Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

L’État va-t-il aussi brader les aéroports de Paris ?

PRIVATISATION

Le précédant des autoroutes où une privatisation a servi les actionnaires au détriment de l’État et des usagers n’a pas servi de leçon au gouvernement qui remet ça avec les aéroports de Paris.
Le projet de loi Pacte est aujourd’hui au Sénat où il n’est pas sûr d’obtenir la majorité pour brader ce fleuron français.
Une coalition des oppositions » : lors de son passage à l’Assemblée nationale, le projet de loi Pacte a concentré toutes les oppositions (LR, PCF, Insoumis, PS) pour rejeter le programme de privatisation. Sauf que, majorité écrasante de LREM oblige, le projet est passé. Mais à partir
d’aujourd’hui le texte est sur la table des sénateurs. Et là, la donne est différente puisque la majorité est à droite.
Bon nombre des articles de ce « plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises » (Pacte) sont passés facilement en commission.
En revanche, il n’en va pas de même pour les privatisations.
Quelques articles visent en effet à vendre les parts de l’État dans Aéroports de Paris, la Française des Jeux et Engie. Pour obtenir des liquidités justifie le gouvernement qui veut réinjecter les 15 milliards d’euros qu’il espère de l’opération dans le remboursement de la dette et dans le fonds pour l’innovation et l’industrie créé par Macron.
Si la droite n’est évidemment pas hostile au principe de privatisation, elle a de gros doutes sur son efficacité économique.
Le Maire a beau jurer que « l’opération doit être rentable pour l’État », comment trouver un montant qui justifie que l’on se prive pendant 70 ans (durée de la concession), de dividendes qui ont été de 170 millions en 2017 et de 130 millions en 2016 ?
Comment être sûr de garder la main sur les redevances comme le promet encore une fois Le Maire, quand on sait que les grosses boîtes devenues propriétaires des autoroutes se sont affranchies des gardefous pour augmenter les prix de 20 % en 10 ans ? Comment ne pas avoir peur de l’impact que cela aura sur la compagnie Air France ?
Comment fermer les yeux sur le fait qu’ADF est à la tête d’un foncier de 66 km² ... d’autant plus tentant que parmi les acquéreurs potentiels figure le roi du BTP, Vinci, que l’on a vu à l’oeuvre sur les autoroutes ?
Comment ignorer que la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac a permis aux actionnaires chinois, sitôt arrivés, de se verser un dividende exceptionnel de 15 millions, en puisant dans les réserves accumulées les années précédentes comme l’a dénoncé la cour des comptes ?
Comment ne pas regarder que ADP est une porte sur l’extérieur par laquelle transitent des centaines de milliers de passagers et que cela pose une question de souveraineté à préserver du privé ?
Autant de questions soulevées en commission. Le groupe communiste a dénoncé ce « nouveau désengagement de l’État au profit d’actionnaires avides de dividendes » et demandé le retrait des articles. Sans effet. La majorité de droite a préféré s’en remettre au débat en assemblée.
« Quand on en parle entre nous, ce qui est en train de se dessiner est une majorité hostile », avoue cependant le sénateur LR Michel Vaspart à Public Sénat. Une privatisation d’ADP supprimée pourrait être remise en jeu par l’Assemblée nationale. C’est pourquoi le communiste Fabien Gay demande « un débat public » sur la question : « à l’heure du grand débat, ce serait le minimum ».
Angélique Schaller