Fil info
23:06Dordogne : Le coup de gueule d’une prof en colère | L'Echo https://t.co/aX0tB76gNW via
21:21Brive-la-Gaillarde : Le bloc rejette le projet... en bloc -> https://t.co/SzmW4iPo7T
21:10 L'irrigation est elle interdite en Corrèze
19:02 Maire de Paris? Y'a pas à dire, ça donne envie...
19:01Châteauroux : Allez, roulez petits bolides ! -> https://t.co/2dHnPTbrQ8
18:58RT : La Région soutient l'inscription au patrimoine mondial de l'humanité du désigné… https://t.co/Hp2ua6fpHg
18:58RT : Le Sud-Africain Johnny Clegg est mort d’un cancer, à l’âge de 66 ans. Sa chanson “Asimbonanga”, dédiée à Nelson Man… https://t.co/6ThFYSAv6M
18:58Indre : Du répit pour les blaireaux -> https://t.co/7FeBmZzO2y
18:53Indre : Le Berry, une terre de woofing ? -> https://t.co/i0EmKT52sV
18:53RT : "Fils de pute", “abrutis”, "je le tiens par les couilles", "c'est pour ça qu'on l'a fait entrer au gouvernement".… https://t.co/LLZTCyK06X
18:53RT : Retraites : Communiqué de FO : FO rejette une réforme paramétrique permanente https://t.co/cZCUyMS6U2 via
18:52RT : Dans les propos attribués à par , il est indiqué que je serais d'accord avec lui. C'est inexact.… https://t.co/qmUWFD7WmY
18:51RT : Castaner vient de médailler : -G. Chassaing, qui a chargé la fête de la musique à Nantes -B. Félix, lié à la mort d… https://t.co/lZuWINzRcb
18:50RT : l'Humanité du jeudi 18 juillet 2019 sur votre écran d'ordinateur avec la boutique de l'https://t.co/t9CSG7KjHthttps://t.co/NbyXL3pmm9
17:45Dordogne : Un marché incontournable -> https://t.co/ctO07OkjJ6
17:21Dordogne : Les salariés de la SOCAT inquiets pour leur avenir -> https://t.co/8qDX1hDvVM
17:02Sarlat-la-Canéda : Opération Sentinelle : pour sécuriser les zones sensibles -> https://t.co/TvDDArNG70
16:51RT : Nous sommes prêts à repartir ! Retraite, aide juridictionnelle, réforme de la carte judiciaire... Nous ne lâcherons… https://t.co/0mbJzLpr42
16:03Valençay : Deux employés de la commune honorés -> https://t.co/3S7bVzJbPe
14:56France : Annulation du concert de Thérapie Taxie -> https://t.co/8WXPQYMDvC
14:02Dordogne : Le coup de gueule d’une prof en colère | L'Echo https://t.co/PvYtoHT5US via
13:43Corrèze : Ressource en eau : l'alerte est activée sur 142 communes -> https://t.co/82uY2Az9PB
13:18Corrèze : Erró et Argentat, une histoire de toile -> https://t.co/abQ6G1kuTm
12:55Dordogne : Le coup de gueule d’une prof en colère | L'Echo https://t.co/HC6TQwVFxL via
08:37Corrèze : Platonov, "une comédie de la vie" -> https://t.co/kPgGM9Nu9o
06:20Région : Maladie de Lyme : 1700 nouveaux cas par an en Limousin -> https://t.co/cWUlQqoHiK
06:18Région : «On peut licencier pour pas cher» -> https://t.co/fBP3LCdZWW

Un Creusois à Hollywood

Musée

On ne peut rien refuser à Douglas Fairbanks. L’illustrateur Maurice Leloir a bien essayé. Il finissait par traverser, à 74 ans, l’Atlantique d’abord, l’Amérique du Nord ensuite, pour rejoindre le tournage du Masque de fer. Douglas Fairbanks voulait Maurice Leloir comme consultant historique, Douglas Fairbanks a eu Maurice Leloir comme consultant historique. Une rencontre, un parcours et une œuvre sur lesquels revenait Florence Disson, conservateur du patrimoine, directrice du musée de Guéret jeudi, au Sénéchal, lors du dernier rendez-vous du musée (1) : Un Creusois à Hollywood, la vie et l’œuvre de Maurice Leloir (2).
Pourquoi cette idée fixe de Fairbanks ? Parce que Leloir, artiste pluriel, peintre, dessinateur, aquarelliste, fondu de costumes, était aussi passionné du XVIIIe dans lequel il inscrit une grande partie de son travail même si lui-même a vécu à cheval sur les XIXe et XXe siècles. Leloir illustre des œuvres de Dumas ; Fairbanks adapte les Trois mousquetaires. Et pour le Masque de fer, que réalisera en 1929 Allan Dwan et dans lequel il jouera le rôle de D’Artagnan, Fairbanks voulait un petit truc en plus : un consultant historique de marque.
Sur place, il donne aux acteurs des cours de maintien et participe à la création des décors et des costumes. « Leloir était passionné de costumes, c’était un grand collectionneur qui a fondé en 1907, la société d’histoire du costume, puis a contribué à la création du musée Galliera de Paris pour lequel il a milité 30 ans. Le musée a vu le jour en 1977... 40 ans après sa mort », explique Florence Disson qui, à l’occasion de ce rendez-vous, a fait sortir des tiroirs du musée où elles sont précieusement conservées une vingtaine d’œuvres graphiques de Maurice Leloir.
Présentées jusqu’au 21 avril au Sénéchal, celles-ci incluent un travail baptisé Scène d’intérieur. « On voit que Leloir utilise les costumes de sa collection dans ses œuvres », explique la directrice du musée pointant sur l’œuvre un personnage occupé à repriser un costume. « Il les faisait régulièrement porter par des modèles qu’il dessinait ensuite... J’aime beaucoup cette œuvre parce qu’on voit vraiment comment il travaillait, avec plein de papiers collés entre eux. »
Sur place, il arrive également à Leloir de s’ennuyer ferme... C’est ainsi que sont exposés aussi au Sénéchal, des croquis réalisés pendant son séjour. Une vitrine présente une série de portraits, ceux des acteurs du films... ainsi qu’un autoportrait, Leloir étant aussi figurant. On trouve aussi l’aquarelle d’un camion de glaces, témoignage de la vie sur le tournage, une vie sous des costumes épais, par des températures fortes... et un parchemin signé par toute l’équipe  du film offert à Leloir pour ses 75 ans. Tandis qu’un exemplaire de 5 mois à Hollywood avec Douglas Fairbanks, plein d’anecdotes de tournage, cohabite avec le grand ouvrage de la vie de Leloir, le dictionnaire du costume, composé de milliers d’articles et d’autant de dessins.
L’exposition se poursuit jusqu’au 21 avril. Le 20 avril, à 15 heures, sera proposée une visite de l’exposition par Nathalie Moreau, médiatrice culturelle au musée de Guéret.

(1) Fidèle à la tradition des rendez-vous du musée, celui consacré à Leloir juxtaposait pratiques et facettes : il s’articulait autour d’une exposition, qui se prolonge jusqu’au 21 avril, d’une conférence et de la projection du Masque de fer. Pour l’anecdote, Christophe Bréchard, directeur du cinéma, a dû faire venir une copie des États-Unis, le film étant introuvable en France.
(2) Leloir avait un lien particulier avec Guéret puisqu’il a épousé une guérétoise. Il y séjournait souvent et intégrait très régulièrement les paysages guérétois dans ses œuvres. D’où la riche collection conservée au musée de Guéret.

nike free run 5.0 style