Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

La fermeture du centre de tri de Limoges est un "non-sens économique et écologique"

Il y a un peu plus de deux ans, le 25 janvier 2017 précisément, la direction courrier colis du Limousin annonçait la transformation du centre de tri en plate-forme multiflux de préparation et distribution du courrier-colis. Une annonce qui faisait suite à des années de réorganisations successives avec, à chaque fois une diminution des activités et des suppressions d’emplois. Dans ce projet, la CGT-FAPT voyait déjà «la disparition pure et simple des activités de tri du trafic courrier-colis du Limousin dans le cadre d’un grand projet national du traitement industriel du courrier axé principalement sur le colis : quand on voit la pression exercée par certains utilisateurs du réseau postal comme Amazon par exemple, on peut s’inquiéter de ce que seront les conditions de travail dans cette plateforme.» Dans le bâtiment à venir «flambant neuf avec équipement dernier cri», le syndicat retenait «les rythmes et cadences ne vont sûrement pas améliorer les conditions de vie au travail.»

Il y a deux ans, 190 agents travaillaient au centre de tri de Limoges. Aujourd’hui, la CGT fait les comptes : «130 agents tout en sachant que l’activité partira au mois d’avril. La Poste annonce qu’elle créé une plateforme tertiaire où dix-sept agents devraient y trouver une place. Mais, scoop de dernière minute, cette plateforme est non pérenne… Ce sont donc plusieurs dizaines d’emplois qui vont disparaître du CTC et une dizaine de la direction technique, des collègues dont le travail est dédié aux activités mécaniques de tri, rattachés à une direction nationale et dont la direction limousine considère qu’ils ne font pas partie du périmètre concerné pour les reclassements.»

à l’annonce de la création de la plateforme multiflux, l’ensemble des services concernés par le projet représentait un volant de 430 agents. «Or, La Poste ne prévoit qu’environ 250 emplois dans la nouvelle structure. Les premiers impactés par ce projet seront les emplois précaires : les intérimaires et les CDD.»

Rappelant les «171 millions d’euros versés par an aux actionnaires, les 851 millions d’euros de bénéfices en 2017, le milliard d’euros touché en 3 ans au titre du CICE», la CGT met en parallèle «les 20.000 suppressions d’emplois de ces trois dernières années. C’est cela être pragmatique et moderne nous rabâche-t-on. En vérité, il faut plutôt y voir la continuité de la mise en œuvre de l’intégrisme économique promu depuis près de 40 ans, et qui ne bénéficie qu’à ses promoteurs au détriment du plus grand nombre.»

Pour la CGT, une modernisation digne de ce nom vise à «améliorer la qualité du service rendu aux populations, en tout point du territoire. [...] Aux confins de la Nouvelle-Aquitaine, notre département souffre déjà, et ce projet n’est pas de nature à inciter des entreprises à venir s’installer sur le territoire ou à y rester. Le courrier de la Haute-Vienne sera trié à Poitiers, les colis à Clermont-Ferrand. En 2018, avant l’organisation du départ des activités de tri, au total, entre les arrivées et les départs, c’était environ 12 millions d’objets qui étaient traités chaque mois au centre de tri. Alors vive les camions sur les routes à l’heure où les problématiques environnementales devraient être au centre de l’organisation des activités humaines. Ceci est un non-sens, économiquement, socialement et écologiquement.»

Pour finir, la CGT FAPT propose un autre projet «une plateforme multiflux par département, pour traiter l’intégralité du trafic courrier-colis intradépartemental» mais aussi les emplois nécessaires à ce projet en CDI, les 32 heures hebdomadaires sans perte de salaire, bref, «un service public postal digne du XXIe siècle».