Fil info
23:19 Bravo BB et la photo est trop mignonne
22:01 Soirée gros blaireaux c bien aussi😡😡😡😡😡
19:41 Bravo à toute l'équipe de la Fondation !… https://t.co/F26JcRwzuX
17:50 Bravo Monsieur et merci de montrer votre i… https://t.co/czrVLcRYvt
17:42 Une petite pensée pour ce pauvre Germinable Pe… https://t.co/OqinFYBe5e
17:31 Ah une très bonne nouvelle, je tweetais su… https://t.co/6DDQ1hpxhx
16:55 Félicitations, cela démontre une intelligence, un humanisme . Merci
16:30 Bravo pour cette énièmes victoire mais à v… https://t.co/uMu8YbMta2
13:16 personne n’a pris contact avec moi aucun nettoyage de la voie ferrée. https://t.co/LhqHOeKvZm
00:59Le 21 septembre se prépare pour le Mouvement de la Paix de Corrèze Arbres de la Paix : Brive :Cérémonie le 26/09 à… https://t.co/lmek7JXLjs

Tout autant qu'une boutique, Yolaine ouvre une fenêtre sur les tropiques

Commerce

Le commerce, y a pas, Yolaine Bailly a ça dans la peau... La Yola de la boutique Chez Yola, lé mon peï, ouverte il y a un peu plus d’un mois, rue du Prat à Guéret, a touché à tout et, y a pas, le commerce, elle y revenait toujours... Mais il a fallu s’accrocher.
Le courage, elle n’en manquait pas Yolaine quand elle a débarqué de la Réunion, il y a une trentaine d’années, avec deux enfants, les cheveux longs et une simple robe en toile. Le contraste a été rude même si elle en rigole aujourd’hui : « Je suis arrivée en été mais, pour moi, c’était l’hiver. » Elle vit d’abord quelques temps à Paris où habite son frère, puis direction Aubusson, où elle retrouve sa sœur. En parallèle, une expérience professionnelle, entamée à la Réunion dans les bureaux de la préfecture et de la police nationale, qui ne fait que s’étoffer : Yolaine aligne les expériences en entreprise, du secrétariat à la vente, un bout de banque et un détour dans un FJT... « J’ai fait tous les métiers du monde », résume-t-elle. « Mais j’avais envie de faire les marchés... sans savoir comment m’y prendre. »
Faute de méthode, Yolaine y est allée à l’audace, avec un mètre d’espace, deux tréteaux et une planche ainsi qu’un parasol de jardin. Elle a tenu 18 ans. 18 ans à sillonner la Creuse, la Haute-Vienne, l’Allier, et enquiller les marchés nocturnes ; 18 ans au cours desquels son mètre a été multiplié par 10, et son parasol devenu une tonnelle. « J’ai même pu m’acheter un vrai trafic. » Un malaise la contraint à se retirer des marchés et à réfléchir.
Diplôme d’aide soignant en poche, elle travaille en maison de retraite quelques années. Mais, y a pas, le commerce, c’est son truc. L’appel est trop fort et elle y retourne. Non plus sur les marchés cette fois mais directement avec une boutique baptisée Chez Yola, lé mon peï. « L’idée, c’est que chez Yola, on retrouve un petit quelque chose de chez soi, quelle que soit origine, résume-t-elle, quelque chose de diversifié mais spécialisé tropiques, mon idée c’est ça. »
Sovaco, COCO... Dodo ?
Et on y retrouve, déjà, tout ce qu’elle distribuait sur les marchés : produits  de beauté, pour les cheveux frisés et secs, défrisant bio, extensions, on y trouve aussi de l’argan, de la maroquinerie et quelques fringues. On y déniche des épices typiques , du riz parfumé par sacs de 5 kilos et du beurre Sovaco demi-salé ; des piments, des noix de coco et des combavas. On dégote aussi des nectars de mangue, de passion, de pamplemousse et de la limonade Cot. Avec un bonus qu’elle ne pouvait pas proposer sur les marchés, de l’alcool : rhums de la Réunion, de la Martinique, bière mauricienne et réunionnaise, la bière Dodo... « Ah, la Dodo reste la Dodo », sourit Yolaine.
Un inventaire bientôt complété de nappes brodées main, de pilons et de marmittes en fonte. « Des marmittes en fonte qu’on utilise chez nous et qui durent 4-5 générations... C’est immortel si on en prend soin », vante Yolaine qui, comme sur les marché, sera bientôt en mesure de prendre des commandes. « Mais tout ça ce sera pour un futur proche, là, j’y vais petit à petit. »
Des petites quantités mais de la diversité et des rayons qui prennent toujours un peu plus de couleur. Petit à petit. Partir de un mètre et arriver à 10. « Pour le moment, je ne me fais pas encore de salaire mais je vais y arriver, avec le sourire, j’y arriverai, quand j’ai commencé sur les marchés avec mon  parasol de jardin, tout le monde disait que j’étais barge. » Avec le temps, elle est passée de barge à courageuse, et de courageuse à inamovible. Riche, en revanche, c’est une autre histoire... une histoire qui ne l’intéresse pas. « Bon, avoir de quoi manger, c’est sûr, pour le reste, il s’agit surtout d’évoluer dans le métier que j’aime, je le fais parce que j’adore ce métier-là, ça a toujours été ma vie. »

Chez Yola, lé mon peï est ouvert le lundi de 14h à 19h30 et du mardi au samedi de 8h30 à 19h30. À la rentrée, ouverture le lundi dès 8h30 ainsi que le dimanche matin.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.