Fil info
11:35 a le regret d'annoncer l'annulation de la venue de Surfbort à : "Sans plus d'explications,… https://t.co/kGESJ65HZh
07:41# # - -Vienne : L’éducation par le sport prend ses marques dans l'Ouest-Limousin -> https://t.co/I4E2d5y11R
07:38# # - -Vienne : Revoilà les marchés des producteurs de pays -> https://t.co/Hr92qJE1Y2
07:36# # - -Vienne : Cheminer pour aboutir à un autre regard sur la santé mentale -> https://t.co/nt6WzsDleD
07:34Région : Salon de l'agriculture de Bordeaux, une invitation à «avancer ensemble» -> https://t.co/4AxKXAV2Ax
07:32# # - -Vienne : Valeurs et savoir-faire à transmettre aux plus jeunes -> https://t.co/t9snKoijtX
19:02Châteauroux : Les collégiens s’initient aux élections européennes -> https://t.co/IcRNK6ODV3
19:01Indre : Ils seront au festival Darc cet été -> https://t.co/6VhXbGIlzL
18:46Corrèze : Village éphémère pour service durable -> https://t.co/JI7L2cyQyP
17:35# # - -Vienne : L’éducation par le sport prend ses marques dans l'Ouest-Limousin -> https://t.co/Wxfgs7ZXl1
15:44France : Allegro : anniversaire dans l'allégresse -> https://t.co/1kglhvP5Ce
15:37Le Blanc : Et pourquoi pas une grainothèque à la médiathèque ? -> https://t.co/7afZJWkz4f
15:36France : Allegro : anniversaire dans l'allégresse -> https://t.co/t8T1dFlFYN
15:28La Châtre : Futurs virtuoses sur scène -> https://t.co/3RBxPCh9VO

La transition agroécologique en marche... ou presque

POLITIQUE

Utiliser moins d’eau, moins de produits phytosanitaires, moins d’antibiotiques dans les élevages et tendre vers le bio pour mieux manger en France : c’est un des enseignements que tire Didier Guillaume du Salon de l’agriculture qui a fermé ses portes hier.

La « transition agroécologique » de l’agriculture conventionnelle française, est désormais « irréversible » pour mieux manger, estime le ministre de l’agriculture Didier Guillaume dans un entretien avec l’AFP à l’issue du 56e salon de l’Agriculture, où il appelle parallèlement à ne pas « industrialiser » la production de bio. Une transition en route car « la demande sociétale est irréversible aussi », a jugé Didier Guillaume.
Mais pour répondre à la demande croissante des consommateurs avides de produits plus naturels et sans pesticides, « il ne faut pas industrialiser » la production d’aliments biologiques, a-t-il aussi plaidé.
Certains pays ont répondu au développement de la demande avec des modes de production bio intensifs, s’approchant dans certains cas du modèle des fermes usines décriées par les associations environnementales.
« On ne peut pas faire passer toute l’agriculture en bio, parce que cette agriculture-là n’est pas à même aujourd’hui de produire l’alimentation
que nous souhaitons en quantité », a jugé le ministre. Son idée : maintenir en parallèle l’agriculture bio et l’agriculture traditionnelle, « on a besoin des deux » estime-t-il. Mais cette dernière doit selon lui évoluer grâce notamment à des pratiques empruntées au bio (nouvelles pratiques agraires, rotations des sols) qui permettront la « montée en gamme de l’agriculture française », a-t-il estimé.