Fil info
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM

Un Creusois à Hollywood

Musée

On ne peut rien refuser à Douglas Fairbanks. L’illustrateur Maurice Leloir a bien essayé. Il finissait par traverser, à 74 ans, l’Atlantique d’abord, l’Amérique du Nord ensuite, pour rejoindre le tournage du Masque de fer. Douglas Fairbanks voulait Maurice Leloir comme consultant historique, Douglas Fairbanks a eu Maurice Leloir comme consultant historique. Une rencontre, un parcours et une œuvre sur lesquels revenait Florence Disson, conservateur du patrimoine, directrice du musée de Guéret jeudi, au Sénéchal, lors du dernier rendez-vous du musée (1) : Un Creusois à Hollywood, la vie et l’œuvre de Maurice Leloir (2).
Pourquoi cette idée fixe de Fairbanks ? Parce que Leloir, artiste pluriel, peintre, dessinateur, aquarelliste, fondu de costumes, était aussi passionné du XVIIIe dans lequel il inscrit une grande partie de son travail même si lui-même a vécu à cheval sur les XIXe et XXe siècles. Leloir illustre des œuvres de Dumas ; Fairbanks adapte les Trois mousquetaires. Et pour le Masque de fer, que réalisera en 1929 Allan Dwan et dans lequel il jouera le rôle de D’Artagnan, Fairbanks voulait un petit truc en plus : un consultant historique de marque.
Sur place, il donne aux acteurs des cours de maintien et participe à la création des décors et des costumes. « Leloir était passionné de costumes, c’était un grand collectionneur qui a fondé en 1907, la société d’histoire du costume, puis a contribué à la création du musée Galliera de Paris pour lequel il a milité 30 ans. Le musée a vu le jour en 1977... 40 ans après sa mort », explique Florence Disson qui, à l’occasion de ce rendez-vous, a fait sortir des tiroirs du musée où elles sont précieusement conservées une vingtaine d’œuvres graphiques de Maurice Leloir.
Présentées jusqu’au 21 avril au Sénéchal, celles-ci incluent un travail baptisé Scène d’intérieur. « On voit que Leloir utilise les costumes de sa collection dans ses œuvres », explique la directrice du musée pointant sur l’œuvre un personnage occupé à repriser un costume. « Il les faisait régulièrement porter par des modèles qu’il dessinait ensuite... J’aime beaucoup cette œuvre parce qu’on voit vraiment comment il travaillait, avec plein de papiers collés entre eux. »
Sur place, il arrive également à Leloir de s’ennuyer ferme... C’est ainsi que sont exposés aussi au Sénéchal, des croquis réalisés pendant son séjour. Une vitrine présente une série de portraits, ceux des acteurs du films... ainsi qu’un autoportrait, Leloir étant aussi figurant. On trouve aussi l’aquarelle d’un camion de glaces, témoignage de la vie sur le tournage, une vie sous des costumes épais, par des températures fortes... et un parchemin signé par toute l’équipe  du film offert à Leloir pour ses 75 ans. Tandis qu’un exemplaire de 5 mois à Hollywood avec Douglas Fairbanks, plein d’anecdotes de tournage, cohabite avec le grand ouvrage de la vie de Leloir, le dictionnaire du costume, composé de milliers d’articles et d’autant de dessins.
L’exposition se poursuit jusqu’au 21 avril. Le 20 avril, à 15 heures, sera proposée une visite de l’exposition par Nathalie Moreau, médiatrice culturelle au musée de Guéret.

(1) Fidèle à la tradition des rendez-vous du musée, celui consacré à Leloir juxtaposait pratiques et facettes : il s’articulait autour d’une exposition, qui se prolonge jusqu’au 21 avril, d’une conférence et de la projection du Masque de fer. Pour l’anecdote, Christophe Bréchard, directeur du cinéma, a dû faire venir une copie des États-Unis, le film étant introuvable en France.
(2) Leloir avait un lien particulier avec Guéret puisqu’il a épousé une guérétoise. Il y séjournait souvent et intégrait très régulièrement les paysages guérétois dans ses œuvres. D’où la riche collection conservée au musée de Guéret.