Fil info
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT
20:40 Merci 😊
20:36 Elle est superbe 😊
20:35 J'veux pas dire mais ma photo est tout aussi belle 😉 https://t.co/uSiCecvEvW
20:33 Voici pardon 😉 https://t.co/HyzoOHrCVb
20:21 Manque une photo... https://t.co/8FObRER1vu
17:40RT : le parquet a su raison garder et la mobilisation a p… https://t.co/y7i3uWLLgZ
17:39RT : Le parquet de abandonne les poursuites à l'encontre du réalisateur , qui a suivi les… https://t.co/H5rqmXy29J

De l'art du portrait

Musée d'art et d'archéologie

Saisir les traits d’un visage, les expressions et zones d’ombre d’un faciès... Rien de moins facile. Pour aider les passionnés de dessin, débutants ou plus avertis, le Musée d’Art et d’Archéologie de Guéret proposait, vendredi 18 août, un atelier dédié à cet exercice.
Avant toute chose, il faut des références. Pour débuter la session, les participants ont d’abord parcouru l’espace d’exposition «pour observer les beaux portraits, le travail des hachures et des ombres», explique Michèle, participante.
Pendant plus d’une heure et demi, à un rythme soutenu, M. Bru a ensuite expliqué les différents aspects et difficultés de l’exercice.
En premier lieu, il a fallu appréhender le matériel mis à disposition ce jour-ci : le graphite, dont les mines sont classifiées du H au B. «Plus on va vers le B, plus la mine est tendre et l’on pourra faire des noirs profonds. Plus l’on s’approche du H, plus la mine sera dure et le travail fin.». Les élèves présents ont donc fait leurs gammes en testant les différentes possibilités qu'offrait le matériau.
D’autres considérations ont ensuite été abordées : les difficultés de passage de la couleur au noir et blanc, la lumière et le travail des ombres, les différents plans, l’anatomie, la qualité du papier ou encore les différentes gommes. Un ballon et un crâne ont permis de saisir la représentation des ombres, des reliefs et du squelette, qui constitue la base du portrait.
Le portrait requiert de la patience et le respect de certaines étapes. «Pour un portrait, la première chose que l’on va regarder, c’est d’où vient la lumière. Il faut un important travail en amont. Plus votre analyse du visage sera précise, plus le travail sera fin. Le portrait au crayon, c’est très long. Il faut plusieurs heures avec de nombreuses rectifications au fur et à mesure».
Après une succession de petits exercices techniques, il a fallu se lancer dans la réalisation d’un portrait de personnalité, du moins, son amorce dans le temps imparti.
Les difficultés et le sens de l’observation diffèrent d’un individu à l’autre. Michèle est une habituée des ateliers de dessin. Elle les fréquente assidûment depuis 2008. Elle s’était déjà frottée à cet exercice avec des conseils différents de ceux proposés ce jour-là, mais qui se révélaient complémentaires. Pour elle, «ce ne sont pas les portraits les plus difficiles, ce sont les arbres. J’ai pu y passer des heures et des heures».
Peu importe le résultat final et le degré de ressemblance car comme disait Oscar Wilde, «Tout portrait qu’on peint avec âme est un portrait non du modèle, mais de l’artiste ».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.