Fil info
09:00 Non, le n'a pas attendu la 2è mt pour utiliser sa puissance ! Mais c'est en 2è… https://t.co/vZFXAVso8N
07:57# # - -Junien : Ateliers Pêche et Nature : Un succès qui ne se dément pas -> https://t.co/hmNXYND9mL
07:55# # - -Junien : Un parcours du coeur sous la pluie mais avec le sourire -> https://t.co/pspsDFYtAk
07:50# # - -Vienne : La cavalcade, incontournable rendez-vous -> https://t.co/5GDVkNAP1m
00:45RT : Sport : Pour rejoindre l’Aviron, le CAB a dû sortir les rames -> https://t.co/UsSB2YagHS
23:35Sport : Pour rejoindre l’Aviron, le CAB a dû sortir les rames -> https://t.co/UsSB2YagHS
20:24Dordogne : Respecter l’autre et la nature pour mieux vivre ensemble -> https://t.co/e1umOUZckg
20:10La Châtre : Cynthia Dauvergne, Miss Pin-up Centre Val de Loire remet son titre en jeu -> https://t.co/61IeEm3YIE
20:09Indre : Marie-Hélène Boulard lutte pour plus de justice sociale -> https://t.co/CtDFCn7AvR
19:27Brive-la-Gaillarde : La victoire en chantant ! -> https://t.co/5g8HlC9RSg
18:54Dordogne : Souper imaginaire pour personnages réels -> https://t.co/o1uTtFLRHQ
18:49# # - : M, seul sur scène ou presque -> https://t.co/0rFlNSMV6r
18:46# # - -Vienne : Nuit européenne des musées, les œuvres d’art se couchent tard -> https://t.co/f5TeQkw7cb
18:11RT : : les supporters du en liesse. Le club est en finale du championnat après avoir battu Van… https://t.co/a9bN0pzCPL
18:09# # - : Le Rallye des pépites monte en puissance -> https://t.co/m2oNnIF65m
18:06# # - -Vienne : «Zizic’land à Chauffaille non ! non ! et non !» -> https://t.co/V9REYpoZ8Y
18:03# # - -Vienne : Mines d'or, pour l’acte officiel d’abandon du projet de Bonneval -> https://t.co/kWzXjbZzx0
17:17Françoise Sivignon, 6e sur la liste , ancienne présidente de Médecins du monde, sera demain lundi à… https://t.co/T1s2O4T8EP
16:55 : les supporters du en liesse. Le club est en finale du championnat après avoir battu Van… https://t.co/a9bN0pzCPL
11:05Dordogne : Sinfonia prend encore de l’ampleur -> https://t.co/Gaim2FJhbm
11:00Dordogne : Les socialistes souhaitent reconstruire après le 26 mai -> https://t.co/hfaD3RLiFj
09:52"Lean forward lad!" mates in canoes adding certain British style & humour to paddling along the Dordogne… https://t.co/P7J3usjasg

SIA : jour de liesse limousine

40 animaux, rigoureusement sélectionnés parmi plus de 160 candidats, soit le meilleur des élevages de la race, étaient en lice hier lors du concours général de la limousin au Salon International de l’Agriculture.

Rituel impeccable, gradins du ring pleins à ras bord d’une assistance chaleureuse, toutes les conditions étaient là, ce dernier jeudi de février, pour faire de ce Concours Général Agricole 2019 un grand cru. Cela a été le cas, avec une telle qualité d’animaux présentés, que le juge unique, Olivier Robert (agréé à cette fonction depuis 1997) s’est presque excusé d’avoir à choisir entre les animaux en compétition. Et que les proclamations successives  des noms des animaux vainqueurs ont même provoqué quelques larmes. Larmes d’émotion positive, il faut le préciser, de la part d’une très jeune éleveuse surprise de sa nomination.
Châteauroux, Limoges, Périgueux
Il y donc eu, pour la quarantaine d’animaux présentés, sept catégories de jugement, quatre pour les femelles, trois pour les mâles. Plus deux prix de synthèse, toutes catégories confondues.
Ces deux super champions proviennent du berceau haut-viennois de la race. La femelle,  Jouvence, est née, a grandi et a procréé, dans l’exploitation Deshoulières, de Saint-Martin-Téressus,  Jersey, le mâle, a lui aussi un seul et même lieu de vie, le Gaec Pimpin à Beynac. Mais il y a eu pour cette finale des champions venus de plus loin. Sur les 40 animaux présents, 16 étaient de Haute-Vienne, 13 de Corrèze, 5 de Creuse, 3 de Dordogne, 1 de l’Aveyron, 1 des Hautes-Pyrénées.
C’est d’ailleurs la Dordogne, et plus précisément Périgueux qui, après Châteauroux en 2018, accueillera cette année les journées annuelles de la race. Le président du Herd Book limousin en a fait l’annonce  au Salon, en accueillant quelques officiels, notamment Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, piloté par Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse, et lui-même éleveur de limousines.
Première race bovine en Limousin et en Poitou-Charentes, 2e en Aquitaine : la limousine est donc bien la race phare de la Région Nouvelle-Aquitaine, où près de 2 vaches sur 3 sont de race limousine, soit un effectif total de 540 000 vaches-mères réparties sur quelque 11 000 élevages représentant 16 600 emplois directs.
Les autres richesses ?
Très bon cru, donc, pour la race limousine. Mais ce succès ne doit pas laisser oublier la diversité des productions agricoles régionales. Notre région ( celle où paraît «L’Echo», du Val-de-Loire à la Vallée de la Dordogne, est omniprésente cette semaine au parc de la porte de Versailles.  Et la «rouge» n’y est pas exclusive, loin de là. En race bovine, l’est de la Creuse et l’Indre  ont  un autre motif de fierté, leurs élevages de charolaises. La preuve : c’est une «blanche»  de Bouesse, près d’Argenton-sur-Creuse, qui a été sacrée championne dans la catégorie vaches suitées de plus de cinq ans porte de Versailles : «Historia», de l’élevage Huguet. De la même exploitation, un taureau, «Impoli», a lui aussi été primé dans la catégorie des plus de cinq ans. De Corrèze ce sont plusieurs vaches de race salers qui sont «montées» en compétition. Dans le pavillon 1, le visiteur urbain pouvait aussi découvrir les moutons berrichons de l’Indre, les porcs cul-noir du Limousin, la chèvre cou clair du Berry, une race que  l’on croyait disparue et  qu’une poignée d’éleveurs passionnés a fait renaître par une patiente localisation de quelques spécimens  encore présents dans de petites exploitations familiales. Des éleveurs de chevaux de trait, et de l’âne Grand Noir du Berry étaient aussi présents, même si, pour certaines espèces, les effectifs sont trop modestes pour penser à les faire concourir.
Il faudrait aussi évoquer, la profusion des productions végétales du Périgord, la pomme Golden d’altitude du Limousin, la lentille verte du Berry... Mais une semaine de salon suffirait-elle à tout célébrer ?
Par Georges Châtain