Fil info
19:09Périgueux : Des trophées pour récompenser les acteurs les plus innovants -> https://t.co/MQrhyF3Zz9
19:07Boulazac : Continuer à faire savoir -> https://t.co/OJf71p2oZ9
18:10Indre : Une après-midi pour plonger au profit de l’Unicef -> https://t.co/UuZBHYrjPi
18:00Châteauroux : ACGCS et Scalis dépassent les barrières générationnelles -> https://t.co/V68eYygNDQ
16:04Thiviers : La Ruche qui dit oui s’installe -> https://t.co/Vnyo1Q5SNg
16:03Coulounieix-Chamiers : Les interrogations du groupe communiste / Front de Gauche -> https://t.co/2ogP3g8RU3
12:56Corrèze : Gilets jaunes et syndicats même combat ! -> https://t.co/4MCES4f1yh
11:32RT : ça y est ! le programme complet des est sorti => https://t.co/6JADnTeZM6 On a hâte de vous… https://t.co/Af2y7rXAlD
11:29ça y est ! le programme complet des est sorti => https://t.co/6JADnTeZM6 On a hâte de vous… https://t.co/Af2y7rXAlD
10:44 sur le boulevard circulaire de Brive, au centre ville, distribution de tranches de sa… https://t.co/k1IxMadGPY
09:06# # - -Yrieix-la-Perche : Les 57 ans du cessez-le-feu -> https://t.co/WQwdvQNyz3
08:59# # - -Yrieix-la-Perche : Les « Enoncés » de Christian Lebrat -> https://t.co/6NbDofChyP
07:59Région : Pole de ressource de Limoges, des projets qui revendiquent l’économie sociale et solidaire -> https://t.co/wH57GAbjEr

La transition agroécologique en marche... ou presque

POLITIQUE

Utiliser moins d’eau, moins de produits phytosanitaires, moins d’antibiotiques dans les élevages et tendre vers le bio pour mieux manger en France : c’est un des enseignements que tire Didier Guillaume du Salon de l’agriculture qui a fermé ses portes hier.

La « transition agroécologique » de l’agriculture conventionnelle française, est désormais « irréversible » pour mieux manger, estime le ministre de l’agriculture Didier Guillaume dans un entretien avec l’AFP à l’issue du 56e salon de l’Agriculture, où il appelle parallèlement à ne pas « industrialiser » la production de bio. Une transition en route car « la demande sociétale est irréversible aussi », a jugé Didier Guillaume.
Mais pour répondre à la demande croissante des consommateurs avides de produits plus naturels et sans pesticides, « il ne faut pas industrialiser » la production d’aliments biologiques, a-t-il aussi plaidé.
Certains pays ont répondu au développement de la demande avec des modes de production bio intensifs, s’approchant dans certains cas du modèle des fermes usines décriées par les associations environnementales.
« On ne peut pas faire passer toute l’agriculture en bio, parce que cette agriculture-là n’est pas à même aujourd’hui de produire l’alimentation
que nous souhaitons en quantité », a jugé le ministre. Son idée : maintenir en parallèle l’agriculture bio et l’agriculture traditionnelle, « on a besoin des deux » estime-t-il. Mais cette dernière doit selon lui évoluer grâce notamment à des pratiques empruntées au bio (nouvelles pratiques agraires, rotations des sols) qui permettront la « montée en gamme de l’agriculture française », a-t-il estimé.