La bataille pour le climat a ouvert l’université d’été du PCF

Premier débat de l’université d’été du PCF à Aix-en-Provence, avec Audrey Pulvar et Fabien Roussel, sur le thème : « Relever le défi écologique ». Un sujet qui traverse une série de problématiques et permet d’insister sur la nécessité de relier lutte contre le réchauffement climatique et pour une vie décente.

On est d’accord sur le fond, même s’il y a quelques nuances sur la forme. Ce qui est punitif, c’est la non-écologie », avait pris soin de prévenir Audrey Pulvar. 
L’ancienne journaliste, devenue en 2017 présidente de la Fondation pour la nature et l’homme était l’invitée vendredi de l’université d’été du PCF, où elle a partagé la tribune avec Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, pour le premier débat de ce studieux week-end, sur le thème de « Relever le défi écologique », à la faculté de lettre d’Aix-en-Provence. 
Ce qui distingue Audrey Pulvar de Fabien Roussel est aussi mince qu’une feuille de papier à cigarette. Les deux anciens journalistes sont d’accord sur une chose, ce « sont les 9 millions de personnes les plus pauvres qui subissent la précarité et les effets du réchauffement climatique ». Un sujet d’une brûlante actualité, au moment où Emmanuel Macron a estimé, vendredi, que son homologue brésilien, Jair Bolsonaro, a « menti » sur ses engagements en faveur de l’environnement et a annoncé que, dans ces conditions, la France s’opposait au traité de libre-échange controversé entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur (qui rassemble le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay). « L’idée de renoncer à cet accord climaticide » est une bonne nouvelle pour Audrey Pulvar qui a tenté de faire applaudir, sans succès, Emmanuel Macron par une assemblée de communistes. « Il faudrait agiter l’abandon sur le Mercosur d’un côté et nous faire avaler le Ceta ». Impensable pour Fabien Roussel qui a encore dit que les communistes ne voteront pas cet accord.

Le combat pour la vie digne

« Un peu de purin devant la permanence d’un député En marche, ça ne fera pas de mal », a-t-il ironisé, en s’en prenant ouvertement à la politique de Macron. « Il faut le dire franchement, en France, la moitié des 22 taxes qui représentent 64,5 milliards de prélèvements, ne sert même pas à participer à la transition écologique. » Le dirigeant politique a alors insisté sur la nécessité d’articuler la lutte pour une vie décente et la lutte contre le réchauffement climatique. « Neuf millions de gens ne mangent pas à leur faim et sont en précarité énergétique », ajoute-t-il, tout en appelant à révolutionner la société. « La réalité, a encore insisté le secrétaire national, c’est qu’il faut réussir à mener le combat écologique et le combat pour la vie digne. » L’urgence écologique est montée très fort dans la dernière période, le diagnostic a même été partagé par les financiers et les capitalistes. « Ils se le sont approprié, parce que cela allait devenir source de profit, » affirme Fabien Roussel.

Catherine Walgenwitz

 

Photo: Fabien Rousel, secrétaire national du PCF et Aurey Pulvar partagent le même constat : la lute contre le réchauffement climatique est un combat pour la vie digne. PHOTO Mohammed El Hamzaoui