Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Vaste chantier en Limousin, mais sans ambition

SNCF

SNCF Réseau Nouvelle-Aquitaine (ex-Réseau ferré de France), filiale chargée de l’infrastructure, vient de présenter ses chantiers pour l’année à venir. En Limousin, ce sont les lignes POLT et Brive-Turenne qui seront concernées. Et en Dordogne, entre Le Buisson et Libourne via Bergerac. Entre Saillat et Angoulême, rien n’est prévu. 

 

On peut s’arrêter sur l’énorme enveloppe financière des travaux réalisés par SNCF Réseau en Nouvelle-Aquitaine : 120 millions d’euros pour 2019 pour le seul Limousin. Ou on peut retenir que le programme de l’année à venir ne changera rien aux points noirs ciblés par les syndicats de cheminots.

Pour la filiale chargée de l’infrastructure, hier, il s’agissait en tout cas d’une simple présentation des opérations qu’elle mènera en Nouvelle-Aquitaine en 2019 et plus particulièrement en Haute-Vienne, Creuse et Corrèze.  «Le Limousin concentrera 35 des 150 chantiers prévus en 2019 en Nouvelle-Aquitaine, retient ainsi Alain Autruffe, directeur territorial SNCF Réseau Nouvelle-Aquitaine. Sur 480 millions d’euros de travaux dans la grande région, 120 millions seront injectés en Limousin. C’est tout à fait considérable.»

Outre la modernisation de la voie entre Brive-Turenne, pour environ 25 millions d’euros, dans le cadre du contrat de plan Etat-Région pour assurer la pérennité de la liaison jusqu’à Rodez, les travaux se concentreront sur l’axe Paris-Limoges via Orléans, dans le cadre de la régénération de la ligne POLT, débutée en 2015 pour une décennie de travaux. Soit 95 millions d’euros qui permettront «la création d’installations permanentes de contre-sens entre La Souterraine et Le Palais-sur-Vienne mais aussi le renouvellement de 37 km de voies entre Limoges et Fromental», liste Alain Autruffe. Pour démultiplier sa capacité d’intervention, SNCF Réseau est en train de créer une base de travaux à Puy-Imbert et Ventenat au nord de la gare des Bénédictins à Limoges. Une base qui permettra d’approvisionner une «suite rapide», c’est-à-dire ce train usine capable de renouveler 900 m de voie par jour là où les modes traditionnels d’intervention ne dépassent pas 120 m/jour. De cette base, on acheminera non seulement les moyens nécessaires à la régéneration de 36 km entre la Souterraine et Limoges dès cette année, mais aussi pour le sens inverse en 2020, puis entre Salon-La-Tour et Limoges et Limoges et Salon-la-Tour en 2021 et 2022.

Malgré le titanesque chantier qui se déroulera sur la ligne POLT  d’ici 2025 (voire 2026, d’éventuels retards n’étant pas exclus), rappelons que l’usager, au final, ne gagnera pas de temps. «L’objectif est  le maintien des performances actuelles, soit 3h14 entre Limoges et Paris», précise Alain Autruffe.

Reste donc en suspens les points noirs : entre Saillat et Angoulême où faute d’entretien, la voie est désormais fermée ; entre Limoges et Brive, via Nexon et Saint-Yrieix-la-Perche. Sur ces lignes régionales, SNCF Réseau n’a pas vraiment la main puisque ce sont la Région et l’Etat qui décident de ce qui se fera ou, en l’espèce, de ce qui ne se fera pas. Ce qui est sûr c’est que sur un réseau ferré bâti il y a 140 ans, SNCF Réseau, chargée de sa maintenance, observe que l’entretien ou le renouvellement des voies ne suffisent parfois plus. Ici et là, la nécessité de travaux de plate-forme, beaucoup plus onéreux, sont nécessaires.  Si les enveloppes actuellement injectées semblent colossales (5,7 milliards d’euros à l’échelle nationale pour l’année en cours), l’effort apparaît encore bien trop faible eu égard aux problématiques de mobilité, d’environnement et de (ré)aménagement du territoire. Sauf à considérer que l’Etat stratège a définitivement baissé pavillon devant l’Etat gestionnaire.