Fil info
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk
07:41Région : A la découverte de l’architecture contemporaine -> https://t.co/OSBGQvtF79
07:37Région : A Limoges, la voie du «faire pour apprendre» -> https://t.co/SqNTZduZAH
04:00La Douze : Un motard gravement blessé au sud de Périgueux -> https://t.co/MsiSO6cCfK
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB
19:24Boulazac : Face à face poids-lourd-voiture : un mort et un blessé grave près de Périgueux -> https://t.co/JbGEj2ICby
19:19Périgueux : Pour l’égalité des parents devant la loi -> https://t.co/HrDXS6XflH

L'histoire de RPG par le détail

Radio

Depuis douze ans, dès qu’il fallait guider quelqu’un vers leur local, les bénévoles de RPG (96.5FM) avaient régulièrement droit à cette épiphanie : « Ah, l’ancien office de tourisme ! » D’ici quelques temps peut-être, les futurs occupants de la rotonde entendront à leur tour : « Ah, là où était RPG avant ! » En attendant ses futurs occupants, le 1, Charles de Gaulle vivra une dernière fête, à partir de vendredi, 18h. La dernière fête... la seconde, aussi, car il n’y en aura jamais eu qu’une, lors de l’inauguration. Deux fêtes à chaque extrémité de l’histoire de RPG à la rotonde, et entre les deux, un bon gros paquet de légendes.
D’ici quelques mois, pour trouver RPG, il faudra s’avancer plus avant dans l’avenue Charles-de-Gaulle, jusqu’à la Quincaillerie 2.0. Aller de l’avant, c’est important... et c’est toujours aussi un peu, un déchirement. « J’y suis très attaché, avec les premiers administrateurs, on y a posé le placo, c’est d’ailleurs le premier truc que j’ai appris en arrivant à RPG », sourit Thibaut Blond, le directeur de la radio associative. « Moi, ce qui me tient à cœur, comme à beaucoup de bénévoles et d’auditeurs pour en avoir parlé avec eux, c’est que le bâtiment devienne quelque chose. On n’a pas envie de passer devant un truc vide tous les jours. Il a des défauts mais aussi de gros potentiels. »
Pour dire adieu à un bâtiment - labellisé patrimoine du XXe siècle en 2014 -, qui a fait beaucoup pour l’identité de la radio, l’équipe de RPG propose une fête sur deux jours. Coup  d’envoi vendredi à 18h. Au programme un marathon radio jusqu’au dimanche : toutes les émissions proposées seront, sous leur forme habituelle ou pas, ramassées sur les deux jours.
Au programme, aussi, le 12 octobre, un vide-radio destiné à faire place nette, mais pas que : « On a des outils tombés en panne qu’on n’a jamais jeté en se disant, ils peuvent peut-être être réparés, ils peuvent servir... Au final, ils n’ont jamais été réparés et n’ont jamais servi mais on les a gardés », précise Thibaut. « On a un parapluie oublié, je ne sais pas à qui il est mais je sais de quand il date, c’est toute une archéologie du minuscule. (détails ci-dessus) ». Tous ces objets ont participé à la vie de RPG, et c’est d’un pincement au cœur ou d’une douleur aux fesses -c’est selon - que s’accompagne, dans la famille RPG, l’idée de devoir les jeter. Ils sont donc proposés à la vente à un prix symbolique, prix libre  pour ce qui ne marche pas, de 1 à 5€ pour le reste...
« L’idée n’est pas de faire du fric mais que les gens repartent avec un petit bout de RPG. Mais de faire venir le public et lui raconter l’histoire -on est capable de raconter la légende qui existe derrière chaque objet- de la radio par le petit bout du détail. Et de repartir avec un bout de la radio. » Le vide-radio servira aussi de porte d’entrée : la porte du studio sera ouverte -raisonnablement- pour permettre à ceux qui n’ont jamais approché un micro de se faire la  main... et la voix. « Ce qu’on veut aussi, c’est accueillir  les gens et les amener à participer à la radio. »
Parce que le barouf d’honneur de RPG ne sera pas un point final... La radio ouvre simplement un nouveau chapitre, elle ne va pas disparaître en chemin et encore moins changer : tous ceux qui poussent la porte avec un projet d’émission sont les bienvenus.
D’un point de vue technique et logistique, le déménagement, qui commencera le 13 ou 14 octobre, devrait s’étendre sur une période de deux à six semaines et il ne s’agit pas d’un déménagement entre potes. Au-delà du matériel à déplacer, il s’agira de faire les liaisons, une phase technique, fastidieuse, qui se traduira par la réduction de l’offre  de RPG, des interruptions d’émissions et une recrudescence des programmes uniquement musicaux... « On ne va pas se précipiter mais le but est quand même de faire le plus vite possible. Le CSA nous a autorisé à émettre, ce qui implique un certain nombre de devoirs », explique Thibaut. « Le CSA n’aime pas trop les interruptions. La bande hertzienne a horreur du vide, s’il y a trop de silence, à un endroit les autres fréquences vont vite s’y installer. On continuera d’émettre pour respecter nos engagements, nos auditeurs, et pour que l’asso continue à vivre. »
Cette période de réduction d’activité sera mise à profit pour remettre à niveau le matériel et le dépoussiérer mais aussi pour mieux former les bénévoles ou en accueillir de nouveau. Avis aux amateurs...

Que trouver au vide-radio :
Une écharpe qui est là depuis l’origine et qui malgré les enquêtes et les coups de peigne fin n’a jamais retrouvé son propriétaire ; des robots Transformers auxquels le directeur de la radio est particulièrement attaché parce qu’il ne les avait pas quand il était petit ; des bouquins ; du très bon matériel, un peu obsolète, mais qui peut ravir n’importe quel amateur d’électronique ; un plateau de fromages ; une tête de biche en porcelaine ; des tabourets de bar ; un filet et des balles de ping-pong qui remontent à l’époque où avaient été institués des tournois de ping-pong hebdomadaires.
Ce qui ne sera pas à vendre :
Les disques, les ordis, les tables de mixage, ça reste à la maison... ainsi que Spartacus légende, la peluche d’un renne orange fluo tout moche devenu la mascotte, qui au gré des nuits et des animateurs se balade dans tout le studio.
Rendez-vous le 12 octobre au 1 avenue Charles-de-Gaulle.