Fil info
21:54 L’ dans tous ses états: https://t.co/npjyHB909b
21:37 Merci. Le Pont Saint Chrétien Chabenet dans l’Indre, département où j’ai eu la chance de travailler pend… https://t.co/oXJrlcTpXJ
18:10 Rire
18:06 Merci bien, hein ! Tout le monde en nervous breakdown.
17:59 Bonjour huber
15:46 Ca risque pas de s'arranger avec une uberisation du travail.

Le mensonge d’une augmentation du Smic

Politique

SOCIAL
Les annonces du président Macron étaient présentées hier aux députés. Haro
de l’opposition de gauche sur le mensonge de l’augmentation du Smic.
Non, vous n’augmentez pas le Smic ! » : une phrase répétée, hier, par les députés d’opposition de gauche à Édouard Philippe venu présenter les mesures annoncées la veille par Emmanuel Macron en réponse à la crise des gilets jaunes. « Ce n’est que prime et exonération », accuse le communiste Pierre Dharréville. « Vous accélérez l’augmentation de la prime d’activité, une prestation sociale financée par l’impôt, pas un salaire », insiste le socialiste Joël Aviragnet. « Une mesure à 9 milliards et vous ne rétablissez même par l’ISF ni ne supprimez la flat taxe. Et demain, au nom de l’équilibre budgétaire vous allez réduire les services publics pourtant massivement demandés par les gilets jaunes », s’enflamme l’insoumise Mathilde Panot. Le Premier ministre botte en touche, s’offusquant qu’on l’accuse de mensonge, ce qui ne serait « pas bon pour le débat démocratique ».
Le Smic va-t-il réellement augmenter ?
Non. Si ce n’est l’augmentation prévue par le code du travail qui, au 1er janvier, sera de 1,8% et fera passer le net de 1 184 à 1 203 euros. S’y ajoutent les 20 euros de baisse de la CSG commencée l’an dernier. Tout le reste sera une augmentation de la prime d’activité. Calculée trimestriellement et en fonction des revenus et des allocations de tout le foyer, elle peut être suspendue si un membre du ménage a une rentrée d’argent.
Tout le monde va-t-il toucher 100 euros ?
Non. 20 euros sont constitués par la baisse de la CSG. Quant à l’augmentation de la prime d’activité, elle dépend des revenus du foyer. À titre d’exemple, sur les 5,43 millions de personnes qui touchent aujourd’hui la prime d’activité, 14% perçoivent une prime inférieure à 50 euros - sachant qu’à moins de 15 euros, elle n’est pas versée - 23% une prime de 50 à 100 euros et 18% de 100 à 150 euros... Les personnes qui touchent les montants les plus élevés sont celles dont les revenus sont entre 5 00 et 1 000 euros. De plus, elle n’est pas automatique : il faut la demander. Le taux de recours est de 70%.
Seuls les smicards sont concernés ? À temps plein ?
Non. La prime d’activité est plafonnée à 1,3 Smic (1 500 euros nets) pour une personne seule, 1,9 Smic (2 200 euros net) pour un couple sans enfant, 2,5 Smic (2 900 euros) pour un couple avec deux enfants.
Elle est aussi attribuée aux personnes à temps partiel. Aujourd’hui, c’est le cas de 47% des allocataires.
Qui va payer ?
Les Français. La prime d’activité est une allocation financée par l’impôt. Créée en 2016 en remplacement de la prime pour l'emploi, elle a représenté 4,77 milliards d’euros. Cette année, elle devrait dépasser les 6 milliards d’euros. Le coût des mesures annoncées par Macron - avec la défiscalisation des heures supplémentaires et la suppression de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2 000 euros - est estimé à 9 milliards d’euros.
En décembre 2017, l’économiste Gilbert Cete a remis un rapport sur le sujet au gouvernement. Parmi de nombreux témoignages d’allocataires affirmant que cette prime leur change la vie, celui d’une jeune femme de 25 ans : « Cette prime m’aide au quotidien. Mais j’estime que quand on fait un travail à temps complet on ne devrait pas avoir besoin d’aide complémentaire. C’est la reconnaissance par l’État que maintenant le salaire de base n’est pas suffisant pour vivre. »

Mercurial X Proximo