre au 36 37 -> https://t.co/8ZjSgzVifY
19:02Indre : Gilets jaunes : 500 sous la pluie -> https://t.co/BnP7ygfor3
18:43# # - -Vienne : Un espace dédié à la jeunesse -> https://t.co/zvhtWrDsQz
18:42Brive-la-Gaillarde : Une avenue à côté de la plaque pour la LDH | L'Echo https://t.co/iZEN0mUs2L via
18:42Corrèze : Des chutes d'eau extraordinaires au barrage du Chastang | L'Echo https://t.co/LaGqDYxpkx via
18:38# # - -Vienne : Un Téléthon marqué par la pluie et les mouvements sociaux -> https://t.co/rGqDu5mjBP
18:11Périgueux : La saison des truffes est ouverte -> https://t.co/d90ExcPOij
18:07Dordogne : La voiture de Jacqueline Dubois et celle de son époux incendiées -> https://t.co/AiizANR4TZ
18:07La Sainte-Barbe du centre de secours Maurice-Lebon à Guéret était l’occasion, outre la passation de commandement en… https://t.co/dMQzMy3oc5
18:01Dordogne : Les Gilets jaunes demandent à être enfin entendus -> https://t.co/HAF2OIwRUr
18:00Dordogne : Ils ont marché pour le climat -> https://t.co/w41a9zDeLV
17:57Sarlat-la-Canéda : La fin d’une époque pour Majuscule -> https://t.co/dTt7fRn2UJ
17:23France : Ligne Limoges-Ussel -> https://t.co/SJWMWJo3Uf
17:20# # - -Vienne : Des Gilets jaunes dans l’attente -> https://t.co/2Qab5JramC
17:09Région : La gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/Q30Xdy1YCS
17:00Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/jacK0BRELN via
16:59Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/4prmNAbd6v via
16:57Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/1D2y4CGXUG via
16:56Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/N3tyxfvUeh
16:47 ça vous dirait de soutenir un projet agricole et ? - > https://t.co/6A6WjbdUC2
14:37Dordogne : Le PCF au cœur des luttes -> https://t.co/H9VcVEashq

Une seule réponse: du concrêt

La crise inédite des «gilets jaunes» marque un «tournant» pour le quinquennat d'Emmanuel Macron, qui, en refusant d’entendre les légitimes revendications des premiers gilets jaunes, cherche désormais à calmer la colère populaire

Le chef de l'Etat a choisi de rester pour l'instant silencieux malgré la pression qui ne cesse de monter.
Ce mutisme semble assumé : il s'agit de laisser le temps au Premier ministre Edouard Philippe de recevoir les représentants des partis politiques hier et une délégation de «gilets jaunes» aujourd’hui.
«Emmanuel Macron a raison de ne pas s'exprimer car pour l'instant son discours est inaudible. La seule façon pour lui de se faire entendre est d'annoncer des mesures fortes, concrètes et immédiates» en réponse aux demandes des protestataires, estime Philippe Moreau-Chevrolet, expert en communication politique.
Ce pourrait être l'annonce de l'annulation de l'augmentation de la taxe sur les carburants prévue début 2019, mais aussi des prochaines hausses des prix de l'électricité et du gaz, selon lui.
En revanche, une initiative d'ordre politique - telle qu'une dissolution, un remaniement ou un référendum - réclamée par l'opposition, ne satisfera pas la majorité des «gilets jaunes», estime le politologue.
Pourtant, «plus le temps passe, plus le prix politique sera élevé» pour l'exécutif, avertit Bruno Cautrès, du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po). «Mais on peut se poser la question de sa capacité à avoir la bonne compréhension de ce qu'il se passe», souligne-t-il.
Emmanuel Macron est connu pour ne pas aimer réagir sous la pression et privilégier la réflexion sur le long terme. Avec, comme fil conducteur, la nécessité de «garder le cap» politique qu'il avait fixé durant la campagne.
Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a ainsi de nouveau fustigé hier ces dirigeants qui «sont élus sur un programme et qui, six mois après, font l'inverse», ce qui a entraîné une «perte de confiance profonde» des Français envers la classe politique depuis des décennies.
«déni»
Une telle attitude relève aujourd’hui «du déni», selon Philippe Moreau-Chevrolet. «Elle n'est plus tenable alors qu'Emmanuel Macron est devenu plus impopulaire que François Hollande et que son socle politique est si faible, avec une majorité inexpérimentée et sans réseaux locaux», estime l'expert.
«A un moment, on ne peut pas gouverner contre le peuple», a mis en garde vendredi François Bayrou, le patron du MoDem et partenaire de la majorité.
De plus en plus d'élus de La République en marche exhortent aussi le pouvoir à se montrer plus attentif aux préoccupations quotidiennes des Français. «Nous avons été certainement trop lointains, trop technocrates, trop sûrs de nous, trop sourds parfois», a reconnu samedi Stanilas Guerini, le nouveau patron du parti présidentiel.
Certains estiment que, comme dans l’affaire Benalla, l'exécutif a trop tardé, comme l'illustre le peu d'enthousiasme suscité par l'annonce par Emmanuel Macron d'une «grande concertation de terrain sur la transition écologique et sociale», rassemblant associations, élus et «représentants des gilets jaunes» pour élaborer des «solutions» dans les trois mois.
Cette crise marque «un tournant dans le quinquennat» car «la méthode bonapartiste qui a réussi au début pour lancer les réformes n'est plus adaptée», souligne Philippe Moreau-Chevrolet. «C'est la fin d'une expérimentation politique sans précédent dans l'histoire politique française. Et très franchement on entre dans l'inconnu».
Dans un éditorial publié en première page, le directeur du Monde Jérôme Fenoglio voit aussi le «point de bascule du quinquennat» et avertit qu'il sera «difficile» pour Emmanuel Macron de sortir du «piège» sans «amender en profondeur» son mode de gouvernance. Celle-ci n'a «pour l'heure en rien interrompu le cycle délétère des détestations successives des présidents en place».
Emmanuel Macron n’a aujour-d’hui plus le choix. Il doit redescendre de sa tour d’ivoire et revenir dans le monde réel. Mais le président saura-t-il comprendre qu’on ne peut pas prendre encore et encore dans la poche de ceux qui ne peuvent joindre les deux bouts tout en supprimant l’ISF?
Annuler les augmentations du début d’année et augmenter le SMIC  serait sans doute perçu comme un premier pas propre à désarmorcer la bombe allumée par Emmanuel Macron lui-même.