Fil info
21:29Périgueux : Une voiture brûle, un jeune homme renseigne les policiers -> https://t.co/CiAjFPCadm
19:41Saint-Aulaye : Mettre un vent au projet -> https://t.co/9Tj1pTfnuZ
19:35RT : Bonjour j’aimerais attirer votre attention sur le fait que nous sommes mercredi et que j’ai déjà été c… https://t.co/e62DxwbWIr
19:14Déols : Top départ pour les as de la haute voltige aérienne -> https://t.co/BXtcb4Vf5b
19:08RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Pentagon papers" jeudi soir au parc des bords de vienne, bass… https://t.co/l6ju3QFv4g
19:08RT : Toile sous les étoiles - Concert gratuit à partir de 19h demain soir au parc des bords de vienne https://t.co/HZV79p3VWj
19:06RT : Et photo souvenir. Alain Damasio a l'assaut. https://t.co/egfLiTDIoB
19:06RT : Et quel public, concentré, attentif, et partageur de témoignages forts. Comme ce gilet jaune du Mans, racontant les… https://t.co/HRt7dMlTTb
19:06RT : Normalement à 20h fait un reportage sur les maires qui ont pris un arrêté anti Glyphosate. Je devrais y… https://t.co/vsNmomDyBQ
18:54RT : Le 21 août 1944, fut libérée de l'occupation. Les maquisards, menés par Georges GUINGOUIN, entrent dans la… https://t.co/wtMDSuv4Sx
18:54RT : En direct de la place des Carmes, commémoration du 75e anniversaire de la libération de , en présence de Jé… https://t.co/7zn4fE10Jo
18:32Last days on Arte on replay... After you will be able to see the cinéma version in theaters in the fall !… https://t.co/PCbmhU6ODk
16:33Le Pêchereau : DARC au Pays pescherellien : la musique déconcentrée -> https://t.co/OxWsjzOrBy
16:16Sarlat-la-Canéda : Du changement à la tête de la Compagnie de Sarlat -> https://t.co/ryHDUWIoUS
15:35Bergerac : L'opposant s'était suspendu à une grue, son jugement, à la question de la légalité du chantier -> https://t.co/MgQmcvlhiu
11:13Brive-la-Gaillarde : Pour une solidarité sans faille -> https://t.co/tB8DB6piSH
11:09Sport : Tour du Limousin, 117 coureurs répartis pour une édition très ouverte -> https://t.co/C8k5h1oW9e
10:46RT : J'ai eu la chance de le voir en avant-première en présence des gars de au forum des images à Paris. Ce doc de… https://t.co/lwhZ7FqZMo
10:46RT : Merci Mme le Président de porter à l’Elysée la voix de tous ces Barreaux mobilisés pour la défense de Nasrin SOTOUD… https://t.co/z07SnDCLin
07:40# # - -Vienne : La Cuisine de Conso ouvre demain -> https://t.co/5NphMhDRbH
07:39Bergerac : Un air d’étuve… moins chaud qu’à Périgueux -> https://t.co/2DXHKI7AVf
07:36# # - -Vienne : Collège de Nantiat: vers une optimisation des services -> https://t.co/JoRxhQCICL
07:31Région : Check In Party : décollage imminent -> https://t.co/6G6U5FTknu
07:29Région : Confolens, plus d’un demi-siècle de fête -> https://t.co/acbiPVpmy9

Réveil agité pour les migrants du squat de la Révolution à Limoges

Hier matin une vingtaine de policiers ont fait une descente dans le squat situé avenue de la Révolution à Limoges. Ils accompagnaient, sur ordonnance du tribunal, un huissier mandaté par Vinci, propriétaire des lieux.

Un dispositif a été mis en place par le commissariat afin d’assister le cabinet d’huissier chargé par ordonnance du Tribunal de Grande Instance de Limoges, de procéder au contrôle des personnes présentes «sans droit ni titre». Cette ordonnance prise à la demande Vinci, a permi à l’huissier de constater les conditions d’occupation des locaux et de procéder au relevé d’identité des occupants avec si besoin, le concours de la force

publique et l’assistance d’un serrurier. Très vite alertés par la situation, des membres de Chabatz d’entrar, se sont rendus sur place craignant, dans un premier temps, une expulsion. Une petite dizaine de militants de ce collectif dorment sur place depuis l’ouverture pour justement réagir au plus vite à ce type d’événement. C’est entre 8h et 8h30 hier matin que les policiers sont arrivés pour «une intervention musclée» comme le soulignent, sur place, les militants. Ils indiquent : «La grille est fermée à clé, le cadenas a été coupé et les policiers sont entrés sans dire pourquoi. On a vu l’huissier, les policiers ont relevé toutes les identités et procédé à des contrôles. Ils ont frappé à toutes les portes, et lorsque cela ne répondait pas, la porte a été forcée au pied de biche ou à coup de pied. On a eu beau dire qu’il n’y avait personne mais rien n’y a fait». Angèle, un des membres de ce collectif ajoute, «un huissier est déjà passé une première fois. Ici il y a aussi des enfants, des femmes, des personnes âgées et des personnes malades. On essaie de créer un lieu de vie agréable, on anime des ateliers participatifs tous les week-ends, il y a une bonne ambiance». Elle précise, «on vient de finir les travaux de mise en sécurité, on a donc contacté les pompiers afin que la commission de sécurité et d’incendie vienne vérifier».

Mathieu est dans ce squat depuis l’ouverture, «j’étais au CRDP avant, ce matin les policiers sont entrés chez moi, même s’ils disent qu’ici c’est pas chez nous, moi je considère que ça l’est. Ils ont fracturé des portes, alors que c’est ce qui nous permet de préserver no-tre intimité. Je suis là avec mes deux enfants de 7 et 9 ans, ils n’ont pas eu peur, ici nous sommes tous soudés par des valeurs humanistes, unis dans l’adversité. Comme tout le monde ici j’ai peur

d’être expulsé, mais au moins j’ai des papiers, ce qui n’est pas le cas pour tout le monde. Notre combat est humain, même si on doit faire face à un travail de sape».

Un groupe de femmes sans papiers a été particulièrement choqué par l’intervention, «l’une d’entre nous a fait un malaise, une policière l’a gentiment rassurée en disant qu’il n’y aurait pas d’expulsion aujourd’hui. Les policiers ont tout fouillé, même le frigo, mais on n’est pas des criminels, on veut juste un toit». L’une d’elles raconte, «moi, cela fait 7 mois que je suis arrivée à Limoges. Je dormais dans la rue et une dame m’a parlé de ce lieu». Les migrants disent avoir peur pour la suite, ils craignent que cette première intervention ne soit annonciatrice

d’une future expulsion.

Afin d’éviter cette situation, le collectif Chabatz d’entrar demande, depuis deux ans, l’ouverture de 200 places d’hébergement d’urgence, nombre du manque estimé en Haute-Vienne. Le collectif interpelle régulièrement l’ensemble des collectivités locales, territoriales et l’Etat à ce sujet. Il y a un an, il avait réquisitionné les anciens locaux du CRDP afin d’y mettre les migrants à l’abri. Début juin, la préfecture avait décidé

l’évacuation de ce squat à la demande du Conseil régional, propriétaire des lieux. Un hébergement temporaire dans un bâtiment du centre hospitalier de Saint-Junien, réquisitionné par le préfet, avait été proposé aux personnes présentes sur les lieux. 50 personnes, sur 90, l’avaient accepté. En prévision de cette évacuation, le collectif avait ouvert un nouveau squat dans d’anciens locaux

syndicaux d’EDF, rue de la Révolution à Limoges.

Fatima Azzoug

Photo: L’intervention a surpris et choqué.

Nike Air Max