Fil info
15:24Coulounieix-Chamiers : Entendre l’Etat... parfois -> https://t.co/kWzlDbG7Al
13:56C'est la rentrée politique.Une belle délégation des militants .Un esprit de rassemblement et d… https://t.co/baIBgDXr7F
13:21Comme disaient les grands-mères : le plus intelligent des deux cède. Bravo pour la responsabilité dont font part le… https://t.co/ckdCzVz65Z
13:18RT : 📢 ALERTE. Après la presse entravée, trois observateurs de interpellés à Bayonne, en marge de la manifestati… https://t.co/0D4k3uT6z2
13:18RT : Totalement solidaire avec ces interpellés. Inacceptable provocation des Autorités avec arrestations et poursuites a… https://t.co/warnhIIVk8
13:17RT : Manifestation anti G7 à Bayonne : des intimidations inacceptables - Ligue des droits de l’Homme https://t.co/4aboYIzDwR
13:16RT : Délit d'intention. C'est nouveau ça, ça vient de sortir. Et c'est en France ! Y'a du boulot ! https://t.co/X9COTU7MiN
10:26Agonac : Injustement vilipendé, il se fâche et c'est l'effet boomerang -> https://t.co/FWDYwAe2r0
08:17Lalinde : Vous êtes attendus à la 3e de Lire en bastides ce dimanche ! -> https://t.co/mnuRfjIoWG
06:08Bergerac : La tête dans les nuages, jusqu’à Périgueux -> https://t.co/P9SuhsLNqG
19:39Dordogne : La Région fait état des travaux réalisés dans les lycées cet été -> https://t.co/IZrXIN6pIf

Un acte XII toujours sous la menace des flashballs

GILETS JAUNES

Le Conseil d’État maintient l’usage des lanceurs de balles de défense à la veille d’un nouvel acte où le mot d’ordre est « la fin des violences policières qui mutilent ». Alors que les gilets jaunes annoncent un cortège parisien avec des « gueules cassées » en première ligne pour réclamer « la fin des violences policières qui mutilent », le Conseil d’État a décrété vendredi qu’il maintenait l’usage des lanceurs de balles de défense (LBD) par la police durant les manifestations.
Il avait été saisi par la CGT et la Ligue des droits de l’Homme (LDH). Durant une audience de trois heures mercredi -durée singulièrement longue pour ce genre d’exercice- les requérants ont multiplié les arguments pour démontrer que le LBD était « une arme dangereuse », inadaptée au maintien de l’ordre et que son usage massif était devenu « une composante structurante du niveau de violence dans les manifestations ».
« Hors du LBD c’est le chaos ? Ce n’est pas vrai, nos voisins y arrivent », a notamment plaidé Me Spinozi pour la LDH, dénonçant un usage « injustifié » et « disproportionné ». « Si on ne respecte pas les règles de droit qui encadrent la violence légitime, est-ce qu’on n’est pas dans une atteinte au droit à la sûreté ? », a interrogé pour sa part Me Mazas, avocate de quatre manifestants blessés au visage à Montpellier. Des arguments qui portent puisque le Conseil d’État a reconnu que « l’usage du LBD avait dans la période récente provoqué des blessures, parfois très graves, sans qu’il soit possible d’affirmer que toutes les victimes se trouvaient dans les situations visées par le code de la sécurité intérieure, seules à mêmes de justifier une telle utilisation ».

Air Max 90 Ultra Moire