Fil info
21:46L'article de l' sur le projet d' à Saint-Saud Parc Naturel Régional Périgord-Limousin… https://t.co/AgK6rHNGub
20:28 Est-ce qu’ils ont fait visiter les abattoirs où sont envoyées leurs « bêtes de rente » ❓
19:50Issoudun : Un parc de sculptures ouvrira en février au musée -> https://t.co/JKWBeGwSLQ
19:49Châteauroux : [intégral] Une soirée « fripes et concert » -> https://t.co/sfa0L8LeVR
19:48Indre : Des enseignants toujours mobilisés -> https://t.co/vRsO6FBrLZ
19:38Dordogne : Bon élève, mais peut mieux faire -> https://t.co/geOE3Nr70r
18:50Dordogne : Beynac échauffe encore les esprits -> https://t.co/cDG9k9VHMr
18:18Canicule : En structure d’accueil, le Conseil départemental de la Haute-Vienne a prévu de financer jusqu’à 74 poste… https://t.co/5a2t9A7Kew
18:17Canicule : pour les personnes vivant à domicile qui recherchent des conseils et informations, un numéro vert nation… https://t.co/27B0mtWZxQ
17:01Journée foot et citoyenneté samedi au stade de La Bastide. en collaboration avec l’association angolaise et l’union… https://t.co/Vumrc5rLO5
16:43Les épreuves du brevet, prévues les 27 et 28 juin, sont reportées aux 1er et 2 juillet. Trop chaud !
16:41La Haute-Vienne placée en alerte orange canicule au moins jusqu'à dimanche.
16:39Bergerac : Cloître des Récollets : la CAB fait l’aumône auprès des mécènes -> https://t.co/GzdqsQcA4i
16:37RT : . annonce le report des épreuves du au 1er et 2 juillet.
16:36RT : Corrèze : Le niveau 3 du plan canicule activé en Corrèze -> https://t.co/Ju0Av9Wd9Z
16:33Corrèze : Le niveau 3 du plan canicule activé en Corrèze -> https://t.co/Ju0Av9Wd9Z
16:29Montrem : Et si on parlait défense des libertés et laïcité ? | L'Echo https://t.co/tboxihf5zc via
16:12Questionnaire municipal et agglo de l’association Guéret Terre de Gauche ⁦⁩ ⁦⁩ ⁦… https://t.co/KfbaCz5PPb
16:01RT : Canicule – La Bretagne ferme sa frontière face à l'arrivée massive de réfugiés climatiques https://t.co/qv9X0Lqw6n
15:54Marsac-sur-l'Isle : Les bidouilleurs attendus à l’Open -> https://t.co/k56ROfNHc8
15:52Brantôme : Le restaurant de la Roseraie a rouvert ses portes -> https://t.co/OZQk2Z7lnk
15:06Bergerac : Une clause d’insertion sociale pour le chantier de la Ligne 26 -> https://t.co/UdF0FNTuVl
09:31Région : En Corrèze, le Soudan soude les solidarités | L'Echo https://t.co/ybRgLEXW1y via
07:56France : Contre la privatisation des aéroports, la résistance s’organise -> https://t.co/7hNpefdZkO
07:48# # - -Vienne : Conseil municipal des enfants: des projets pour améliorer la vie des Limougeauds -> https://t.co/VdZFLtnHo1
07:46# # - -Vienne : Sport adapté: une passion commune pour la pratique sportive -> https://t.co/hdo8rFmLuF
07:44# # - -Vienne : Des portes ouvertes qui ont drainé les foules -> https://t.co/h1HSf4YgCJ
07:42# # - -Vienne : Un lieu unique qui mixe parfaitement sport, musique et détente -> https://t.co/HvpGgJgKdy
07:40Région : En Corrèze, le Soudan soude les solidarités -> https://t.co/cG7SjNphJ0
07:36Région : L’éolienne n’a pas le vent en poupe -> https://t.co/nXE3w9KP0G

Les bébés entassés comme la volaille en batterie?

Les professionnels de le petite enfance regroupés au sein du collectif «Pas de bébés à la consigne» étaient en grève hier. Pour le Limousin, la manifestation était prévue devant la préfecture de Limoges où plus d’une centaine de personnes de la fonction publique territoriale petite enfance, ont ainsi voulu dénoncer un projet de réforme des modes d’accueil.

 

Tout est parti d’un projet d’ordonnances du gouvernement sur la simplification des normes pour faciliter le développement des modes d’accueil, qui entend réduire le taux d’encadrement dans les établissements collectifs publics (crèches...) alors qu’il est déjà parmi les moins favorables des pays de l’OCDE. Ce projet vise également à réduire la surface d’accueil des enfants. Actuellement de 7m2 pour assurer des conditions de jeu et de vie favorables au développement des jeunes enfants, elle serait ainsi réduite à 5,5m2. Ce qui permettrait d’accueillir beaucoup plus d’enfants. A titre d’exemple les membres de ce collectif indiquent qu’un établissement conçu pour 20 places pourrait accueillir jusqu’à 24 enfants, un de 40 places jusqu’à 48 enfants et enfin un de 60 places jusqu’à 72 enfants. Les places en micro-crèche devraient être elles aussi augmentées. De 10 aujourd’hui, elles passeraient ainsi à 16, sans avoir pour autant plus d’encadrants, au nombre de trois aujourd'hui. Inadmissible pour les professionnels de la petite enfance pour qui ce projet d’ordonnances ne rassure pas mais inquiète. Les professionnels de la petite enfance, leurs associations, organisations et syndicats réunis dans le collectif «Pas de bébés à la consigne» pour leur combat pour des modes d’accueil de qualité, ne lâchent rien. Le texte qui servira de base à la rédaction des ordonnances sur les modes d’accueil ne leur convient pas. Et à plus d’un titre.

La DGCS (Direction Générale de la Cohésion Sociale) administration chargée de la rédaction des ordonnances en liaison avec le cabinet d’Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, doit permettre un temps de consultation ouvert jusqu’au 15 juillet. Dans son préambule au projet, la DGCS prenait la peine de préciser «s’il ne peut respecter toutes les positions des uns et des autres, le projet s’efforce de les concilier et il est le fruit de riches échanges». Raté !

Les professionnels de terrain sont sûrs d’une chose : la qualité d’accueil passe par du personnel compétent, diplômé, qualifié et par des taux d’encadrement raisonnables en l’occurrence : 1 pour 5 bébés et 1 pour 6 enfants plus grands. «Actuellement le taux d’encadrement est d’un professionnel pour huit enfants qui marchent et de un pour cinq qui ne marchent pas. Notre travail ne consiste pas à une simple surveillance» indique une des grévistes, adjointe technique dans une crèche de Haute-Vienne. Elle ajoute, «nous devons changer les bébés, leur faire prendre leur repas, sachant que tous ne mangent pas au même rythme, on ne peut pas les nourrir à la chaîne. Nous réservons aussi du temps pour accompagner les familles ce qui favorise une prise en compte de l’enfant et de sa famille dans une relation individualisée.» Et d’en conclure, «la petite enfance n’est pas assez rentable, donc on réduit l’encadrement comme on fait partie de la fonction publique territoriale et en plus, on augmente l’accueil», regrette-t-elle en ajoutant, «on ne peut pas attendre qu’il soit trop tard pour nous faire entendre».

Rassemblés devant le préfecture de Limoges, la foule (plus de 100 personnes, 189 selon l’un des participants), est allée manifester dans les rues piétonnes de la ville, afin de rendre public son combat. Le collectif national a d’ailleurs saisi à plusieurs reprises les ministères concernés par voie postale en joignant ses propres propositions favorisant un accueil de qualité.

 

Nike Paul George PG3