Fil info
23:15 Le label tant convoité, qui a valu au une en… https://t.co/QhS9yRWBon
23:04Périgueux : Salué, le Sans Réserve se rassure sur son avenir -> https://t.co/yhRaS6ZL31
21:22Périgueux : Un piéton renversé en centre-ville -> https://t.co/8t76Xiyzij
18:10Mauzac-et-Grand-Castang : Début d'incendie près de Bergerac : les occupants arrachés à la fumée -> https://t.co/7tcCB10HkM
16:45RT : Bonjour , ça vous fait quoi d'être le seul président qui gaze des manifestants pour le climat ? La… https://t.co/rj5HnrwV0g
15:56RT : Belle mobilisation à Limoges ce matin pour le climat https://t.co/TTcLacPahg
15:53Brive-la-Gaillarde : Images positives sur grand écran -> https://t.co/DKRqbSSLxC
14:53Périgueux : (VIDÉO) "Si, on va aller vers la désobéissance civile !" -> https://t.co/JidZh8UPlH
14:19Belle mobilisation à Limoges ce matin pour le climat https://t.co/TTcLacPahg
13:55RT : Lano, magnifique taureau du gaec Camus père et fils, prix de championnat mâle au National limousin à Périgueux
13:06Périgueux : Périgueux célèbre l'agriculture de la Dordogne -> https://t.co/5fpJgOVP1B
08:27# # - : Toques et porcelaine, du bon dans du beau -> https://t.co/BQvyq28tFL
08:24-Claude Leblois Guérin - -Vienne : Pour Jean-Claude Leblois, pas question de stopper les proj… https://t.co/ezOrFnoJve
08:18# # - -Vienne : Hercule : c’est non ! -> https://t.co/e7w2guEo85
08:14Région : La petite mercerie dans la prairie -> https://t.co/ffLySXtqCC
08:10Région : La compagnie Chalair Aviation prend son envol à Limoges -> https://t.co/pcKku41F2g
08:00Flaugeac : L'accident en entraine un autre -> https://t.co/PWqKwDDpEB
07:52Environ 100 employés de contraints de quitter leurs postes le tps de l'intervention des… https://t.co/fXgSrtUkpH
07:45Sarlat-la-Canéda : Evacuation de Coloplast : une centaine de personnels impactés -> https://t.co/05fXYLpC0G
06:58 Au service juridique qu'elle a créé au "en voit des vertes et des pas mûr… https://t.co/J8eO32naJw
06:51Périgueux : Nadia Zrari, l'ange gardien du SDIS 24 -> https://t.co/FYbUXgwLgh

Recyclabulle a de la ressource

Ressourcerie

Au mois de juillet dernier, Brune Poirson, secrétaire d’état auprès du ministère de la transition écologique, venait en Creuse pour présenter son projet de loi antigaspillage. A cette occasion, la ministre a discuté un long moment avec le président de l’association Recyclabulle, William Jeneau. La lutte contre le gaspillage, les ressourceries en connaissent un rayon. On peut même dire qu’il s’agit du cœur de leur métier. Pourtant, leur activité datant seulement d’une dizaine d’année, elles ont un statut juridique encore flou. Chaque ressourcerie doit par exemple négocier sa situation fiscale au niveau local. Ce n’est pas le cas pour des associations reconnues d’intérêt public comme Emmaüs ou le secours populaire, qui bénéficient d’un statut fiscal dérogatoire. Ces structures communiquent directement avec les ministères. Les ressourceries aimeraient donc également bénéficier de ce statut pour harmoniser leurs pratiques sur le territoire. De même, la loi sur le réemploi prévoit une écoparticipation sur chaque objet acheté. Les ressourceries ne touchent qu’une toute petite partie de cette écotaxe, et uniquement sur le matériel électrique. Les associations aimeraient que soit pris en compte également l’écoparticipation pour la revente de jouets, de vaisselle etc etc.
Rôle social
Outre le réemploi, de nombreuses ressourceries jouent un rôle social important. «je me sens utile ici», affirme Marcel, bénévole, retraité de la fonction publique. «On accueille souvent des demandeurs d’asile ici ; ça leur permet de travailler la langue et de s’occuper. Mais parfois, leur statut pose problème», clin d’œil de Guillaume Blanchard, le directeur de Recyclabulle à la préfète. Les bénévoles sont une vingtaine à venir régulièrement aider les 8 salariés de l’association. «On voudrait arriver à 9 temps plein», appuie Guillaume Blanchard. Mais la structure voudrait pouvoir devenir un chantier d’insertion  «on s’en sort financièrement, mais pour devenir un chantier d’insertion, il nous faut une véritable prise en compte de notre rôle social». On en revient à ce fameux changement de statut. «On est avant tout une association à caractère environnemental, mais on fait du social».
plein de projets
L’association est donc très active et prévoit toujours de nouveaux projets. Elle est propriétaire de son hangar à Guéret. Mais à l’image de Court-Circuit (la ressourcerie de Felletin), Recyclabulle réfléchit à ouvrir un magasin en centre ville. Elle travaille maintenant avec une autre association, les Communs, qui, dans le cadre du projet Zéro Déchets Zéro Gaspillage (ZDZG) mis en place par Evolis 23, réhabilite les 150 vélos déposés annuellement  par les citoyens.
Pour pouvoir continuer son évolution, l’association a donc écrit au député Jean-Baptiste Moreau. «Il a été assez sensible à notre démarche, semble-t-il». La venue de Magali Debatte ce jeudi représentait une ligne direct avec l’état pour pouvoir une nouvelle fois faire valoir la volonté des ressourceries à faire reconnaître l’importance de leur travail. La préfète a d’ailleurs eu l’air intéressée. Elle a évoqué la possibilité de parler à la Direccte (direction du travail), ou encore de faire appel au dispositif DLA (Dispositif Local D’accompagnement).  Son visage s’est même éclairé lorsqu’elle s’est exclamée : «mais ça pourrait rentrer dans le Plan Particulier pour la Creuse!». Voilà qui est dit: le statut des ressourceries, grande cause départementale, voire nationale!
Recyclabulle
Guéret: 33, route de Cher du Prat
La Souterraine: 13 Rue Hyacinthe Montaudon
facebook: recyclabulle

Le chiffre

330
C’est le tonnage annuel récupéré par la ressourcerie sur ces deux sites de Guéret et La Souterraine.130 tonnes sont valorisées et retournent dans le circuit de la consommation. L’association des Communs est hébergée dans les locaux de recyclabulle pour réparer et revendre les 150 vélos qui arrivent chaque année.

Quelques repères

Le rôle
d’une ressourcerie
La Creuse peut s’enorgueillir d’être l’un des départements de France les mieux couverts par l’action des ressourceries. Le principe est simple: une armoire, un vélo, une lampe, un frigo... sont des consommables qui partent à l’enfouissement si on les jette en déchetterie. Alors qu’il suffit souvent d’un coup de peinture ou du changement d’une pièce pour que l’objet soit valorisé, c’est-à-dire reparte à la vente à un prix modique. Les ressourceries font des vide-maisons, reçoivent des dépôts de particuliers et travaillent avec les déchetterie.