Fil info
21:32Bergerac : En décidant d'un hommage durable aux Justes, la maire Daniel Guarrigue met les points sur les "i" -> https://t.co/l7qk57TWJA
21:09Peyrignac : Un beau projet d’AMAP à Peyrignac -> https://t.co/s5Szc2YIjW
20:52Châteauroux : Une danse pour intégrer la 3e année du NID ballet junior -> https://t.co/XQ7infn1xi
19:58Châteauroux : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/jQQ0vWmBFM
19:53France : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/hRF78l7L2M
19:42Lamothe-Montravel : Une grande fête pour le bonheur de mener des combats communs -> https://t.co/ZoyvPWRGmD
19:12La Châtre : Les « Arts en fête » expose cinq artistes -> https://t.co/LfVI79S5pF
19:09Valençay : Commémoration du tragique 16 août 1944 -> https://t.co/xHOmgJf1hG
19:09Périgueux : La ville peinte sous tous les angles -> https://t.co/3Q8IWDnJvy
18:17Nailhac : De nouvelles intronisations à la Confrérie de la noix -> https://t.co/Yj3zOBW3Vi
18:12Journiac : Univerland : un nouveau concept de jeux -> https://t.co/frSlUoGKr9
16:06Périgueux : Il fait payer son mal-être aux policiers -> https://t.co/Q60pJL3nVN
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF

Un acte XII toujours sous la menace des flashballs

GILETS JAUNES

Le Conseil d’État maintient l’usage des lanceurs de balles de défense à la veille d’un nouvel acte où le mot d’ordre est « la fin des violences policières qui mutilent ». Alors que les gilets jaunes annoncent un cortège parisien avec des « gueules cassées » en première ligne pour réclamer « la fin des violences policières qui mutilent », le Conseil d’État a décrété vendredi qu’il maintenait l’usage des lanceurs de balles de défense (LBD) par la police durant les manifestations.
Il avait été saisi par la CGT et la Ligue des droits de l’Homme (LDH). Durant une audience de trois heures mercredi -durée singulièrement longue pour ce genre d’exercice- les requérants ont multiplié les arguments pour démontrer que le LBD était « une arme dangereuse », inadaptée au maintien de l’ordre et que son usage massif était devenu « une composante structurante du niveau de violence dans les manifestations ».
« Hors du LBD c’est le chaos ? Ce n’est pas vrai, nos voisins y arrivent », a notamment plaidé Me Spinozi pour la LDH, dénonçant un usage « injustifié » et « disproportionné ». « Si on ne respecte pas les règles de droit qui encadrent la violence légitime, est-ce qu’on n’est pas dans une atteinte au droit à la sûreté ? », a interrogé pour sa part Me Mazas, avocate de quatre manifestants blessés au visage à Montpellier. Des arguments qui portent puisque le Conseil d’État a reconnu que « l’usage du LBD avait dans la période récente provoqué des blessures, parfois très graves, sans qu’il soit possible d’affirmer que toutes les victimes se trouvaient dans les situations visées par le code de la sécurité intérieure, seules à mêmes de justifier une telle utilisation ».

Air Max 90 Ultra Moire