Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

Une deuxième chance pour les meubles... et les salariés

Banque de meuble

Des meubles pour toute la maison transformés, relookés ou tout simplement bruts, révisés pour être en état de vente, restés dans leur style et restaurés ou complètement revisités, sont à dénicher vendredi et samedi prochain (1) aux ateliers de la banque de meubles à Guéret !
Ces meubles, donnés par des particuliers, sont remis en état par l’équipe atelier bois, encadrée par Didier Lavaud, encadrant technique en menuiserie ébénisterie relooking et transformation de meubles : trois mois de travail à temps plein ont été nécessaires pour tout préparer. «L’objectif, c’est aussi de faire connaître le chantier d’insertion et ceux qui y travaillent, le savoir-faire qu’ils ont acquis avec l’atelier», précise Pascal Marot, directeur des ateliers. Une équipe composée de 18 personnes, vendeuses et secrétaires inclus, toutes en CDDi (contrat à durée déterminée d’insertion).
Armelle Bignet, conseillère en insertion professionnelle, accompagne ces salariés pour les «réinsérer dans la vie active, un emploi ou une formation, on travaille sur la recherche d’entreprises et de projet professionnel avec les personnes», explique-t-elle. L’atelier est un support de travail pour les aider à renouer avec un rythme de travail, en quelque sorte.
Beaucoup sont sans travail depuis longtemps, à l’instar de Stéphane, issu du secteur de l’industrie. «J’ai été dirigé ici où je découvre le travail du bois, c’est exigeant mais passionnant, on fait des trucs superbes, avec un matériau noble et beau, le bois», témoigne-t-il. Denis, à l’atelier depuis huit mois, lui, a principalement travaillé dans la couverture, et envisage d’y retourner par la suite. Non pas parce que la rénovation de meuble ne lui plaît pas, loin s’en faut, mais parce qu’il est conscient qu’il n’y a plus d’autres entreprises dans le genre. «Mais c’est très positif, ça nous remet dans le bain, et on apprend plein de choses, même si je ne sais pas si cela va me resservir plus tard...»
Sadeq, 22 ans, a commencé en octobre dernier. Il a un avantage : avant d’arriver en France, c’était son métier, menuisier, «mais pas sur le même type de meuble», précise-t-il. Lui aussi apprécie cette expérience, mais il est tout aussi conscient que derrière, «il n’y a rien», alors il a pour projet de «partir dans une autre ville pour essayer un autre métier».
Dans l’équipe cette année, pour la première fois, une femme, Sophie, arrivée il y a quatre mois. «J’ai eu un parcours un peu bizarre, avec beaucoup de métiers différents. J’ai un diplôme d’horticulture-maraîchage, mais aussi d’électricienne», explique-t-elle. Arrivée en Creuse il y a deux, ans, elle a eu accès au chantier d’insertion, où elle a été orientée vers la banque de meubles «j’ai bien aimé l’explication de mon conseiller, comme quoi ça évitait de jeter. Il y a un côté écolo qui me plaisait bien».
Alors sans rien connaître du métier, elle est venue voir : «Ça me plaît beaucoup, et puis on a un très bon chef qui m’apprend beaucoup, des petites choses pour réparer ou encore pourquoi une serrure ne fonctionne pas», sourit-elle. Le fait de travailler principalement avec des hommes ne la gêne pas, elle a l’habitude, et puis «ils sont très sympas, ils n’y a pas de discrimination du genre c’est une femme elle ne vas pas savoir».
L’atelier bois lui plaît tant qu’elle envisage même de se recycler dans la menuiserie, «l’électricité, c’est un peu rébarbatif, on ne fait que tirer des câbles. J’adore ce que je fais ici, on transforme, on recycle, et puis quand on voit certains meubles ils méritent une deuxième chance, c’est utile d’être ici».
Ces derniers temps, Véronique, passée auparavant par Chiffo’net et l’atelier peinture, a renforcé l’équipe. Elle a intégré le service peinture en juin dernier, «on fait les finitions, la rénovation des murs, les rebouchages, la pose de papier peint ou de papier de verre», énumère-t-elle. Ils ont notamment réhabilité la mairie de Saint-Fiel. Elle a une formation Afpa en finition du bâtiment, l’équivalent du CAP peintre, mais n’a pu trouvé de travail suite à des problèmes de santé. Elle a alors postulé à la banque de meubles, où elle a d’abord travaillé pour la branche Chifo’net, l’autre chantier d’insertion du Comité d’Accueil Creusois.

(1) Vendredi 18 et samedi 19 octobre de 8h à 12h15 et de 14h à 18h30, au 2 bis rue Georges-Clémenceau à Guéret.