Fil info
21:46L'article de l' sur le projet d' à Saint-Saud Parc Naturel Régional Périgord-Limousin… https://t.co/AgK6rHNGub
20:28 Est-ce qu’ils ont fait visiter les abattoirs où sont envoyées leurs « bêtes de rente » ❓
19:50Issoudun : Un parc de sculptures ouvrira en février au musée -> https://t.co/JKWBeGwSLQ
19:49Châteauroux : [intégral] Une soirée « fripes et concert » -> https://t.co/sfa0L8LeVR
19:48Indre : Des enseignants toujours mobilisés -> https://t.co/vRsO6FBrLZ
19:38Dordogne : Bon élève, mais peut mieux faire -> https://t.co/geOE3Nr70r
18:50Dordogne : Beynac échauffe encore les esprits -> https://t.co/cDG9k9VHMr
18:18Canicule : En structure d’accueil, le Conseil départemental de la Haute-Vienne a prévu de financer jusqu’à 74 poste… https://t.co/5a2t9A7Kew
18:17Canicule : pour les personnes vivant à domicile qui recherchent des conseils et informations, un numéro vert nation… https://t.co/27B0mtWZxQ
17:01Journée foot et citoyenneté samedi au stade de La Bastide. en collaboration avec l’association angolaise et l’union… https://t.co/Vumrc5rLO5
16:43Les épreuves du brevet, prévues les 27 et 28 juin, sont reportées aux 1er et 2 juillet. Trop chaud !
16:41La Haute-Vienne placée en alerte orange canicule au moins jusqu'à dimanche.
16:39Bergerac : Cloître des Récollets : la CAB fait l’aumône auprès des mécènes -> https://t.co/GzdqsQcA4i
16:37RT : . annonce le report des épreuves du au 1er et 2 juillet.
16:36RT : Corrèze : Le niveau 3 du plan canicule activé en Corrèze -> https://t.co/Ju0Av9Wd9Z
16:33Corrèze : Le niveau 3 du plan canicule activé en Corrèze -> https://t.co/Ju0Av9Wd9Z
16:29Montrem : Et si on parlait défense des libertés et laïcité ? | L'Echo https://t.co/tboxihf5zc via
16:12Questionnaire municipal et agglo de l’association Guéret Terre de Gauche ⁦⁩ ⁦⁩ ⁦… https://t.co/KfbaCz5PPb
16:01RT : Canicule – La Bretagne ferme sa frontière face à l'arrivée massive de réfugiés climatiques https://t.co/qv9X0Lqw6n
15:54Marsac-sur-l'Isle : Les bidouilleurs attendus à l’Open -> https://t.co/k56ROfNHc8
15:52Brantôme : Le restaurant de la Roseraie a rouvert ses portes -> https://t.co/OZQk2Z7lnk
15:06Bergerac : Une clause d’insertion sociale pour le chantier de la Ligne 26 -> https://t.co/UdF0FNTuVl
09:31Région : En Corrèze, le Soudan soude les solidarités | L'Echo https://t.co/ybRgLEXW1y via

L’attractivité en ligne de mire ?

Réforme de la chasse

La réforme de la chasse engagée par le Gouvernement et actuellement en débat au Sénat, va modifier l’organisation et la gestion cynégétique dans les territoires. La Fédération Départementale des Chasseurs de la Corrèze s’adapte à ces évolutions tout en préparant la saison 2019-2020. Explications.

Réforme de la chasse et dégâts des gros gibiers étaient au cœur de l’AG de la Fédération Départementale des Chasseurs de la Corrèze.
Le monde de la chasse vit une année de transition. Le projet de loi sur la réforme de la chasse française adopté par l’assemblée nationale en janvier dernier, a été transmis au Sénat avant un dernier examen en Commission Mixte Paritaire.  
L’objectif est d’être prêt au mois de juillet prochain. Ce timing serré fait que les fédérations composent avec un cadre législatif  fluctuant. Conséquence, deux budgets prévisionnels étaient à l’ordre du jour de l’AG à Egletons.

Un permis pour voyager
Des dispositions de la réforme, la diminution du coût du permis national de 400 à 200 euros assortie  de la suppression du timbre grand  gibier  change  la donne. Cela se traduira par un manque à gagner de 65.000 euros pour la Fédération. Cet argent servait au règlement des dégâts des gibiers, cette année très conséquent, avec une provision de l’ordre de 400.000 euros.
Le permis départemental risque aussi de moins séduire au regard de cette nouvelle offre tarifaire qui ouvre à moindre coût de nouveaux horizons aux chasseurs.
«Ce permis national permet à tout chasseur de se déplacer dans toute la France pour pas trop cher. C’est une opportunité» constate le Président de la Fédération corrézienne Jean- François Sauvage.
L’an passé, la fédération avait délivré 300 permis nationaux pour 9.000 permis départementaux. Pour l’exercice 2019-2020, la base retenue monte à 5.000 permis nationaux.
«Il y a des flux financiers différents qui ne sont pas encore actés. Pour les compensations financières que l’on pourrait avoir par rapport à ces pertes, on ne sait pas les montants qui nous seront alloués» indique Sophie Faurie, directrice de la Fédération.

Tir croisé
Alain Chevalier ancien président par intérim de la Fédération   s’inquiète des effets de la réforme :  «Le permis de chasser national  nous dirige tout droit sur le permis unique qui sera aux mains de la Fédération Nationale des Chasseurs. Comment peut-on supprimer le timbre grand gibier qui finance les dégâts de sangliers alors que ces dégâts n'ont jamais été aussi importants aussi bien sur le plan national que   départemental».
Pour payer la facture des dégâts, les 550 structures de chasse du département réparties sur 11 pays de chasse seront mises à contribution via une
participation calculée sur les dégâts de sangliers de la saison précédente à hauteur de 20% et en complément une contribution par hectare de droits de chasse de l’ordre de 0,20 centime d’euro.
«Cette contribution va nous permettre d'équilibrer le budget. ça met tout le monde sur le même pied d’égalité» souligne le président Sauvage.
Le coût pour le plus grand   territoire de chasse corrézien de  4.000 hectares sera de 800 euros.
La fédération a dû puiser dans ses réserves pour faire face aux frais des dégâts pendant plusieurs
années de suite (-365.000 euros de déficit sur 3 exercices). Les réserves sont aujourd’hui de 660.000 euros pour un budget «dégâts» d’un montant de 800.000 euros sur une saison.
La fédération a également fait le choix d’un permis départemental plus attractif en baisse de 7 euros à 160 euros, avec un timbre grand
gibier à 11,50 euros contre 35 précédemment.
«On l’a diminué volontairement pour ne pas pénaliser les gens qui vont prendre un permis départemental, des gens qui ne vont jamais chasser hors du département» justifie le président.
Au final, le chasseur devrait trouver son compte pécuniaire   avec une réforme validée au national par plus de 90% des fédérations.  
Jean-François Sauvage considère qu’elle était nécessaire : «On était géré par des lois qui datent de 40 ans et qui ne correspondaient plus aux réalités actuelles de la gestion cynégétique. La réforme va renforcer la notoriété des structures».

Serge Hulpusch

Cinétir opérationnel
Gros projet, la fédération a mis en place un cinétir sur le site de la Maison de la Chasse
à Champagnac-la-Noaille. Ce dispositif sera ouvert à tous pour s’entraîner au tir virtuel sur écran. Une gaine de tir sera réservée aux chasseurs.