Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

La CGT organise son grand débat «sur le bitume» aujourd'hui

Gand débat

 

La CGT lance aujourd’hui une nouvelle mobilisation qui se veut une réponse au grand débat organisé par l'exécutif qu'elle boycotte, préférant réclamer «sur le bitume» hausse des salaires et justice fiscale, des revendications entendues aussi chez les «gilets jaunes».

Avec le débat national, «toutes les questions sont pipées et portent en germe la volonté de poursuivre une politique libérale», estime Catherine Perret, une des dirigeantes du syndicat.

D'ailleurs, la CGT a annoncé qu'elle ne se rendrait pas à Matignon demain où le Premier ministre reçoit syndicats et patronat. A la place, la CGT organise cette première journée de mobilisation de l'année, associée avec Solidaires, des organisations de Force ouvrière et avec le soutien du NPA, du PCF et de la France insoumise.

Des préavis de grèves ont été déposés notamment dans la fonction publique (DGCCRF), à la RATP ou à la SNCF, et des manifestations sont prévues un peu partout en France. Sans citer la CGT; Eric Drouet, l’une des figures des Gilets jaunes, a appelé ce mardi à une «grève générale.»

Côté syndical, des contacts ont eu lieu en tout début d'année entre Philippe Martinez et ses homologues de la CFDT et de Force Ouvrière. Mais ils n'ont à nouveau pas réussi à s'entendre sur une mobilisation commune.

«On a discuté notamment sur ce qu'on pouvait faire sur les salaires dans les entreprises. A la fin, il y avait (...) forcément une grève, ce n'était pas notre objectif», a expliqué Laurent Berger (CFDT), qui préfère participer au grand débat proposé par l'exécutif.

Medef trop tranquille

Force ouvrière, qui a changé de leader en novembre après une crise interne, ne sera pas non plus de la partie.

Outre cette journée, la CGT propose d'organiser toutes les semaines des «mardis d'urgence sociale» et a mis en ligne des «cahiers d'expression revendicative».

Ces initiatives sont une sorte de réponse au mouvement des Gilets jaunes. Sur France 3, Philippe Martinez a expliqué que «les convergences (...) existent déjà, il y a une trentaine de départements où il y aura des défilés jaunes et rouges» ce mardi, a-t-il assuré dimanche. La CGT prévoit déjà une nouvelle journée nationale à la mi-mars.

Si lors des précédentes manifestations, la politique «libérale» d'Emmanuel Macron était la principale cible, cette fois, les critiques se focalisent sur le patronat. «Dans un pays où les 40 plus grandes entreprises versent 57,4 milliards d'euros à leurs actionnaires, il ne faut pas uniquement frapper à la porte du gouvernement», a insisté M. Martinez dans Politis, réclamant la suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, exonérations).