Fil info
21:29Périgueux : Une voiture brûle, un jeune homme renseigne les policiers -> https://t.co/CiAjFPCadm
19:41Saint-Aulaye : Mettre un vent au projet -> https://t.co/9Tj1pTfnuZ
19:35RT : Bonjour j’aimerais attirer votre attention sur le fait que nous sommes mercredi et que j’ai déjà été c… https://t.co/e62DxwbWIr
19:14Déols : Top départ pour les as de la haute voltige aérienne -> https://t.co/BXtcb4Vf5b
19:08RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Pentagon papers" jeudi soir au parc des bords de vienne, bass… https://t.co/l6ju3QFv4g
19:08RT : Toile sous les étoiles - Concert gratuit à partir de 19h demain soir au parc des bords de vienne https://t.co/HZV79p3VWj
19:06RT : Et photo souvenir. Alain Damasio a l'assaut. https://t.co/egfLiTDIoB
19:06RT : Et quel public, concentré, attentif, et partageur de témoignages forts. Comme ce gilet jaune du Mans, racontant les… https://t.co/HRt7dMlTTb
19:06RT : Normalement à 20h fait un reportage sur les maires qui ont pris un arrêté anti Glyphosate. Je devrais y… https://t.co/vsNmomDyBQ
18:54RT : Le 21 août 1944, fut libérée de l'occupation. Les maquisards, menés par Georges GUINGOUIN, entrent dans la… https://t.co/wtMDSuv4Sx
18:54RT : En direct de la place des Carmes, commémoration du 75e anniversaire de la libération de , en présence de Jé… https://t.co/7zn4fE10Jo
18:32Last days on Arte on replay... After you will be able to see the cinéma version in theaters in the fall !… https://t.co/PCbmhU6ODk
16:33Le Pêchereau : DARC au Pays pescherellien : la musique déconcentrée -> https://t.co/OxWsjzOrBy
16:16Sarlat-la-Canéda : Du changement à la tête de la Compagnie de Sarlat -> https://t.co/ryHDUWIoUS
15:35Bergerac : L'opposant s'était suspendu à une grue, son jugement, à la question de la légalité du chantier -> https://t.co/MgQmcvlhiu
11:13Brive-la-Gaillarde : Pour une solidarité sans faille -> https://t.co/tB8DB6piSH
11:09Sport : Tour du Limousin, 117 coureurs répartis pour une édition très ouverte -> https://t.co/C8k5h1oW9e
10:46RT : J'ai eu la chance de le voir en avant-première en présence des gars de au forum des images à Paris. Ce doc de… https://t.co/lwhZ7FqZMo
10:46RT : Merci Mme le Président de porter à l’Elysée la voix de tous ces Barreaux mobilisés pour la défense de Nasrin SOTOUD… https://t.co/z07SnDCLin
07:40# # - -Vienne : La Cuisine de Conso ouvre demain -> https://t.co/5NphMhDRbH
07:39Bergerac : Un air d’étuve… moins chaud qu’à Périgueux -> https://t.co/2DXHKI7AVf
07:36# # - -Vienne : Collège de Nantiat: vers une optimisation des services -> https://t.co/JoRxhQCICL
07:31Région : Check In Party : décollage imminent -> https://t.co/6G6U5FTknu
07:29Région : Confolens, plus d’un demi-siècle de fête -> https://t.co/acbiPVpmy9

Des cheminots privés de travail

à l’appel de la CGT, une cinquantaine de cheminots des départements du Limousin, d’Indre et du Lot a manifesté leur colère devant le siège limougeaud de la SNCF. Farouchement opposés à l’externalisation de leurs missions vers le privé, les cheminots entendaient bien interpeller leur directeur d’établissement. En vain.
Arborant leur tenue orange, munis de leurs outils et de leurs drapeaux à l’effigie de la CGT, une cinquantaine de cheminots du secteur de Limoges (qui s’étend de l’Indre au Lot en passant par les trois départements du Limousin) a donné de la voix hier matin à Limoges. Déçus par l’absence de leur directeur d’établissement, les 50 cheminots sont allés perturber la circulation autour de la gare.
Apprenant que la direction de leur établissement se préparait à «externaliser» la grande majorité des missions des cheminots qui travaillent sur la voie, la CGT a déposé un préavis de grève pour la journée d’hier. Dans le même temps, l’organisation syndicale appelait dans un tract «tous les cheminots à se rassembler en apportenant leurs outils de travail et des tenues de travail pour bien montrer au directeur d’établissement que l’externalisation ne peut et ne doit pas aller au delà de ce qui est déjà réalisé actuellement». 
Récemment, une journée de travail avait lieu à Limoges durant laquelle «un dirigeant national est venu expliquer à l’encadrement comment il fallait procéder pour externaliser notre travail. On voit bien la volonté de confier les choses au privé alors même que nous aurions les moyens» déplore Philippe Blanchon, cheminot et responsable CGT. Et ce projet d’externalisation, autrement de sous-traitance du secteur privé, est perçu par le syndicat comme «une attaque sans précédent contre les cheminots, menée par un cheminot. Notre dirigeant ouvre encore plus la porte aux entreprises privées : externalisation prévisible de 100% des investissements et de 25 à 30 % de la maintenance. Et ce n’est certainement qu’un début. Pire ce seraient des cheminots de l’établissement qui organiseraient l’externalisation et d’autres qui superviseraient les agents du privé !». En effet, «aux réunions, on nous a expliqué qu’il faut désormais passer du savoir-faire au savoir faire faire ! C’est écrit noir sur blanc» s’exlame Philippe Blanchon. Avant d’ajouter : «Est aussi écrit qu’au début il faudra savoir payer plus cher les entreprises extérieures, même si elles coûtent davantage que les cheminots !» Dans son communiqué, la CGT explique effectivement qu’«on nous parle de performance économique mais SNCF Réseau veut externaliser quel que soit le coût. La règle depuis cet automne est : "On sature les ressources du privé et ensuite on verra ce qu’on garde pour les cheminots". On fait appel à l’intérim alors que plus de 500 cheminots sont sans travail sur la Nouvelle-Aquitaine».
Max travaille à Guéret sur la voie et s’occupe de la maintenance des rails, des traverses ou encore de la signalisation : «Nous sommes très inquiets de ces projets d’externalisation, surtout que le nombre de cheminots ne fait que baisser depuis de très nombreuses années. Et on sait très bien que le privé a une notion de rentabilité, qu’il n’est pas là simplement pour faire du service public mais avant tout pour gagner du pognon».
La cinquantaine de grévistes avait donc des comptes à demander au directeur d’établissement du vaste secteur de Limoges. Sauf qu’il n’est jamais venu. «Seule la responsable des ressources humaines est allée à notre rencontre mais ce n’est pas elle qui décide. Lorsqu’elle arrivée au siège, nous étions déjà partis mais vu que son bureau était ouvert, nous lui avions mis tous nos outils dans son bureau, les appareils de mesure ou les clés. Mais nous n’avons rien dégradé» souligne le responsable syndical qui se rend bien compte que ça va être de plus en plus compliqué de «tenir les gars». Il rappelle néanmoins que les cheminots n’ont «rien contre les salariés du privé, tout le monde a droit au travail. Nous défendons simplement le nôtre, nos équipes territoriales, pour que les gens aient du travail sur leur territoire».

Nike Shox Deliver