Fil info
09:00 Non, le n'a pas attendu la 2è mt pour utiliser sa puissance ! Mais c'est en 2è… https://t.co/vZFXAVso8N
07:57# # - -Junien : Ateliers Pêche et Nature : Un succès qui ne se dément pas -> https://t.co/hmNXYND9mL
07:55# # - -Junien : Un parcours du coeur sous la pluie mais avec le sourire -> https://t.co/pspsDFYtAk
07:50# # - -Vienne : La cavalcade, incontournable rendez-vous -> https://t.co/5GDVkNAP1m
00:45RT : Sport : Pour rejoindre l’Aviron, le CAB a dû sortir les rames -> https://t.co/UsSB2YagHS
23:35Sport : Pour rejoindre l’Aviron, le CAB a dû sortir les rames -> https://t.co/UsSB2YagHS
20:24Dordogne : Respecter l’autre et la nature pour mieux vivre ensemble -> https://t.co/e1umOUZckg
20:10La Châtre : Cynthia Dauvergne, Miss Pin-up Centre Val de Loire remet son titre en jeu -> https://t.co/61IeEm3YIE
20:09Indre : Marie-Hélène Boulard lutte pour plus de justice sociale -> https://t.co/CtDFCn7AvR
19:27Brive-la-Gaillarde : La victoire en chantant ! -> https://t.co/5g8HlC9RSg
18:54Dordogne : Souper imaginaire pour personnages réels -> https://t.co/o1uTtFLRHQ
18:49# # - : M, seul sur scène ou presque -> https://t.co/0rFlNSMV6r
18:46# # - -Vienne : Nuit européenne des musées, les œuvres d’art se couchent tard -> https://t.co/f5TeQkw7cb
18:11RT : : les supporters du en liesse. Le club est en finale du championnat après avoir battu Van… https://t.co/a9bN0pzCPL
18:09# # - : Le Rallye des pépites monte en puissance -> https://t.co/m2oNnIF65m
18:06# # - -Vienne : «Zizic’land à Chauffaille non ! non ! et non !» -> https://t.co/V9REYpoZ8Y
18:03# # - -Vienne : Mines d'or, pour l’acte officiel d’abandon du projet de Bonneval -> https://t.co/kWzXjbZzx0
17:17Françoise Sivignon, 6e sur la liste , ancienne présidente de Médecins du monde, sera demain lundi à… https://t.co/T1s2O4T8EP
16:55 : les supporters du en liesse. Le club est en finale du championnat après avoir battu Van… https://t.co/a9bN0pzCPL
11:05Dordogne : Sinfonia prend encore de l’ampleur -> https://t.co/Gaim2FJhbm
11:00Dordogne : Les socialistes souhaitent reconstruire après le 26 mai -> https://t.co/hfaD3RLiFj
09:52"Lean forward lad!" mates in canoes adding certain British style & humour to paddling along the Dordogne… https://t.co/P7J3usjasg

L'Etat face à l'industrie en crise, l'Etat reste muet

ÉCONOMIE

Un pas supplémentaire vers la fermeture de l’usine Ford de Blanquefort a été franchi hier. Demain, ce sont les salariés d’Ascoval qui doivent se rendre à nouveau devant le tribunal. Sans oublier ceux de PSA ou d’Arjowiggings. À la clé, des milliers d’emplois menacés avec un gouvernement qui, manifestement, ne fait pas le job.

Finis les concours de muscles lors desquels le ministre de l’Économie Bruno Le Maire osait accuser Ford de « trahison ». Terminée « l’audace » qu’il revendiquait pour « regarder les solutions les plus originales ». Hier, le constructeur américain a confirmé qu’il ne voulait pas de la solution
portée par le gouvernement français pour le site de Blanquefort près de Bordeaux, celle de Punch Powerglide. Et Bruno Le Maire s’est contenté
en soirée de dire qu’il « regrettait que la porte soit restée fermée ». Et de vouloir un « plan social le plus solide possible »
avant de dire qu’il fallait désormais « imaginer l’avenir », assurant déjà avoir « des pistes possibles ». Des pistes qui ne passent pas par une reprise du site par l’État en attendant de retrouver un repreneur. Même pour sauver 800 emplois.
Ascoval : devant le tribunal demain Les salariés de cette usine de la région de Bordeaux ne sont malheureusement pas les seuls à payer les pots cassés. Car si le gouvernement a aimé communiquer, en fin d’année dernière, sur un rebond de l’activité industrielle, c’est un lot de fermetures d’usines qui s’organise en ce début d’année 2019.
Demain, ce sont ainsi les 280 salariés d’Ascoval qui doivent retourner devant le tribunal de commerce de Strasbourg. A la surprise générale - y compris celle du gouvernement qui disait pourtant suivre de très près le dossier - le repreneur validé par la justice, Altifort, a avoué ne pas avoir réussi à réunir les sommes sur lesquelles il s’était engagé dans le plan de reprise. Si les collectivités locales se disent déterminées à trouver de nouveaux partenaires financiers, les ouvriers comme les syndicats font évidemment preuve de la plus grande circonspection.
Le système bancaire et assuranciel n’a pas joué son rôle.
Pas plus que les investisseurs privés, a dénoncé, la semaine dernière, le député communiste Fabien Roussel.
Les quelque 950 salariés qui travaillent sur les trois sites du papetier Arjowiggins dans la Sarthe sont, eux, sur le gril jusqu’à vendredi. C’est en effet la date limite pour le dépôt d’une proposition par un repreneur.
Pour l’heure, un seul serait intéressé : THLF, basé en Angleterre, avec une option préservant 680 postes.