Prière de toucher SVP

Musée

Depuis son arrivée en tant que conservatrice du musée il y a un an, Florence Disson s’est attelée à bouleverser les codes. Les rendez-vous du musée ont ainsi vu défiler un cuisinier, un ornithologue ou encore une restauratrice de tableaux, dans des lieux divers comme les jardins du musée, la chapelle de la Sénatorerie ou même la vallée des peintres. Le musée lui-même étant fermé au public pendant la durée des travaux, Florence Disson a pris cet impératif comme une opportunité.
Ainsi, ce jeudi 26 septembre, dans la salle Chaminadour de Guéret, il était permis de faire l’impensable : toucher des œu-vres. La directrice avait invité M. Paradis, directeur de l’association Braille et Culture, pour une présentation, suivie d’un atelier de sensibilisation au handicap visuel.
Cette association a pour but de concevoir, transcrire, diffuser et promouvoir tous supports culturels et touristiques et de communication à l’intention des déficients visuels. Elle a également pour objet de concevoir et animer des prestations de formation sur l’accueil des publics handicapés.
En Creuse, elle est déjà intervenue dans l’obtention de labels Tourisme et Handicap, grâce à la mise en accessibilité, sur des lieux comme le parc aux Loups de Chabrières ou encore la Tuilerie de Pouligny. Pour le musée de Guéret, elle a créée une plaquette contenant le décryptage de plusieurs œuvres, via des codes couleurs saturés et des calques en relief. Ces petits dossiers seront à disposition des visiteurs.
Pour ce jeudi 26 septembre, les visiteurs, qu’ils soient non-voyants, malvoyants ou parfaitement valides, pouvaient, à l’aide d’un bandeau si nécessaire, toucher, palper, et découvrir des copies d’œuvres en silicone, au bout de leurs doigts. Ces reproductions vont ensuite servir pour des ateliers pédagogiques à destination des scolaires et des détenus de la maison d’arrêt de Guéret. Jeudi, Domitille, jeune fille de 10 ans, aveugle de naissance et passionnée d’égypte ancienne, était ravie de pouvoir découvrir à taton les Orus et autre Anubis qu’elle s’était imaginée. Et Nathalie Moreau, animatrice du musée, rayonnait de pouvoir montrer autrement ces objets. «J’ai fais des formations spécifiques à l’accueil de personnes en situation de handicap à Rochefort. Ce qui n’est pas toujours évident, c’est de mêler les publics».
Pour cela, Florence Disson a une idée derrière la tête. Elle envisage dans un futur plus ou moins proche, un hall spécifique dans le  musée où trônerait une maquette du lieu, des reproductions d’œu-vres, des audio-guides, de manière à ce que tous les publics puissent profiter d’un lieu qu’on imagine parfois difficile d’accès si on ne possède pas tous les sens.

Suivez l’actualité du musée au 05.55.52.37.98 ou musee@ville-gueret.fr