Fil info
07:40# # - : Musique: avoir des poissons dans la tête c’est vivre sa passion -> https://t.co/MNgGUY8X5X
07:37Région : Modernisation de la voie Fromental-limoges : début des travaux aujourd’hui -> https://t.co/Rpsx8FIfTl
07:34# # - -Vienne : Estivol : le nez en l’air et les pieds sur terre -> https://t.co/GxXVWp25c9
07:32Région : L’application vidéoguide s’enrichit -> https://t.co/j3kfmZQYp5
07:30Région : Combats du mont-Gargan: «Il n’y a pas de liberté sans mémoire» -> https://t.co/zJPAYHoFsp
00:02À nos souvenirs de la remontée en , le public reprend avec les joueurs et le sta… https://t.co/S0GzyoSKqO
22:46Corrèze : Le département placé en alerte orange canicule -> https://t.co/GYsUE4Zkuo
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

Contre la privatisation des aéroports, la résistance s’organise

La campagne pour la tenue d’un référendum d’initiative partagée contre la privatisation des Aéroports de Paris (ADP) prend de l’ampleur. Ses promoteurs ont neuf mois pour réunir 5 millions de signatures de soutien. La course contre la montre est lancée. Depuis le 13 juin, la procédure pour la tenue d’un référendum d’initiative partagée (RIP) contre la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP), aujourd’hui détenu à 50,6 % par l'État, est désormais ouverte. Déclenché le 10 avril 2019 par 248 parlementaires de gauche et de droite, le processus doit durer neuf mois. Neuf mois pour recueillir les signatures de 10 % du corps électoral, soit 4 717 396 personnes selon le calcul effectué par le Conseil Constitutionnel. Tous les groupes parlementaires d'opposition hors Rassemblement National (RN) se sont lancés dans une campagne tous azimuts pour inviter les citoyens à se mobiliser contre la cession d'ADP au privé pour un montant de 9,8 milliards d'euros. « Si nous gagnons, c’est le principe même de la privatisation qui sera remis en cause », s’enthousiasme Jean-Luc Gibelin, vice-président (PCF) aux Transports en Région Occitanie et militant pour la tenue du référendum. « Le fiasco total du rachat de l’Aéroport de ToulouseBlagnac (ATB) montre bien la nécessité de maintenir un contrôle public sur ces biens stratégiques », ajoute-t-il. Pour rappel, les actionnaires chinois de la société Casil Europe, devenus propriétaires de l’aéroport toulousain, sont accusés par les opposants à la privatisation de s’être livré « à un véritable pillage des réserves financières de l’entreprise afin de maximiser leurs dividendes ».

Coup de frein

à la privatisation ?

Contraint par le Conseil Constitutionnel de procéder à son organisation, le ministère de l’Intérieur a donc lancé un site internet chargé de recueillir les soutiens à l'inscription dans la Constitution du caractère de service public national de l’exploitation des Aéroports de Paris (ADP), ce qui les rendrait, de fait, non privatisables. Mais la mission est loin d’être accomplie. « La procédure de RIP a été conçue pour ne jamais être opérante », résume Paul Cassia, professeur de droit à l’université Paris I, auteur de La République en miettes et citoyen engagé contre la privatisation d’ADP. « Aucun gouvernement n’en voulait, ce qui explique les contraintes d’organisation extrêmement contraignantes », détaille-t-il. Car même si le nombre de signataires est atteint, le Parlement devra, dans un délai de six mois, se prononcer sur cette proposition de loi. Si l’Assemblée nationale et le Sénat mettent tous deux ce texte à leur ordre du jour, le référendum n’aura pas lieu. Mais si une seule des deux chambres se prononce, ou aucune d’entre elles, alors le président de la République sera tenu de l’organiser. Vous suivez toujours?

Le gouvernement

traîne des pieds

Au delà de ces modalités très restrictives, le gouvernement est accusé de ralentir le recueil des soutiens. Absence de tutoriel, confusion entre code INSEE et code postal, absence de compteur de signatures : le site internet mis en place par le ministère de l’Intérieur est loin d’être opérationnel. De nombreux citoyens dénoncent l’impossibilité de signer leur déclaration de soutien. Certains internautes ont eux-mêmes concocté des programmes pour permettre le décompte des soutiens. Le site adprip.fr permet même de connaître la répartition géographique des votants. A l’heure où nous écrivions ces lignes, près de 253000 citoyens ont voté, soit 5,37% de l’objectif final. « La balle est dans le camp des citoyens maintenant. Ce référendum est aussi un test pour juger de l’état de notre démocratie. C’est à nous citoyens de déterminer si l’on souhaite être consulté sur le sujet », décrypte Paul Cassia.

Marius Rivière

Comment signer la pétition

Cela se passe sur le site www.referendum.interieur .gouv.fr. Vous avez jusqu’au 12 mars 2020.
1/Cliquez, depuis la page d'accueil, sur le lien situé à la fin du deuxième paragraphe.
2/Cochez en bas à droite, la petite case « Je soutiens ».
3/Renseignez le département et la commune dans lesquels vous êtes inscrit pour les élections : taper le nom de la commune en toutes lettres, sans abréviation, avec majuscules et traits d'union. Ne vous étonnez pas : c'est le code Insee de votre commune qui apparaît.
4/Indiquez votre nom de naissance tel qu’il est écrit sur l'acte d’état civil, avec les majuscules, les accents, cédilles et tirets. Précisez également tous les prénoms qui figurent sur l'acte de naissance, séparés par un espace, et non par une virgule.
5/Inscrivez le numéro de votre carte d'identité ou de votre passeport, ainsi que la date de délivrance du document.
6/Validez votre signature par un protocole de sécurité captcha. Respecter les majuscules et minuscules du code.

 J. C.